16 avril 1919

            16 avril 1919

            Eh bien, ce matin, tout le monde est à l’optimisme. Je pense que c’était en prévision des déclarations de Pichon. Cependant, il n’y a pas encore tant de raisons de chanter victoire. Le Quai trouve qu’on est fou de verser ainsi l’optimisme à rasades continues, qu’on prépare de nouvelles désillusions, car on verra que le règlement sera loin des espoirs, du reste peu raisonnables, caressés par l’opinion publique et dans lesquels celle-ci a été grandement encouragée.

            En fin de journée hier, je suis allé rue Bonaparte pour répondre à l’appel de Xavier Charmes qui avait été bien souffrant et désirait me voir [1]. Il avait eu presque chaque jour la visite des frères Cambon, et ces derniers lui avaient parlé des négociations. Eux et lui avaient grandement approuvé l’article des Débats d’il y a trois ou quatre jours lorsqu’on prétendait que tout était réglé et que nous avions dit ne pouvoir nous prononcer avant de connaître exactement les termes de ce qui avait été fixé. Ils nous demandaient de continuer dans cette note et même d’appuyer, car Clemenceau cédait tout. Les deux Cambon auraient beaucoup voulu causer avec Gauvain, et Charmes leur a offert de prévenir notre ami de ce désir auquel il s’empresserait sûrement de déférer. Mais les Cambon répondirent qu’ils étaient tellement épiés qu’une visite de Gauvain serait impossible sans susciter des choses désagréables. Dans ce que disaient les Cambon, il y a beaucoup de vrai. On me racontait ce matin même les méthodes de travail qui sont impossibles. Les commissions travaillent, rédigent des notes sur chaque question. Ces notes documentées avec la ligne à suivre sont remises à Clemenceau qui seul les discute avec les trois autres sans qu’aucun procès-verbal de la discussion soit rédigé. Il n’en reste aucune trace. Tu peux penser comme le point de vue est bien défendu.

            On vient de me téléphoner que je devrai présider demain un banquet en l’honneur de la délégation belge. C’est gai.

À toi.

Et


[1] Xavier Charmes meurt le 6 mai 1919.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.