15 avril 1919

            15 avril 1919

            Je ne te parle pas de la Conférence. Tu dois en avoir les oreilles rebattues. Du matin au soir on n’entend que des : La France est roulée, roulée par ses alliés. Wilson est un traître. Wilson est un Boche, etc., etc. As-tu lu les deux articles de Lansanne (?) dans Le Matin ? Celui d’hier, violente diatribe contre les délégués américains, celui d’aujourd’hui, machine en arrière. Très adroitement, il met la réfutation dans la bouche d’amis de Wilson. Dis-toi bien que c’est la thèse d’aujourd’hui qui est la vraie et que, sans doute, le gouvernement très embêté a dû le documenter.

            J’ai eu ce matin un déjeuner qui m’a intéressé. J’avais été invité par un M. Léon, ami de Franklin, avec M. de Saint-Sauveur retour de Russie depuis quatre jours, et Gauvain. Tu sais que Saint-Sauveur est resté à Pétrograd envers et contre tout et qu’il a rendu là d’immenses services à nos compatriotes. Il n’est du reste revenu que sur l’ordre formel du gouvernement. Il a parlé sur notre demande presque tout le temps et nous a fait un tableau de la Russie qui m’a paru, autant que j’en puis juger, très précis et très exact. Évidemment, le gouvernement bolchevik a perdu toute popularité. Le peuple lui reproche la famine hideuse qui sévit, mais seulement dans les grandes villes. Les hommes enflent par la faim, leurs mains se couvrent de crevasses et, d’après les médecins des hôpitaux, les femmes n’ont plus leurs époques. Pétrograd, qui était une ville de deux millions d’habitants, n’en a plus que cinq cent mille et bientôt n’en aura plus du tout, tant à cause de la fuite que de la mort.

            Dans les campagnes, les paysans ont encore du blé caché et se nourrissent, mais ils reprochent au gouvernement les exactions des émissaires qui parcourent tout le pays pour découvrir le blé et le faire transporter dans les villes. Les villageois se révoltent, et dans toute la Russie des soviets ce ne sont que batailles, meurtres et incendies.

            Malgré tous les maux dont souffrent les Russes, on ne peut compter sur eux-mêmes pour se libérer. Le Russe des villes, l’ouvrier, est apathique, il se laisse mourir de faim plutôt que de faire le moindre effort qui lui procurerait la nourriture. Il tente par ci par là des grèves, des simulacres d’émeutes, mais tout cela est sans effet car, en plus de l’apathie naturelle, les malheureux sont débilités par le manque de nourriture. Donc, aucun espoir de réaction du côté du peuple des villes. Il n’y en a pas plus du côté de celui des campagnes. Là, ce sont des êtres tout à fait sauvages. Ils mangent encore et cela leur suffit. Ils n’ont plus les objets de première nécessité, cela leur est égal. Déjà on ne trouve plus ni bottes, ni chemises. Ils remplacent celles-ci par des peaux et celles-là par de la paille, et, tout doucement, ils reviennent à l’âge des cavernes. Ils n’ont plus ni instruments aratoires ni outils d’aucune sorte. Il ne leur vient pas à l’idée de se révolter autrement que pour combattre les émissaires du gouvernement venant réquisitionner le blé.

            Donc, aucun espoir du côté du Russe, en revanche, l’armée rouge est-elle forte ? M. de Saint-Sauveur assure que tout ce qu’on raconte de la magnifique armée de huit cent mille est de la pure fantasmagorie. L’Illustration a publié, avec gravures à l’appui dans un de ses derniers numéros, des descriptions de l’armée rouge qui feraient de celle-ci une armée correspondant à l’organisation allemande. On peut voir dans cet article les stocks de munitions placés auprès de chaque corps, etc. Or, rien de tout cela n’est vrai, et L’Illustration a dû être renseigné par quelque membre du gouvernement désireux de produire de l’effet sur les Alliés. Lui, Saint-Sauveur, est bien placé pour le savoir, car il est à la tête de l’usine d’armement la plus considérable, Poutilov, et il sait qu’on n’y travaille pour ainsi dire pas. On fabrique mensuellement quelques canons de petit calibre et un nombre infime de munitions. Les bolcheviks vivent encore sur les munitions de l’ancien régime. Cette armée, au moins, a-t-elle de la valeur guerrière ? Absolument pas, et Lénine le sait bien. Il dit du reste lui-même qu’il ne peut compter sur son armée que parce que la blanche qui est en face est encore pire. Cette garde blanche est composée de ce qui reste des partis bourgeois, jeunes officiers, fils de propriétaires ou propriétaires qui ont conservé tous les défauts d’antan, dilapident leurs vivres en orgies et en beuveries et sont incapables de pousser une opération. Mais alors, sur quoi Lénine compte-t-il donc ? Sur une autre armée qui, celle-ci, ne porte pas les armes mais qui est autrement redoutable et qui connaît une tactique qu’elle pratique depuis vingt ans en exil. C’est l’armée de la propagande. Lénine plaisante Trotski sur ses troupes auxquelles il oppose le succès des agents de propagande. Cette armée, si on la laisse comme on le fait aujourd’hui travailler à sa guise, conquerra le monde.

            Il y a aussi un autre danger très menaçant à l’heure actuelle, ce sont les agissements américains. L’Amérique, sous couleur de Croix-Rouge, de ravitaillement, etc., est partie à la conquête économique de la Russie. Et Saint-Sauveur nous montre des copies de concessions faites aux Américains par Lénine. Il a pu se procurer deux exemplaires de ces actes et cela représente au moins pour une dizaine de milliards d’affaires. Comment Lénine peut-il faire des choses aussi contraires à ses doctrines ? Tout simplement parce qu’intelligent comme il est, il a pensé que ce serait le meilleur moyen de dissocier les Alliés en faisant appel à la rapacité de ceux qui semblaient les plus ardents contre le bolchevisme. Il s’est adressé aux Américains parce que, ces temps derniers encore, on croyait en Russie que c’était l’Amérique qui menait le mouvement interventionniste, des détachements américains ayant débarqué les premiers. Déjà on se rend compte que c’est la France et on cherche à la tenter par l’appât des concessions. Lénine fait fléchir ses principes sociaux parce qu’il est convaincu qu’il suffit de gagner du temps et que la Révolution aura éclaté partout avant qu’il ait eu besoin de s’exécuter.

            Il faut donc agir, et agir au plus tôt. Agir en commençant par Pétrograd qui sera très facile à prendre, et cette expédition coûtera très peu de monde. Il est convaincu que, Pétrograd prise, Moscou tomberait d’elle-même. En même temps que l’offensive militaire on amènerait des ravitaillements. Mais il faut se garder de faire ce qu’il a eu la stupéfaction d’apprendre ici, c’est-à-dire ravitailler la Russie par le gouvernement bolchevik. Ce serait augmenter sa force et le consolider au moment où il ne tient plus.

            Mannerheim, que Saint-Sauveur a vu à son passage à Helsingfors, est prêt à agir avec ses trente mille hommes. Il offrirait même de faire l’expédition quasi seul, et si on lui donne des munitions et ravitaillement, il se chargerait de porter le tout à Pétrograd. Mais l’Entente, paraît-il, n’a pas confiance en lui. Elle craint qu’une fois les Finlandais maîtres de la situation, les vieilles sympathies finnoises ne livrent la Russie à l’Allemagne. De plus, il y a la question de Carélie. Saint-Sauveur ne la connaît que mal, mais Gauvain donne des explications. La question est très sérieuse, car si on accepte la condition que les Finlandais veulent imposer pour leur intervention, c’est-à-dire la possession de la Carélie, la Russie serait complètement coupée de la mer.

            Voilà, mon vieux Pierre, un bien long résumé de la conversation de ce matin. Elle n’a pas manqué d’intérêt comme tu le vois, surtout de la part d’un garçon qui, il y a quatorze jours, était encore dans l’enfer des soviets.

            J’ai eu dans l’après-midi quelques détails sur Lysis. Ils valent la peine d’être notés, surtout à cause de la campagne de haute moralité conduite par cet écrivain qui s’appelle Letailleur. Je t’avais dit qu’il avait été chez nous secrétaire d’Henry Bidou. Ce dernier lui avait procuré quelques belles situations et devait le faire entrer comme chef des Études dans une grande banque aux appointements de mille deux cents francs par mois, ce dont il était ravi. Il se maria entre temps avec une juive russe plus ou moins doctoresse et remplie d’ambition. Sur les conseils de cette dernière, il refusa la position promise et entra en pourparlers avec le directeur d’un petit canard financier, Lettres d’un capitaliste. Ses amis essayèrent de l’en détourner en lui objectant que le directeur avait eu maille à partir avec la justice et que ce directeur, répondant au nom de Pierron, avait tiré quatre ans de prison. Il n’écouta personne sous le prétexte qu’on lui donnait cinq cents par mois fixe et 25 % sur les affaires. Il y resta huit mois, ne fut pas payé, ou du moins n’eut que ses appointements. Il lui fallut chercher autre chose. C’est alors qu’il fit la connaissance du fameux Flerès, lequel l’engagea pour la rédaction de son journal. Tu sais ce que fut Flerès qui coûta des millions à ses gogos, Broglie, Castéja, etc.

            Après la retentissante aventure de Flerès, Lysis disparut, lorsqu’un beau jour, sous ce pseudonyme, il parut dans La Revue de Finot des articles qui firent du bruit d’autant plus que l’auteur était enveloppé de mystère. Finot qui s’y entend, avait admirablement su monter l’affaire. Brusquement, les articles s’arrêtèrent. Un de mes amis en demanda la raison à Finot qui déclara d’abord ne pas vouloir dire les raisons de sa rupture avec son collaborateur. Finalement, il laissa entendre que les derniers articles étaient vraiment un peu trop un appel du pied et que Lysis était venu s’offrir pour aller lui-même discuter les questions avec les gens qu’il combattait, se chargeant de les convaincre. Finot trouva que ces propositions n’avaient pas trop bonne odeur et préféra se séparer de lui.

            Après cela, Lysis écrivit à L’Humanité ; cela ne marcha pas longtemps, puis, enfin, il fut investi de la confiance de beaucoup d’amis à nous et il est à la tête de La Démocratie nouvelle.

            Je dois dire qu’entre son existence au service des Pierron et Flerès et celle de La Revue, il avait été chargé de la rubrique financière d’un journal et là, avait gagné de l’argent. Lorsqu’il écrivit chez Finot, il n’était déjà plus l’homme du début, il s’était affermi et pouvait marcher tout seul.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.