13 avril 1919

            13 avril 1919 – Minuit. [1]

            On vient de me téléphoner que les conditions de la paix avec l’Allemagne seraient arrêtées [2]. La France occupera seule la rive gauche du Rhin et gardera des antennes sur la rive droite suivant des délais correspondant au paiement des indemnités. Le bassin de la Sarre serait à nous dans les conditions abracadabrantes que tu as dû lire ce matin. Il est très probable que les Allemands signeront et, sans doute, les préliminaires de paix seraient paraphés cette semaine même. Le reste serait pour la semaine de Pâques. Voilà la vérité du 13 avril à minuit, rien ne veut dire que ce sera encore vrai le 14.

            Les événements d’il y a cinq ou six jours, dont nous soupçonnions la gravité, l’ont été infiniment plus que nous le pensions. Sharp, mardi dernier, savait ce qu’il me disait. Le président Wilson a réellement voulu s’en aller et il avait même rédigé la déclaration dans laquelle il aurait expliqué les raisons de son départ. J’ai eu de cela aujourd’hui la confirmation certaine. Au Quai d’Orsay on le nie, et on ne veut voir dans l’appel du George Washington qu’un bluff, une sorte de chantage. On se trompe grandement mais je crois que Clemenceau, lui, ne s’y trompe pas et qu’il connaît les raisons du mécontentement de Wilson.

            J’ai su quelque chose aujourd’hui de bien bête et dangereux de la part de nos commerçants ou administrateurs de grands établissements. J’ai reçu la visite ce matin d’un brave garçon de chez moi employé au Bon Marché depuis quatorze ans et rentré dans sa position depuis quelques jours après avoir été mobilisé dès le deuxième jour et constamment sur le front. Il devait me demander un coup de piston pour monter en grade. En causant, il me dit que les grands magasins ont repris leurs employés soldats aux mêmes conditions qu’au jour de la guerre. Pendant que les réformés ou inaptes montaient en grade et voyaient leurs salaires s’augmenter, tous ceux qui étaient aux armées n’étaient pas admis aux privilèges, et aujourd’hui ils se trouvent sérieusement handicapés par leurs camarades. Ceci crée un mauvais état d’esprit dans ce personnel jusqu’ici très discipliné et très sage. On colporte les mots, sans doute faux, des gros bonnets, par exemple celui-ci : « Nous n’avons aucun avantage à faire aux démobilisés, car enfin, ils n’ont rendu aucun service à la maison pendant quatre ans. » Vrais ou fabriqués, des mots comme ceux-là font du mal. J’ai pris mes renseignements dans la journée et j’ai su qu’il en était partout de même dans les grands magasins comme dans les établissements de crédit.

            Je vais continuer ma petite enquête et je verrai s’il n’y aurait pas lieu d’en parler avec les chefs de ces maisons. Car, c’est ainsi qu’on crée le bolchevisme dans des milieux cependant réfractaires.

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix qui adopte, dans sa quatrième séance plénière, la Convention sur la législation internationale du travail.

[2] A la Conférence de la Paix du 9 avril, la vallée de la Sarre est placée sous le contrôle de la Société des Nations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.