30-31 mars [1919]

            30-31 mars [1919]

            Hier au soir, dîner à l’Union en l’honneur de Venizélos et de Politis. Le dîner eût été extrêmement intéressant si un animal de collègue qui se nomme de Croze [1] ne lui avait posé sur un ton solennel les questions les plus stupides qui ont pu donner à nos hôtes une fameuse idée de ce qu’on peut appeler l’élite de la société.

            Venizélos, après le repas car là ce n’est pas la coutume de porter des toasts, était assailli par ledit baron de Croze lorsque du Tillet [2] me dit : Tâchez donc de le retirer des griffes de cet oiseau-là et de le faire causer. Je m’y suis employé et j’ai réussi au-delà de tout espoir car notre homme d’État a développé au cours de la conversation deux questions. L’Albanie et la Ligue des Nations. Cette dernière avec une énergie, une vivacité curieuse. Comme le même homme lui imposait toujours ses questions saugrenues et lui répétait quelques vieilles balançoires en usage dans les conversations politiques de salon, Venizélos finit par dire : Le malheur, c’est que les classes dirigeantes en France ne veulent pas accepter l’idée de la Ligue des Nations.

            Je dois dire que tout le monde a écouté avec beaucoup d’intérêt et, qu’à part l’Iroquois en question, l’auditoire était très compréhensif.

            J’avais causé avec le président avant le dîner et il ne m’a pas paru trouver que les choses marchaient bien et vite. Il a déploré le manque de méthode dans le travail, le perpétuel sautillement d’une question à une autre et il ne paraît pas prévoir la fin dans un bref délai.

            À table, j’étais à côté d’un diplomate roumain, un de nos collègues, le nom ne me revient pas. Je lui demande s’il est au courant du changement de général et si la nomination de Mangin est acquise, on m’avait dit que ce n’était pas encore complètement fait. Il en a été ennuyé car, m’a-t-il dit, notre gouvernement doit tout mettre en œuvre pour garder Berthelot, mais pour nous, nous désirons beaucoup qu’il soit changé. Il est persona gratissima auprès de Bratiano, mais pas du tout populaire en Roumanie. De plus, il est au plus mal avec le général Iliesco et c’est très fâcheux. J’ai compris que les deux généraux se reprochaient mutuellement quelque faute. Quoi qu’il en soit, les deux hommes ne s’adressent même plus la parole. Ce ne sont pas là de bien fameuses conditions pour une coopération. Aussi attend-on en Roumanie la nomination de Mangin avec impatience.

            Je t’avais laissé dans mon pensum d’avant-hier sur une assez mauvaise impression de la Conférence [3]. Peut-être, quand tu es venu, as-tu été renseigné. C’était meilleur, et le père Clemenceau aurait manifesté beaucoup d’énergie et aurait dominé la discussion et fait accepter à peu près tout le point de vue français sauf un petit point encore litigieux sur la Sarre.

            Je ne sais encore rien de ce qui s’est passé aujourd’hui, mais ce soir je dîne chez le gros Wedel et, sans doute, j’aurai là des renseignements car il parle beaucoup, se documente, vous dit pas mal de blagues, mais aussi des vérités.

            Reçu la visite du bon père Loubet. Il a monté nos deux étages et est venu s’asseoir dans les fauteuils de la grande salle. Il trouve ce qui se passe bien triste et, en dehors de ses malheurs de famille qui ont été nombreux ces dernières années, il pense qu’on doit regretter de vieillir pour assister aux événements actuels et au développement du parti socialiste avancé. Il aurait préféré avoir disparu plus tôt. Ce qui le frappe surtout, c’est l’absence complète en ce moment de toute direction, de tout plan déterminé. Déjà, de son temps… Il ne faut pas oublier que c’est Loubet regnante que le parti socialiste est devenu un parti de gouvernement. Du coup de canne qu’il reçut date l’ère du socialisme en France.

            L’Œuvre a attaché une sale histoire à la queue de Bérenger.

À toi.

Et


[1] Il s’agit peut-être de Maurice de Croze (1861-1935). Baron.

[2] Jacques du Tillet (1857-1942). Marquis. Gendre de Jules Charles-Roux. Administrateur de sociétés (Chantiers et Ateliers de Saint-Nazaire, Compagnie générale transatlantique et Société de constructions de Levallois-Perret). Membre de l’Union.

[3] A la Conférence de la Paix, le président Wilson refuse l’annexion, par la France, de la rive gauche du Rhin. Il cède sur la revendication française concernant les mines de la Sarre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.