28 mars 1919

            28 mars 1919

            Comme je te l’ai téléphoné ce matin, on prétendait que les choses avaient beaucoup avancé hier et qu’avant trois jours les conditions des préliminaires de paix pourraient être soumises aux délégués allemands [1]. On semblait avoir adouci les exigences sur un grand nombre de points et avoir rogné quelques-unes des prétentions alliées notamment italiennes. On avait noté que c’était Diaz qui avait quitté la place le premier et qu’il ne semblait pas content. La délibération avait marché plutôt dans le sens de notre Gauvain.

            Dans la journée, ces impressions matinales devaient se modifier légèrement, car, dans l’après-midi, Jean Dupuy vint me parler en confidence pour me faire part de ce que le Quai l’avait prié de me dire de la part du patron. Voilà : La Conférence marche très mal. Il serait grand temps que les journaux fissent une campagne pour soutenir le point de vue français. Wilson et Lloyd George veulent que la guerre ne puisse pas recommencer. Leur désir serait vain si la France n’obtenait pas satisfaction sur la rive gauche. Si elle n’obtient pas la sécurité de ses frontières, un jour ou l’autre l’Allemagne recommencera. Il faut donc énergiquement marcher dans ce sens. C’est très joli, mais en même temps on ne nous dit pas ce qu’on demande. Nous ne pouvons pas soutenir des demandes que nous ne connaissons pas. Ils ont tant joué à la victoire qu’ils ne peuvent se résigner à voir cesser le jeu.

            J’ai téléphoné tout cela à Gauvain à mots couverts et notre ami me dit qu’en effet, on a fait beaucoup de travail mais qu’il y a une affaire grave en train. On a envoyé un ultimatum pour le débarquement à Dantzig [2] et l’on attendait la réponse aujourd’hui même. Si elle n’est pas favorable, il faudra envisager un débarquement par la force. Il est probable que l’on n’en sera prévenu qu’après le coup fait. C’est peut-être à cela qu’il faut attribuer le retard du voyage des plénipotentiaires allemands attendus dimanche.

            J’ai eu des nouvelles de ton bateau [3] car j’ai vu arriver Peaue (?), l’agent maritime de Southampton. Il est lieutenant de vaisseau et traversait Paris pour se rendre à Constantinople pour chasser les mines après avoir, durant la guerre, chassé le sous-marin. Il me dit qu’en effet ton bateau n’est pas trop abîmé et me demande si tu comptes t’en servir cette année même. Il trouve que ce ne serait pas prudent et conseille grandement d’attendre l’année prochaine pour décider quelque croisière.

            Je ne t’ai pas dit qu’hier j’avais fait visite à Xavier Charmes qui était au lit et souffrant. Il m’a raconté que samedi il avait eu une attrapade avec certains de ses collègues de l’Institut. Songe donc, Pétain a posé sa candidature aux Sciences morales, il l’a posée lui-même, m’a confirmé Welschinger. Pour Xavier, quel coup terrible. Il a voulu demander à ce que Pétain remît sa candidature à plus tard, mais Bergson [4] et les autres ont considéré qu’il fallait suivre le désir du généralissime. C’en fut trop pour notre ami. Songe donc, obligé de voir l’homme qu’il déteste le plus entrer à l’Académie !

À toi.

Et


[1] A la Conférence de la Paix, a lieu une séance secrète du Conseil des Quatre pour discuter d’un memorandum français sur la Sarre.

[2] Les Allemands refusent de laisser passer par Dantzig l’armée polonaise du général Haller.

[3] Pierre Lebaudy est propriétaire d’un yacht, La Résolue.

[4] Henri Bergson est alors président de l’Académie des sciences morales et politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.