23 mars 1919

            23 mars 1919

            Je parlais hier de l’état de violence auquel arrivent nos populations des régions libérées. J’en ai eu ce matin une preuve évidente et dont on aurait tort de ne pas tenir compte. L’éditeur Bloud a reçu la visite d’un gros industriel du Nord qu’il ne nomme pas mais qui est venu le trouver pour lui demander d’imprimer et de répandre à profusion une sorte de mémoire qui est quasi séparatiste. On y déclare que les départements du Nord, départements de travail et de production, en ont assez de nourrir Paris qui fait la noce et tous les fainéants du Midi, qu’il faut établir une zone bien délimitée, qu’eux ont souffert tous les martyres pour des gens qui se gobergent et qui, aujourd’hui, ne veulent rien faire pour soulager leurs misères. Le mémoire contient une violente diatribe contre la différence de traitement entre l’Alsace-Lorraine et les pays envahis et déclare que le prétexte des frères retrouvés ne doit pas prévaloir contre celui des frères martyrisés. Sais-tu combien ce monsieur offre à Bloud ? Un million souscrit par un groupe d’industriels. L’exaspération, comme tu le vois, ne fait qu’augmenter. Il y a un mois, on n’aurait pas osé parler comme cela. Que dira-t-on dans quatre semaines ?

            À déjeuner ce matin, on parlait littérature et la conversation est tombée sur Prévost qui fut, comme tu le sais, l’homme de confiance de Painlevé. (Cela a bien réussi à ce pauvre diable). Prévost, comme tu le sais, n’a guère connu de la guerre que le GQG, le ministère et le petit chemin de fer de Jouy-en-Josas, ce qui ne l’a pas empêché d’écrire un livre : D’un PC [1]. Un officier, qui était avec nous et qui appartient au ministère de la Guerre après avoir été gravement blessé, nous dit : « Nous avons été sur le point de le faire arrêter. » On croit à une plaisanterie, mais pas du tout, c’était la vérité. Il paraît qu’étant chef du service des Renseignements ou plutôt des Informations militaires à la veille d’une attaque, il prend le téléphone et, tranquillement, dit à quelque dame : « Oui, je pars ce soir car il va y avoir une attaque du côté de la Malmaison. C’est décidé pour telle date. »

            Horrifiés, les officiers qui étaient là ont délibéré pour savoir si on n’allait pas de suite le faire conduire au Cherche-Midi [2]. On en a conduit là pour bien moins que cela. Sa seule excuse est qu’il ne comprend pas car cet homme brillant n’a aucune intelligence.

            La censure a voulu encore me faire enlever une phrase ce soir sur Lloyd George. L’ordre est arrivé trop tard, le journal était tiré. Vais-je recevoir un blâme ? Je crains que ce ne soit ce pauvre Fouquières qui reçoive la douche.

            Bourdeau est rentré du Limousin. Il semble inquiet de l’avenir au point de vue social et l’impuissance des gouvernants rend la situation très dangereuse. Le mouvement italien qu’il signale est significatif.

À toi.

Et


[1] Il s’agit de Marcel Prévost, D’un Poste de commandement, Flammarion, 1918.

[2] La prison du Cherche-Midi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.