22 mars 1919

            22 mars 1919

            On nous complimente ce matin sur le petit article consacré à l’interview du colonel House publiée par les journaux d’hier matin. On se demande pourquoi le colonel a fait de pareilles confidences aux journalistes. Cela n’a pas manqué d’avoir sa répercussion au Conseil des Dix. Foch a déclaré qu’il n’y comprenait plus rien. Se bat-on pour ou contre les Polonais ? Est-on avec ou contre les Ukrainiens ? Où se bat-on ? Où ne se bat-on pas ? Le brave maréchal était furieux et a claqué les portes. Si l’on se met à parler à tort et à travers, nos conversations deviennent impossibles, s’est-il écrié. Le père Foch avait bien raison. Il est assez comique de constater qu’au moment même où House déclare que les négociations seront terminées dans quelques jours, c’est là qu’elles piétinent le plus lourdement.

            La nomination de Millerand était à peine signée qu’on a fait une vraie descente dans les bureaux de Jeanneney à la Haute administration de l’Alsace, Rue François-Ier. Des messieurs sont venus et ont interrogé les attachés sur leurs fonctions, leurs travaux, leurs appointements, et on a découvert une jolie pépinière d’embusqués dans des traitements. Séance tenante, on en a remercié plusieurs et on se réserve d’examiner le cas des autres. Cette visite domiciliaire devait se continuer aujourd’hui. Pour ce coup d’essai de Millerand, ce n’est pas trop mal.

            Le sujet des conversations était la rentrée en scène de la diva Briand. Ce fut un gros succès auquel contribua l’unanimité des socialistes. On s’accorde à dire que le voici maintenant désigné pour succéder à Clemenceau, mais pas tout de suite car le malin ne se soucie guère de prendre le pouvoir avant la signature de la paix qui est grosse de périls. Dès que l’acte sera consommé, il est probable qu’il fera dégringoler le père Clemenceau et que ce sera lui qui procédera aux élections. Puis nous recommencerons la politique que nous connaissons. Victoires de tribune et lâchage partout. Aussi mauvais que cela soit, ce ne le sera sans doute pas beaucoup plus que ce que nous voyons en ce moment. Il n’y a plus même l’ombre de gouvernement. Mon homme de l’Aisne [1] est venu aujourd’hui et il me dit que la désaffection est telle qu’il ne faudrait pas que le père Clemenceau vienne dans le pays, il serait certainement l’objet d’attentat, lui ou tout autre membre du gouvernement. Rien ne s’arrange et le désordre est à son comble. Un exemple entre mille. On annonce à son de trompe l’envoi de machines agricoles. Tout le monde se réjouit. Que reçoit-on en mars, uniquement des moissonneuses ! Fureurs. Et tout est comme cela.

            De plus, personne ne veut plus travailler, tout le monde étant payé pour ne rien faire, et on me cite l’exemple des gens qui travaillent au canal de l’Aisne. Ils touchent dix-huit francs par jour plus deux francs d’allocation et une prime de un franc par chaque enfant. On a recommandé aux fonctionnaires de nourrir ceux qui affirmeraient ne pouvoir payer. Tous, naturellement, se font ravitailler. Ces ouvriers ont une pelle pour sept. Alors tu vois le travail qu’ils font. L’un râcle avec la pelle qui alors passe de main en main jusqu’à la berge et revient par la même chaîne.

            Des mercantis belges sont installés dans le Nord ouvertement et vendent tous les objets de contrebande au vu et au su de tous les fonctionnaires. On comprend le mécontentement.

            Jusqu’où va la maboulerie. Jacques Bardoux me prend à part pour me demander conseil. Il a reçu de Paul de Cassagnac une proposition extraordinaire. Celui-ci, paraît-il, avec l’assentiment de Robert Pinot, des Forges, veut entreprendre un nouveau journal pour lequel il croit pouvoir réunir deux ou trois millions. Cette feuille ne fera pas de politique, mais elle aura trois directeurs, un bonapartiste, un monarchiste et un républicain, et en avant ! Alors on propose à Bardoux d’entrer dans cette combinaison pour la politique extérieure. Il voudrait savoir si Cassagnac est bien et si l’on peut se lier avec lui. Je lui réponds que la proposition seule doit suffire à le renseigner sur Paul de Cassagnac.

            J’ai téléphoné tout à l’heure l’histoire du peintre des hermaphrodites. L’exposition sera curieuse. Cela rentre dans le domaine pathologique.

Et

            Mme Jean de Castellane se faisait hier au soir l’écho d’un bruit qui lui était revenu par un délégué italien. La Serbie mobilisait depuis quarante-huit heures !


[1] Édouard Lacroix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.