22 mars 1919

            22 mars 1919 [1]

            Le bruit s’était répandu que des troupes d’Odessa ou plutôt de Kharson avaient passé aux bolcheviks. On s’en montrait assez ému, mais il paraîtrait que cette défection n’aurait pas eu lieu chez les nôtres, ce serait une compagnie grecque. Quoi qu’il en soit, l’esprit n’est pas fameux et il y avait eu alors parmi nos gens des incidents regrettables de cette nature.

            Le soir, dîner intéressant au Jockey. Invité par le ménage Jean de Castellane avec Balfour et Lloyd George. Il y avait parmi les convives le général Thomson, Potocki, le général Henrys [2], le général Lerond, Potocki [3] (le jeune), Boni, princesse Lucien Murat, duchesse de Clermont-Tonnerre et comtesse Zamoÿska.

            À 8h, Balfour n’était pas arrivé. 8h3/4, il entre mais donne des signes d’incertitude, dit que l’on a des nouvelles d’Angleterre très graves et que Lloyd George téléphone avec Bonar Law à Londres. Il ne sait s’il pourra venir ; en tout cas, Malcolm va arriver et dira ce qui en est. On ne sait si, dans la nuit, il ne se déclarera pas une grève de trois millions d’hommes. Là-dessus, Malcolm entre. Lloyd George ne viendra pas, il doit rester chez lui en communication constante avec Bonar Law. On tâche d’arranger les choses. Enfin on dîne à 9h, et, à 10h, on apprenait que le spectre de la grève était encore une fois éloigné.

            J’étais à côté du général Henrys avec lequel j’ai longuement causé et j’ai prolongé la conversation après le dîner. Il ne sait pas encore bien ce qu’il ira faire en Pologne. Les divisions polonaises devraient être parties depuis longtemps. Grâce à la faiblesse de l’Entente, on a laissé un trou se faire entre l’armée polonaise si réduite et les quelques éléments que l’on a au Sud. Par ce trou, le bolchevisme peut passer et inonder l’Europe. Il aurait suffi de bien peu de monde pour boucher cette brisure. Il compte passer par Prague et, là, tâcher de faire cesser le conflit avec les Tchécoslaves. Il va préparer les voies ici avec Stefanik et me demande des détails sur Kramar et Bénès avec lesquels il n’a pas encore causé.

            Pour lui, on n’aurait jamais dû laisser l’Autriche s’en aller ainsi à l’Allemagne. Après la dislocation de l’Empire, c’était une affaire tout ce qu’il y a de plus simple de garder les Autrichiens avec l’Entente. Il est, à ce point de vue-là, tout à fait de l’avis de Gauvain, mais on n’a rien su faire. Il en était de même pour la Hongrie. Celle-ci n’avait qu’une idée, c’était de régler les comptes, de payer ce qu’on lui aurait imposé et reprendre ses relations avec nous. Au lieu de cela, on n’a pu aboutir à rien et on a permis aux Allemands de travailler le pays.

            Je lui parle d’Odessa et des incidents. Il me dit que, depuis longtemps, il avait prévu des choses comme cela. L’armée de Salonique a été sacrifiée. On la laissait manquer de tout et on ne lui rendait jamais justice. On cachait plutôt les succès qu’elle remportait, et Dieu sait s’ils ont été remportés avec des peines et des fatigues inouïes. Le poilu qui déjà n’aime pas beaucoup être expatrié souffrait vivement de cet ostracisme. Quand on pense, ajoute Henrys, que le général AL. [4], exposant à Clemenceau (?) la situation de l’armée à Salonique s’est attiré cette réponse : « L’armée d’Orient, elle peut bien crever. » Depuis il a changé, mais les faits n’en sont pas moins là.

            Nous parlons aussi du Maroc. C’est Henrys, bras droit de Lyautey, qui l’a organisé. Il me donne des détails intéressants sur les agissements allemands.

             paraît très intelligent, très documenté, son allure est très jeune et parle de cette expérience (?) facilement avec une certaine sobriété de termes.

            J’ai réentendu toutes les inepties de Boni. Pieds et poings liés, il faut nous livrer en Angleterre et si celle-ci nous bat en brèche en Orient et ailleurs, c’est de notre faute. Gallipoli fut une expédition parfaite, etc., etc.

            Balfour n’a pas du tout parlé politique, il a causé un peu de tout et d’autre chose encore.

            J’allais oublier que Donnay [5] était du dîner. Il n’a pas plu à la jolie Mme Zamoÿska. Elle était allée causer avec lui et elle m’est revenue en me disant : Il me déclare qu’ « il faut être tendre et soumis à la femme, et moi je cherche un homme qui s’impose. » Si ce n’est pas cela, c’est à peu près le sens.

Et

            Inutile de te dire que la conversation d’Henrys est pour nous seuls.


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix au sujet du rapport de la commission des affaires de Pologne.

[2] Paul Henrys (1862-1943). Militaire. Général de division. Il fait l’essentiel de sa carrière auprès du général Lyautey au Maroc. Il devient chef de la mission militaire française en Pologne le 2 avril 1919.

[3] Il s’agit d’Alfred Potocki (1885-1962), cousin de Nicolas Potocki et son légataire universel.

[4] Non identifié.

[5] Maurice Donnay (1839-1849). Auteur dramatique. Membre de la Société des auteurs dramatiques et de la Société des gens de lettres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.