16 juillet 1916

16 juillet 1916 [1]

 

Mon vieux Pierre,

 

Bien que tu sois là et que ma correspondance chôme, je peux tout de même t’envoyer ces deux perles. Toutes deux sont comiques, mais la seconde est en plus assez attristante si l’on songe que cette bourde a été dite par un de ceux qui sont chargés de défendre les intérêts de la France.

Toujours le même système : une question naît, vite on se fait donner un aperçu rapide, et là où l’étude la plus minutieuse, la préparation la plus sérieuse serait nécessaire, on se fie à son talent, à sa facilité, à son intelligence pour répondre aux arguments ou tout au moins les tourner.

La première anecdote vient de la commission parlementaire. Briand dit : Messieurs, je vais maintenant vous parler de Gallipoli – Cette forte tête de Mougeot l’interrompt et lui dit : Puisque vous nous parlez de Gallipoli, profitez-en donc un peu pour nous parler des Dardanelles ! (Têtes à la ronde).

La seconde que voici est due à Briand lui-même. Recevant une délégation importante de gens s’occupant des pays d’Orient et à la tête desquels se trouvait le marquis de Vogüé [2], il avait à répondre à des précisions qu’on lui demandait au sujet de notre politique syrienne.

« La Syrie, nous la voulons etc., etc. Voici ce que nous avons convenu, ou ce que nous sommes en train de convenir avec Londres… Adana [3]Sivas , etc … »

Mais, interrompt le marquis de Vogüé, monsieur le président, Sivas ne vous semble-t-elle pas un peu lointaine ?

Parfaitement. Nous avons estimé qu’il valait mieux élargir les frontières le plus possible…

Tu vois d’ici tous ces braves gens.

Amitiés.

Et

 

[1] Pierre Lebaudy est alors en permission.

[2] Melchior de Vogüé (1829-1916). Homme politique, diplomate et érudit. Ambassadeur de France à Constantinople (1871-1875) puis à Vienne (1875-1879). Membre de l’Académie française depuis 1902. Il est l’un des fondateurs de l’Œuvre des Écoles d’Orient et il prend part au développement d’institutions comme l’Œuvre de la propagation de la foi. Il est l’auteur de nombreux écrits.

[3] Adana est une ville de Turquie où eurent lieu les massacres arméniens entre le 14 et le 27 avril 1909.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.