25 [sic] février 1919

            25 [sic] février 1919

(Pour toi seul)

            Un président de la République est vraiment bien paralysé dans un pays comme le nôtre. Il ne peut même pas voir par lui-même l’état du pays. La petite histoire suivante le démontre surabondamment. Un jour où l’excellent Artaud, de Marseille, était venu me voir, il me disait : « Comme c’est dommage que le président ne cause jamais avec les présidents de Chambre de commerce. Il connaîtrait ainsi directement la situation économique du pays et cela pourrait être très utile dans les conseils des ministres [1]. » Je lui répondis qu’il avait parfaitement raison et que je tâcherais d’arranger ces petites entrevues. J’en parlai à l’Élysée au général Pénelon et le président fut enchanté de cette idée mais lui ne peut pas mander ces présidents de Chambre, ce doit être à eux de formuler des demandes d’audience. Lorsque l’un d’eux aurait le désir de causer avec le chef de l’État, il n’aurait qu’à écrire au secrétaire général, lequel s’empresserait de fixer un jour. J’écris cela en douceur à Artaud et je crois ma lettre assez explicite pour lui faire comprendre la situation. Réponse enthousiaste d’Artaud qui me dit n’avoir pas attendu et s’être adressé de suite au secrétaire général. Ce dernier me téléphone pour me dire qu’il a, par télégramme, assigné le rendez-vous demandé mais il me confie qu’il est très embêté car, dans sa lettre, Artaud a mis : Le président a le désir de me voir et de me parler de, etc. Non, me dit Pénelon, il ne faut pas que vos présidents parlent comme cela car si le chef de l’État veut être renseigné, c’est au ministère du Commerce qu’il doit s’adresser. Il faut que ces messieurs disent qu’ils veulent causer avec le président de la République pour l’informer. Évidemment, le pauvre Pénelon, à qui on a déjà joué un sale tour, serait accusé par le Tigre et consorts de comploter contre le cabinet.

            Ne t’ai-je pas parlé déjà de l’histoire qui est arrivée à cause d’une conversation de Brinon au ministère de la Guerre et qui fut présentée au Tigre d’une façon qui valut à Pénelon l’accueil le plus désagréable [2] ?

            Qué misère !

            J’ai reçu la visite de mon conseiller de préfecture [3] de Château-Thierry qui est maintenant chargé de remonter les industries du côté de Vervins. Il est persuadé que tout ce pays-là va reprendre. Il a déjà remis en marche plusieurs fabriques.

            Il me raconte des masses d’histoires sur le Relief fund qui, dit-il, ravitaillait aussi bien les Allemands que nos populations et ont servi surtout à drainer tout l’or de ces pays-là au profit des Allemands. Il prétend que les soi-disant philanthropes ont fait d’énormes fortunes, vendant leurs denrées exonérées de droits de douane, de fret, etc., à des prix de moitié inférieurs à ceux que nous pouvions établir. Cependant mon homme, qui se dépense beaucoup, me dit qu’on n’a d’autre souci que celui de la préparation des élections et que le gouvernement se moque de tout le reste.

            À propos de ravitaillement, un certain Hollandais, M. J. Maazdyck, m’est envoyé par Motte. C’est le président du Comité hispano-néerlandais constitué pour venir en aide à nos populations du Nord et leur donner cheptel, outils, etc. Il m’a dit un mot très cruel sur notre presse, sans du reste formuler de critique. Il voudrait beaucoup que les journaux s’occupassent un peu de leur œuvre pour l’aider ou l’encourager. Mais, me dit-il, la presse ne dit rien car on prétend qu’il faut payer si l’on veut faire paraître des notes, et nous n’avons aucun fonds pour cela. C’est la deuxième ou troisième fois que j’entends exprimer ce jugement par des étrangers. C’est pénible, mais malheureusement je crains que ce ne soit vrai. La vénalité de notre presse devient un dogme universel. Du reste, il y a certaines soi-disant œuvres de bienfaisance qui savent ce qu’elles font en payant la réclame. Sous une forme ou sous une autre, les fondateurs retrouvent leur avantage. Il ne faut pas s’étonner quand des œuvres puffistes sont au pinacle alors qu’elles n’ont rien fait, tandis que celles qui ont travaillé restent dans l’ombre et n’attrapent ni renom ni récompenses.

            Au Syndicat de la presse où j’avais réunion, on s’occupe beaucoup de qui succédera à Clemenceau. Tous les noms sont évoqués et les possibilités soupesées. On parle beaucoup de Tardieu mais en ajoutant toujours que ce serait impossible. Le nom de Millerand lui aussi revient sur l’eau.

            As-tu entendu dire qu’il y avait eu un incident italo-yougoslave assez sérieux ? Les Yougoslaves auraient ficelé et enlevé un colonel italien. On est muet jusqu’ici là-dessus. J’ai oublié hier de te dire un avertissement que m’a donné Barante. Il avait vu Galtier dans la journée. Galtier est rédacteur au Temps. Il part pour l’Italie d’où il va envoyer des correspondances tout à fait dirigées contre nous et notre politique et en faveur de l’Italie. Je te parlais hier ou avant-hier des libéralités faites depuis quelque temps par nos voisins. Le Temps n’est jamais en retard à l’heure de la manne.

            Je suis allé voir le pauvre Xavier Charmes qui est loin d’aller bien. Il garde la chambre et n’est guère brillant. Il me dit que depuis très longtemps Jules Cambon lui parle de la situation en Angleterre et du péril que fait courir au pays un homme comme Lloyd George qui n’a aucune doctrine et tourne à tous les vents et qui s’obstine à ne pas vouloir comprendre la gravité des événements de son pays. S’il se passe quelque chose en Angleterre, ce sera bien dangereux pour nous.

À toi.

Et


[1] Cf. lettre du 28 décembre 1918.

[2] Nalèche en parle en effet. Cf. lettre du 9 janvier 1919.

[3] Édouard Lacroix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.