25 février 1919

            25 février 1919 [1]

            Je t’avoue qu’hier au soir je me suis endormi sur la fin de ma conversation avec Sallandrouze. Tant pis.

            Dans la matinée d’aujourd’hui, j’ai vu Cruppi dont le fils est lui-même à Constantinople comme directeur adjoint des routes. Il lui écrivait sur Constantinople des choses fort intéressantes et lui adressait copie de différents rapports de Steeg au gouvernement. Ces documents confirment de point en point tout ce que m’écrit Pierre de Vauréal et dénotent ainsi la parfaite incurie diplomatique. Cruppi a conclu en disant : « Somme toute, nos difficultés en Orient sont dues aux initiatives d’agents anglais trop ardents et à la passivité coupable de nos fonctionnaires. » Somme toute, cela résume assez bien ce que m’avait dit Sallandrouze et les choses que nous connaissons.

            Je t’avais parlé, je crois [2], de l’opinion des médecins sur l’état de Clemenceau, je les tenais du docteur [3] assistant de Gosset, mais cette impression m’a été confirmée ce matin par Combe qui l’avait recueillie à l’Intérieur. Clemenceau guérira mais il restera dans une certaine incapacité physique. Il serait à la merci d’un geste, d’un mouvement violent. Déjà, à la présidence, on s’inquiète de cela et on songerait au successeur éventuel que l’on choisirait d’accord avec Clemenceau. Il paraît plus que probable que l’on fera, comme toujours, une tentative auprès de Bourgeois, lequel refusera. Mais si l’on marche d’accord avec le Tigre, on peut être assuré que ce dernier éliminera Briand et Barthou. C’est donc le nom de Jonnart que l’on agite car Clemenceau a une certaine confiance en lui. On se remue beaucoup parmi les candidats ministres.

            Je parlais de Briand avec Cruppi qui revient de passer huit jours dans son département. Il me disait que la popularité de Briand avait beaucoup baissé en province.

            Au dîner, j’ai entrepris Heurteau sur Loucheur. Il me dit qu’il est tout ce qu’il y a de plus changeant. Il lance des projets, fait des promesses et si, entre temps, il a causé avec quelque syndicat, il lâche tout. Il pense à jouer les grands rôles politiques et même espère devenir président de la République. Une conversation qu’a eue hier au soir Fernand de Brinon avec Colrat, me fait supposer que Loucheur se serait tout à fait remis avec Briand. Quelle drôle d’espèce que ces politiciens. La politique gangrène les meilleures intelligences.

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix où il est décidé de créer une zone neutre entre la Hongrie et la Roumanie.

[2] Cf. lettre du 20 février 1919.

[3] Docteur Maurice Boureau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.