24 février 1919

            24 février 1919 [1]

            Vérifie s’il n’y a pas quelque erreur de date et si toutes se suivent. Je ne sais pas trop comment je vis ni les jours auxquels j’écris.

            Petite histoire parisienne. J’avais connu à Évian Charles Saglio, le fils du brave ancien conservateur [2] de Cluny. Saglio était un peu renié par sa famille. Il avait acheté La Vie parisienne et l’avait mise dans la voie où elle est maintenant de pure pornographie. Le résultat, du reste, a été merveilleux. D’un médiocre tirage de six à sept mille, elle a passé maintenant à cent vingt mille et Saglio me disait toujours : J’ai honte de la besogne que je fais et du succès que j’obtiens. Ah ! je voudrais pouvoir écrire ou diriger un journal comme les Débats. Ça, au moins, serait véritablement intéressant, bien plus que mes bénéfices de La Vie parisienne.

            Or Saglio était à Évian avec sa femme et tous deux vivaient dans la plus complète intimité avec un Juif richissime qui est David Weil [3], le parent des Lazard frères à la tête de la maison, et beaucoup plus riche que ses parents par le fait d’héritages. Le trio ne se quittait pas, promenades à pied, excursions d’auto, table, tout en commun. Cependant, il se disloquait quelquefois lorsque Saglio était appelé à Paris. Alors la vie continuait entre les deux autres de la même façon.

            Un jour de l’année dernière [4], Saglio vint me trouver et m’offrit n’importe quelle somme pour certains financiers qui n’avaient d’autre intérêt que la doctrine des Débats. Un surtout de ces bailleurs de fonds estimait qu’on devait faire quelque chose pour la patrie quand on était très riche et que le moyen qu’il envisageait c’était d’avoir un journal contre la menace sociale grandissante. Mais il serait nécessaire que lui, Saglio, aurait [sic] la place prépondérante. Je n’eus pas de peine à lui tirer les vers du nez et il m’avoua sous le sceau du secret (garde donc ceci pour toi) que cet homme si magnifiquement généreux pour l’intérêt public, et pour Saglio en particulier, était David Weil.

            Or, depuis quelque temps déjà, je vois que Saglio fait à L’Œuvre la politique étrangère. J’ai remonté la filière et comme L’Œuvre fut, il y a quelque temps, un peu embarrassé, j’ai tiré peut-être à tort la conclusion. Il est assez amusant de voir ce commanditaire arriver après Jean Hennessy, lequel était l’ami de Melle Maille [5], laquelle aimait tendrement Annie de Pène[6], laquelle était la maîtresse de Gustave Téry. Or, Annie de Pène est morte. Voici Saglio qui a un rôle important dans le journal. David Weil doit savoir ce que cela lui coûte.

            Parmi les visites reçues, une m’a intéressé particulièrement, celle de Sallandrouze de Lamornaix retour de Constantinople où tu sais qu’il est président de la Dette. Il me raconte les difficultés que nous rencontrons en Orient. Il pense qu’elles sont dues bien plus aux militaires anglais de là-bas, qui sont des coloniaux participant encore à l’ancien esprit de Fachoda, qu’à la duplicité du gouvernement anglais. Il est persuadé que le gouvernement n’est pas dans l’affaire mais que les agents britanniques marchent suivant des principes politiques qui datent d’autrefois. Par exemple, il n’incrimine pas du tout sir Adam Bloch avec lequel il s’était très facilement mis d’accord sur beaucoup de questions, par exemple celle des chemins de fer d’Asie. Ensemble, on était convenu que le directeur serait français et on le désignait. Arrive de Londres un militaire qui dit : Pas du tout. Les chemins de fer d’Asie vont être dirigés par le général untel et l’armée assurera le fonctionnement. Patatras ! tout est par terre. Il en a été ainsi pour tout. Sallandrouze est effrayé de voir avec quelle indifférence il est accueilli ici et me demande ce que je pense de la question. Il est également persuadé que tout dépècement de la Turquie sera quelque chose de pris à la France. Les appétits grecs, italiens, etc., sont épouvantables, et dès que l’un d’eux sera maître quelque part, ce sera pour éliminer ou ruiner les affaires françaises.

[pas de suite]


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix où a lieu l’examen des revendications albanaises.

[2] Il s’agit d’Edmond Saglio. Cf. lettre du 18 janvier 1918.

[3] David Weil (1871-1952). Grand patron de la banque Lazard. Régent de la Banque de France. Membre de l’Institut. Président du conseil des musées nationaux.

[4] Cf. lettre du 18 janvier 1918 où Nalèche relate cette rencontre.

[5] Victoire dite Constance Maille (1876-1944). Actrice de théâtre, pensionnaire de la Comédie-Française de 1904 à 1919 puis directrice artistique du théâtre Marigny. Ancienne maîtresse d’Adrien Hébrard, directeur du Temps. Jean Hennessy devient son amant au printemps 1914. Divorcé de sa première femme, il l’épouse le 26 juin 1924.

[6] Annie de Pène (1871-1918). Née Désirée Poutrel. Femme de lettres et journaliste. Elle épouse en 1889 Charles Auguste Battendier, représentant de commerce. En 1898, elle quitte son mari et ses enfants pour rejoindre son ami Colette à Paris. Directrice littéraire à L’Oeuvre à partir de 1906, le journal de Gustave Téry dont elle est la maîtresse. Collaboratrice de L’Éclair. Elle meurt en 1918 de la grippe espagnole.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.