24 juin 1916

24 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Peu réjouissant les nouvelles de ce matin. Les choses militaires, tu les connais mieux que moi, je n’insiste donc pas, mais ce cheminement lent et régulier impressionne tout le monde.

J’ai vu ce matin quelqu’un qui est à la source et je lui ai exposé mon indécision. Il y a pour nous une sorte de cas de conscience. Devons-nous préparer le public à la prise de Verdun ? Ne faut-il pas habituer l’opinion à cette idée que la chose est possible, pour qu’au jour où l’événement viendrait à se produire il ne se produise pas un fléchissement dans l’esprit public à la lecture d’un communiqué qui aurait quelque analogie avec le communiqué fameux de « la Somme aux Vosges » ?

On ne m’a nullement répondu : Mais Verdun ne sera pas pris. On m’a simplement dit qu’on verrait des dangers à cette préparation que le public interpréterait aussitôt dans le sens le plus mauvais, c’est-à-dire que la prise de Verdun étant une chose assurée, on voulait d’avance le laisser comprendre. J’avoue que je n’aime pas beaucoup ce raisonnement. Il y aurait mille moyens de transformer cela en une étude. La prise de Verdun, après ces quatre mois d’offensive terrible et de défense acharnée, n’est plus du tout celle de février ou mars. Les conséquences n’en seraient plus les mêmes et les choses que l’on a pu dire à cette époque se trouveraient vraies aujourd’hui. Malgré tout, il y aurait en Europe un gros effet moral et c’est cet effet qu’il faut redouter.

Tu n’as peut-être pas su qu’à la suite de l’étouffement par Deschanel de la proposition Pugliesi-Conti (éloignement du Comité secret des pèlerins de Kienthal), ce député avait envoyé des témoins au président de la Chambre. Les témoins étaient les deux marquis de Juigné [1] et de Kernier [2]. Une entrevue a eu lieu tellement violente, et je crois tellement indignée de la part de notre cher Paul, que Kernier s’est offensé à son tour et lui a dit : Mais je vais moi-même vous envoyer mes témoins. Devant cette menace nouvelle, Deschanel aurait apporté un peu plus de modération. Comme tu le comprends sûrement, l’affaire n’a pas eu de suite.

Conan Doyle [3], le père de Sherlock Holmes, le célèbre romancier anglais, a visité notre front et s’est rencontré avec Clemenceau. Voici ce qu’il écrit sur notre Tigre national dans le Daily Chronicle du 20 :

J’ai rencontré Clemenceau. C’est un démolisseur incapable de rebâtir ce qu’il démolit. Sa physionomie m’a rappelé celle de Jim Mace [4], le boxeur. Nous avons des hommes dangereux, mais aucun ne l’est plus que M. Clemenceau. De tels hommes sont un danger public.

Je t’envoie ce passage qui t’amusera si tu ne lis pas le Daily Chronicle.

Les Italiens ont une attitude bien curieuse en ce moment, et ils continuent de plus en plus à comparer l’affaire de Verdun à celle de l’Astico. Quand ils se sont trouvés face-à-face avec les Autrichiens pendant quatre jours d’offensive, ils n’ont cessé de télégraphier partout pour qu’on leur vienne en aide, et, aujourd’hui que les Russes leur ont sauvé la mise dans les conditions que tu sais, ils passent leur temps à dire que tout a été retiré du front français pour être envoyé contre les Russes. Ils en profitent pour ne rien faire. Croirais-tu que sur l’Isonzo ils ont plus de soixante bataillons de supériorité sur les Autrichiens et ils ne bougent pas. Tittoni, dans son discours de jeudi, a consacré en quelque sorte officiellement cette assimilation entre Verdun et le Tyrol. Ce sont de drôles d’alliés ! Il faut les prendre comme ils sont et ne pas en être dupes.

On me réclame ma lettre pour la poste, mon vieux Pierre, je la donne.

Ton affectionné

Et

 

[1] Jacques de Juigné (1874-1951). Homme politique. Conseiller général de Loire-Inférieure. Député non inscrit (1906-1936) puis sénateur de Loire-Inférieure (1936-1941).

[2] Jacques de Kernier (1862-1932). Député royaliste d’Ille-et-Vilaine (1912-1919) dans le groupe des droites. Il participe en comité secret à la discussion des ordres du jour motivés concernant les affaires de Grèce et l’attitude des délégués à la conférence de Stockholm.

[3] Arthur Conan Doyle (1859-1930). Anglais. Romancier. Célèbre pour son héros Sherlock Holmes.

[4] Jim Mace (1831-1910). Anglais. Boxeur et homme de cirque. Champion d’Angleterre des poids lourds.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.