22 février 1919

            22 février 1919

            Je t’ai quitté hier en te disant que j’irai au dîner du prince de Serbie chez Vesnitch. Trouvé là Briand, Pichon, Leygues, Millerand et sa femme, Joseph Reinach, Mme Jean de Castellane, Mme de Rougemont, princesse Aymon de Lucinge, Jean Béraud, Berthelot et son épouse. Tu ne te doutes pas de la toilette de cette dernière. Inimaginable ! Elle avait l’air très fière de l’originalité de son costume. Je t’assure qu’il y avait de quoi. Je n’ai jamais rien vu au monde de plus ridicule.

            Pichon, le prince et Vesnitch ont eu une longue conversation à part. Le ministre des Affaires étrangères devait se donner beaucoup de peine pour leur expliquer le sale coup qu’on fait aux Serbes et que le ministre serbe du prince était en train de m’exposer. On les prie de retirer leurs troupes du Banat. Ils en sont très ennuyés et redoutent les conséquences intérieures de cette mesure dictée non par des nécessités militaires, mais par des raisons politiques. Les soldats, disent-ils, ne comprendront pas qu’avant la paix on leur fasse abandonner des points qu’ils ont conquis en combattant. Cela n’engendre peut-être pas du bolchevisme car celui-ci n’a guère de chance de venir en Serbie, mais ce peut être néanmoins la cause de troubles. Le ministre me demande aussi pourquoi la presse française qui leur avait été favorable s’est tout à coup retournée. À part les Débats et parfois L’Écho de Paris, tous les journaux sont hostiles à la politique serbe. La raison, je crois que cet homme, qui est malin, la connaît aussi bien que moi mais il voulait me faire dire quelque chose. C’est à Rome qu’il faut chercher la cause du revirement… Je me suis tu prudemment.

            J’ai trouvé Leygues, non loin duquel j’étais à table, très monté sur notre diplomatie en Orient. C’est l’ancien président de la commission des Affaires extérieures qui parlait. Cela ne m’a pas paru chaud chaud avec Pichon qui conserve son air accablé. Leygues s’élevait violemment contre la nomination de Defrance, la politique des camarades. Si, dès maintenant, nous ne prenons pas le dessus, la paix se fera contre nous. J’ai été stupéfait du ton avec lequel il me disait tout cela. Ce n’est pas signe du parfait accord qui règne dans le cabinet.

            Joseph Reinach nous parle du bolchevisme, en décrit les horreurs. La petite Vesnitch qui est ma voisine lui demande si tout cela est bien vrai, si, réellement, on inflige la torture. Je remarque cette tendance actuelle à vouloir ignorer les faits ou, tout au moins, en suspecter la véracité. C’est cela que nous avons vu à la Conférence et qui a abouti à Prinkipo et à l’enquête. C’est devenu une sorte d’intellectualisme. Ne l’as-tu pas remarqué toi-même ? En paraissant ne pas ajouter foi à ce qui se raconte, on est heureux de se dire : J’ai un cerveau supérieur à tout ce vulgum pecus. Quoi qu’il en soit, Reinach nous dit qu’il y a un danger auquel personne ne pense, c’est que l’armée bolchevique est conduite par un général qui fut l’aide de camp de Kornilov et qui a rétabli une discipline très sévère. À un moment donné, ce général, qui était autrefois un excellent soldat de l’ancien régime et qui se trouve à la tête d’un million d’hommes, pourra très bien établir sa dictature puis il appellera les Allemands pour l’aider à rétablir l’ordre complètement. À ce moment-là, pour toutes les malheureuses populations russes qui attendent une aide depuis si longtemps, ce seront les Allemands qui les auront tirées du pétrin.

            Oubliant ce qu’on m’avait dit il y a quelques jours sur le ménage Jean de Castellane, je demande à la belle Dolly [1] si Jean ne vient pas. Elle me répond tout bas qu’il ne peut pas. Il paraît qu’il y a du trouble dans le ménage. Du reste, Béraud me dit que Dolly a perdu beaucoup de son intérêt depuis la disparition des souverains allemands.

À toi.

Et


[1] Mme Jean de Castellane.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.