20 février 1919

            20 février 1919

            De Londres on m’écrit :

            Nous avons tout l’air d’aller droit à la nationalisation des chemins de fer et des mines. Si la Triple alliance emploie les grands moyens, on ne voit pas bien comment on empêchera ce résultat. La Triple alliance comprend les mineurs, un million de membres, les cheminots six cent mille et les transports trois cent mille en chiffres ronds. Si deux millions d’hommes, représentant trois industries aussi essentielles, décident de se croiser les bras jusqu’à ce qu’ils aient obtenu ce qu’ils demandent, rien n’y fera. On ne peut les remplacer et on ne peut les réduire par la force.

            Pour les chemins de fer, c’est à peu près dans le sac. Ce hanneton de Churchill en a annoncé la nationalisation, et c’est une de ces promesses électorales que Lloyd George a déclaré vouloir tenir toutes… De plus, avec la journée de huit heures et l’augmentation des salaires et du charbon, les actionnaires ne demandent pas mieux que d’être désintéressés. À la nouvelle que le gouvernement allait nationaliser, les cours ont monté.

            Quant aux mines, il y a beaucoup à dire, mais les prétentions des mineurs sont telles que les propriétaires se laisseront probablement persuader ; en tout cas, les avis sont très partagés…

            Le public incline du côté des ouvriers depuis quelque temps et les débats des communes y ont beaucoup aidé. Je dois ajouter que les industriels négociants ont beaucoup perdu dans l’estime populaire. Quand on voit qu’ici, en dépit de salaires élevés et de frais énormes de production, les cotonniers ont en moyenne fait 45 % de bénéfices et la Menppel (?) C° (margarine) 225 %, on croit que beaucoup de gens ont profité sans vergogne de la situation. Les ouvriers savent lire et les journaux publient des comptes rendus in extenso des assemblées générales d’actionnaires. Vous voyez où cela mène.

            Etant donné que les trade-unions, la CGT, les socialistes sont en rapports constants, le mouvement va se répandre de proche en proche. Si on ferme les yeux et qu’on s’endorme, le réveil n’en sera que plus dur. Il faudra faire la part du feu. Plus tôt on s’y préparera, mieux cela vaudra.

            Barthou n’est pas allé aux obsèques de Rostand. Il est resté sous un prétexte quelconque. Hier il assistait au Comité des journalistes parisiens et il a dit qu’il n’avait pas été reçu par Clemenceau mais qu’il avait bien vu, à la figure des médecins, que la blessure était extrêmement grave et que le président allait fort mal. – C’est le moment.

            Il n’est pas le seul à s’agiter depuis hier et à tâter le pouls du Tigre. On me dit que Viviani, Tardieu s’agitent. On ne parle pas de Briand. Ce félin doit être ramassé sans faire un mouvement, prêt à bondir. Les amis doivent marcher pour lui. C’est du joli monde.

            Le frère de Boureau est docteur [1]. Il est l’assistant de Gosset et a donné à son frère les indications suivantes sur l’état de Clemenceau. Tu sais maintenant que la balle est logée entre la plèvre et le poumon après avoir intéressé ce dernier, d’où le sang d’hier. On ne redoute pas beaucoup l’infection car la température des balles les immunise en partie, néanmoins, tout est à craindre et les médecins, d’ici à une huitaine de jours seulement, pourront se prononcer. Bien qu’ils espèrent fermement que la balle s’enkystera, ils estiment que, même s’il en réchappe, Clemenceau est un homme fini pour le travail. Il ne lui faudra plus ni fatigue ni surmenage. À ce point de vue-là, c’est Clemenceau lui-même qui est son pire ennemi, et cette indocilité tracasse beaucoup les médecins.

            Je suis allé passer une demi-heure chez les Vesnitch [2] qui donnaient un thé en l’honneur du prince. C’est toujours ma joie de voir les vieilles poules se tortiller dans des révérences devant les princes quels qu’ils soient. La mère Talleyrand-Montmorency est le modèle du genre. Je l’avais vu opérer devant le roi d’Italie, elle s’est effondrée en tire-bouchonnant son gros derrière devant le prince de Serbie beaucoup plus jeune et plus agréable. Beaucoup de Juives à ce thé en dehors de Mme Poincaré ; la baronne Henri [3] étalait ses grâces. Je l’ai trouvée bien mal.

            L’évêque de Spalato me fait ses doléances et remercie bien vivement Le Journal des Débats. C’est le seul journal en France qui traite les questions d’une façon objective. On est toujours objectif quand on vous défend. On cesse de l’être quand on diffère d’avis. Ainsi va l’humanité.

            Un peu tard, Boni arrive et déverse ses torrents de haute diplomatie sur quelques-uns des malheureux invités, notammant sur Melle Maklakoff à laquelle il prouve qu’il connaît la Russie beaucoup mieux qu’elle.

            Le bon Primoli [4], devant le buffet, déguste une tasse de chocolat entre la baronne Henri et Mme Klotz [5]. Que faisait donc Primoli chez ces Yougoslaves qu’il nous reproche tant de défendre ? Cherchait-il à les convertir ? Il aurait dû aller causer avec l’évêque qui, à l’autre bout du salon, maudissait les Italiens en disant qu’il était ici pour la conciliation.

            Mme Vesnitch veut absolument conduire le prince à 2h chez une des grandes couturières de la rue de la Paix, Doucet [6] ou un autre, pour qu’il voie le défilé des mannequins. C’est un beau cerveau que Mme Vesnitch !

À toi.

Et


[1] Maurice Boureau (1870-1932). Médecin anesthésiste. Médecin major de 2e classe de réserve à l’hôpital complémentaire du Panthéon.

[2] M et Mme Milenko Vesnitch habitent 7, rue Léonce-Raynaud, Paris, XVIe.

[3] Baronne Henri de Rothschild. Née Mathilde de Weissweiller (1874-1926).

[4] Joseph Primoli (1851-1927). Comte. Docteur en droit.

[5] Mme Louis-Lucien Klotz. Née Gabrielle Schwartz.

[6] Jacques Doucet (1853-1929). Couturier au 21, rue de la Paix, Paris, IIe. Collectionneur et mécène.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.