23 juin 1916

23 juin 1916

 

Ouf ! mon pauvre vieux, quelle journée ! Enfin, elle ressemble terriblement à celles qui précèdent, mais je me suis demandé si je pourrais arriver à t’écrire ma petite lettre quotidienne. Encore ne suis-je pas bien sûr que celle-ci puisse partir à l’heure.

Voici le ministère Briand consolidé avec un ordre du jour que je ne trouve pas très reluisant malgré le mot de confiance qui y est placé et sur lequel je te disais hier qu’une opposition s’était élevée. Briand, s’il avait voulu paraît-il, aurait très bien pu exiger une autre rédaction plus courte et plus nette. Lorsque les présidents de groupes l’ont fait appeler pour se mettre d’accord, on lui avait présenté un ordre du jour impossible. Immédiatement, et sans discuter, Briand leur a dit : Je regrette, mais avec un ordre du jour comme celui-là je m’en vais. Et il s’en allait effectivement. Ils lui ont fait un rempart de leur corps et Briand a consenti à discuter. C’est là qu’il n’aurait pas dû accepter l’ergotage sur chaque phrase. S’il avait imposé une rédaction courte et simple, ils auraient sûrement accepté.

Il semble que notre homme sorte de là avec une situation personnelle immense. Un député m’a fait aujourd’hui la psychologie de la Chambre vis-à-vis du président du Conseil. Les parlementaires se rendent peut-être compte que ce n’est pas un homme d’État extraordinaire, mais ils reconnaissent qu’il a une telle virtuosité, qu’il leur est tellement supérieur qu’ils désirent le garder. Cette lutte de six jours avec tout un Parlement hostile a été quelque chose de phénoménal. Du reste, comme tous ces gens-là n’ont guère d’idées générales, chacun voulait placer sa petite affaire, et au lieu de laisser discuter un ou deux messieurs bien choisis qui auraient serré de près une ou deux questions, ils se sont obstinés à souffler chacun dans leur petite trompette. Briand n’a eu qu’à foncer et il a tout démoli. Les deux plus aplatis dans l’affaire sont Maginot et Delcassé. Ce dernier, dans le feu de son discours, a été jusqu’à dire qu’il regrettait que les Allemands ne fussent pas à Salonique.

On me citait un mot assez curieux qui fut dit et répété par de grands Anglais à l’Union. Quelques-uns des membres français, dont Louis de Ségur [1], ont cru, lors de la mort de Kitchener, devoir prendre une figure de circonstance et leur exprimer des condoléances : Enfin, auraient-ils répondu, on va pouvoir enfin se battre !

Je ne sais pas trop bien comment va se terminer l’affaire suisse. Cela ressemble terriblement à un chantage opéré sur notre voisine à la suite de notre intervention en Grèce. Il est certain que la Suisse a besoin de charbon et nous ne pouvons pas lui en donner.

Je viens d’avoir une longue conversation avec un de nos fonctionnaires, ou plutôt anciens fonctionnaires en Orient. Il était venu me parler de la prise de La Mecque. Il demandait depuis longtemps aux Anglais de s’efforcer de soulever les Arabes. Il estime que cela a une très grosse importance tant au point de vue politique qu’au point de vue militaire. Le grand chérif se proclamant, se faisant proclamer khalife, c’est un coup terrible contre les Jeunes-Turcs qui vont cacher cela longtemps à Constantinople. D’autre part, ils seront acculés à une expédition militaire. On croit que les Arabes ont fait sauter le chemin de fer du Hedjaz en certains points et ont dû combler les puits artésiens. Ce seront donc de terribles difficultés pour les Turcs qui ont 5/6e de leur armée faisant face aux Russes.

Je crois savoir qu’il y a en Suisse un homme de tout premier ordre, un Russe, qui est chargé, non pas de causer avec les Turcs, mais de les écouter.

Au revoir, mon vieux, bien affectueusement à toi.

Et

 

[1] Louis de Ségur-Lamoignon (1860-1930). Officier de cavalerie. Vice-président de la Compagnie internationale des wagons-lits. Membre de l’Union interalliée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.