19 février 1919

            19 février 1919

            Aujourd’hui, jour de l’attentat contre Clemenceau [1]. Coups de téléphone sur coups de téléphone des gens qui veulent savoir. Je ne te parle pas de tout cela.

            Dans la matinée, Boureau, notre homme du Sénat, vient me dire dans l’oreille qu’une délégation de la commission des Affaires extérieures du Sénat est allé demander à Clemenceau des éclaircissements sur la politique extérieure. On a répandu le bruit que la délégation était sortie très satisfaite. C’est absolument inexact. La commission est rentrée au Luxembourg très morne et inquiète. Les développements du président du Conseil ont été assez sombres et ils ont été (????) l’explication de la première phrase qu’il avait dite au début de l’entretien. Cette phrase, il me la tend, écrite sur un bout de papier pour qu’on ne l’entende pas. En voici à peu près les termes : « Depuis le 11 novembre 1919 [sic], nos alliés sont devenus nos adversaires. »

            Causé chez Lapérouse avec l’excellent Widor qui nous parle de sa villa Velázquez à Madrid. Lui et Imbart de La Tour sont passionnés pour la réussite de cette œuvre. Il nous dit à ce propos quelques mots du roi que, naturellement, il admire grandement. Lyautey lui a envoyé vingt-cinq mille et a inscrit cinq mille francs sur le budget marocain pour la villa en préparation. Widor nous dit devoir dîner vendredi avec les princesses italiennes à l’Élysée. Elles ont désiré avoir un peu de musique et Widor s’est adjoint un violoniste avec lequel il a répété toute la matinée pour charmer leurs altesses. Son violoniste habite justement rue Vineuse et s’est trouvé sur les lieux au moment de l’attentat.

Et


[1] Georges Clemenceau, président du Conseil, est blessé par l’anarchiste Cottin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.