31 janvier 1919

            31 janvier 1919

            Tout ce qu’on me dit de la Conférence n’est guère réjouissant. On ne se serait mis d’accord sur rien malgré l’apparence du communiqué. Decrais a vu J. Colrat (?) très sombre et se demandant si jamais on aboutira. La discussion d’hier a été lamentable et a tout remis en cause, même l’Alsace-Lorraine. Je me demande pourquoi personne n’a le courage de dire que l’on devrait rendre certaines colonies à l’Allemagne. Puisqu’on désire retirer la menace sur notre frontière, ce serait le meilleur moyen. Il faut trouver une dérivation à son activité. C’est la seule. Toute autre ira contre nos intérêts. L’Allemagne bouclée dans ses frontières, ou dirigera (?) sa politique sur la Russie et constituera la plus formidable puissance qui ait jamais existé, ou elle fera de la politique contre nous.

La Conférence d’hier donne l’impression que nous sommes dans la guerre de Cent ans et que les quatre années que nous venons de passer sont un début.

            Je viens de voir un sculpteur assez mauvaise langue et un peu exalté, Georges Bareau [1]. Il me raconte toute l’affaire Bénédite [2]. Je n’y comprends pas grand-chose sauf que tous sont des fumistes, accusés et accusateurs. Bénédite, me dit mon homme, connaissait tout cela depuis longtemps. Ce ne sont pas des faussaires que ceux qu’il incrimine mais des surproducteurs. Bénédite les laissait marcher pour faire un gros coup de tam-tam au moment de l’ouverture de l’exposition et il les traduit en correctionnelle pour aller plus vite alors que l’affaire aurait dû être jugée au civil.

            Quant aux scrupules de Rodin, une belle blague, il a vu un jour Rodin contemplant une femme qu’il avait sans bras dans une position biscornue. Il s’approche de sa statue et, appelant Matéi, lui dit en plaçant son parapluie à l’épaule de sa figure : Vous allez me faire un bras de cette longueur-là. Matéi fit le bras tout simplement à la longueur indiquée. Quant à la Porte de l’Enfer, ce fut une belle entreprise, chaque motif fut vendu séparément et rapporta.

À toi.

Et


[1] Georges Bareau (1866-1931). Sculpteur.

[2] Léonce Bénédite (1856-1925). Historien d’art. Ami d’Auguste Rodin. Conservateur du musée du Luxembourg (1881) puis conservateur en chef du musée Rodin créé dans l’hôtel Biron légué par l’artiste à l’État. Bénédite propose pendant vingt-cinq ans des projets d’agrandissement de l’Orangerie du Luxembourg sans y parvenir. Il fait appel alors au mécénat américain. C’est peut-être ce que Nalèche évoque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.