10 juin 1916

10 juin 1916

 

Je crois bien, mon cher Pierre, que les événements que tu prévoyais sont en cours d’exécution, car j’ai reçu d’un de mes amis qui y est mêlé une lettre un peu sibylline mais dans laquelle il fait appel à toutes les énergies, tout à fait la lettre de quelqu’un sur le point de prendre part à une forte course. À la grâce de Dieu.

Notre dîner d’hier fut peu nombreux, nous n’étions que sept. Les vieillards habituels, d’Andigné, Sommier très surexcité par les affaires de L’Éveil, le nouveau journal de Jacques Dhur [1] et très monté également contre le ministère du Commerce qui, après avoir demandé des sacrifices, ne cherche même pas à défendre les industriels qui ont fait preuve de la meilleure volonté. Comme cette question doit toucher de près votre maison, tu dois la connaître mieux que moi. Dis à Paul que s’il voit quelque nécessité à faire des articles, qu’il ne se gêne pas et me téléphone. D’,Andigné, lui, était extrêmement monté (côté danse) par les exhibitions et conférences de Duncan [2], le frère d’Isadora [3]. Nous avons consacré un article à cet individu qui est assez comique. Notre ami s’élève contre les licences données à cette famille qu’il prétend boche et chez qui, ajoute-t-il, tout le monde s’écrase. Il désirerait que nous réclamions leur expulsion. Il doit y avoir là quelque question de concurrence chorégraphique.

De plus, car l’indignation était à l’ordre du soir, il a prétendu que l’interdiction des envois de pain individuels à nos prisonniers en Allemagne était le fait des menées de l’administration des Champs-Élysées dans laquelle se trouvent les noms les plus marquants et les plus typiques : Wallenstein [4], Bloch, Strauss [5], etc. Néanmoins, à ces noms-là s’ajoutent Chaumont-Quitry [6], d’Anthouard [7], etc.

C’est le gouvernement allemand qui a exigé ces envois collectifs, le nombre énorme de nos prisonniers étant une cause de difficultés pour les transports.

Par exemple, d’Andigné a tout à fait confirmé l’histoire que je te racontais des lettres G. et J.. Il avait vu Bénazet [8] qui l’avait mis au courant et il a même donné quelques détails supplémentaires. C’est devant le Conseil des ministres que Briand s’était engagé à parler à Joffre.

Que va-t-il sortir du Comité secret ? On en parle beaucoup sans bien s’en rendre compte. Pour le moment, la Chambre est dans la bouffonnerie de la réglementation. Voilà qu’on parle d’enfermer les députés pour que nul ne puisse pénétrer. Et les moindres détails sont l’occasion de débats extraordinaires.

Au point de vue grec, j’ai appris de source très sûre que les mesures prises contre la Grèce, et la démobilisation qui en est la conséquence, avaient été prescrites à la suite d’une explication très violente entre notre G. et le roi. G. aurait déclaré à Sa Majesté Constantin qu’il allait lui dire franchement ce qu’on pensait de lui et de son attitude. Constantin aurait répondu : Eh bien, moi aussi je vais vous parler franchement et jouer cartes sur table. Tout ce que vous pouvez dire, faire ou penser, je m’en moque. Je suis pour l’Allemagne et je resterai pour elle. Rien ne me fera changer. Enfin, la scène fut extrêmement vive, et aussitôt les Alliés se seraient manifestés et le gouvernement grec aurait envisagé un départ pour Larissa.

J’ai interrompu ma lettre pour recevoir le brave Dubar [9] de Lille, où il avait le Crédit du Nord. Il venait me demander si je pourrais venir la semaine prochaine déjeuner avec lui et des amis communs. Je lui ai demandé s’il avait des détails sur l’explosion de Lille. C’est un dépôt de poudres qui a sauté mais pas de poudres à munitions. Elles servaient à fabriquer toutes les fortifications et appartenaient au corps des pionniers. Il y aurait sept ou huit cents marines détruites, deux cents Allemands tués et une centaine de Français.

Dubar est impressionné par l’attitude des Anglais et se demande pourquoi, au moment où on parle de faire une offensive anglaise, Kitchener est en route sur Pétersbourg, pourquoi l’Angleterre, qui a fait une armée, ne veut pas s’en servir.

Il m’ajoute même un détail que je ne connaissais pas et dont peut-être tu as eu vent, si toutefois il est exact. C’est que le commandement anglais voudrait se retirer d’un certain point où il forme un entrant dans les lignes allemandes, estimant que c’était trop difficile à défendre. Je regarderai ce soir le point en question sur la carte.

Au revoir, mon cher Pierre. Ton vieil

Et

 

[1] Jacques Dhur (1865-1925). Journaliste. Fondateur et directeur de L’Éveil.

[2] Raymond Duncan (1874-1966). Frère d’Isadora Duncan. Professeur de danse et de beaux-arts à l’Akademia, 31, rue de Seine, Paris, VIe.

[3] Isadora Duncan (1878-1927). Danseuse américaine. Ses recherches et ses improvisations, en opposition avec le vocabulaire académique et les formes classiques du ballet, influencent la danse moderne.

[4] Non identifié.

[5] Paul Strauss (1852-1943). Homme politique. Sénateur radical indépendant de la Seine (1897-1936). Il préside le groupe de l’Union démocratique et radicale du Sénat.

[6] Guy de Chaumont-Quitry (1852-1925). Marquis. Capitaine d’infanterie.

[7] Albert d’Anthouard de Wasservas (1861-1944). Baron. Diplomate. Ministre plénipotentiaire de France au Brésil.

[8] Paul Bénazet (1876-1948). Avocat. Homme politique. Député républicain de gauche de l’Indre (1906-1932).

[9] Gustave Dubar (1848-1921). Directeur de l’Écho du Nord. Président du conseil d’administration du Crédit du Nord (1898). Vice-président de la Société des agriculteurs du Nord. Président de l’Union économique du Nord.


Une réflexion au sujet de « 10 juin 1916 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *