30 janvier 1919

            30 janvier 1919

            Le torchon brûle à fond entre le ministère des Affaires étrangères et la commission des Affaires extérieures. Franklin-Bouillon et Pichon. C’est au point qu’au déjeuner du Cercle, nous avions cru devoir mettre le premier à une autre table que celle où devait venir s’asseoir le second à l’issue du repas. De plus, ces jours-ci, la commission nous a envoyé un de ses membres pour nous demander comment il se faisait que les fonds donnés pour cette affaire de propagande n’aient pas été soumis à l’approbation de la commission.

            Aujourd’hui, j’ai eu le déjeuner argentin, mon éloquence n’a pas été aussi brillante que celle de mardi. Je n’avais guère eu le temps, du reste, de beaucoup penser à mon affaire, ayant reçu la visite de Colrat à l’heure où le Conseil aurait dû être réuni. Jusqu’au dernier moment, j’avais espéré que tu serais venu. La conversation eût été plus intéressante toi présent. Je te raconterai un petit incident assez comique qui a marqué la sortie. Chaumeix a décidément des antennes extraordinaires, mais vraiment il pousse un peu trop loin le génie de l’intrigue.

            Au déjeuner se trouvait Viviani, je l’entendais parler en face de moi. Il devait dire les choses les plus intéressantes, malheureusement je n’étais guère à même de saisir le sens de ce qu’il disait, ma situation de président me plaçant entre deux Américains pour lesquels j’étais obligé de faire des frais. J’ai cependant entendu l’ancien président du Conseil s’élever avec force contre les soucis électoraux du gouvernement, soucis qui primaient tous les autres.

            Les élections, à son avis, se feront en octobre et l’on ne pense plus qu’à cela.

            Demain, nous allons avoir une séance mouvementée, c’est plus que probable. Le ton des journaux embarqués dans la campagne est plus que menaçant et donnent l’impression que l’opposition doit avoir en main quelque bon petit scandale qu’elle mijote pour le sortir au bon moment. Du reste, on paraît maintenant un peu abandonner Wendel et s’attacher à Pinot.

            Quelqu’un nous disait ce matin à propos de l’attitude de L’Œuvre : On croyait Pinot et Théry raccomodés, Colrat les avait fait déjeuner ensemble et ils étaient partis assez satisfaits l’un de l’autre.

            Colrat m’a dit que le fait était exact. Mais avec Théry on ne sait pas si, la porte franchie, il ne sera pas diamétralement opposé à l’opinion que vous lui aurez attribuée au cours de la conversation.

            Il peut naître ces jours-ci des incidents parlementaires assez fâcheux.

            J’ai eu quelques renseignements sur Édouard Agache [1], ils ne sont pas mauvais. La famille est très bien. L’homme serait à idées mais assez gentleman et ravi de figurer dans notre cénacle qu’il connaît depuis longtemps par Aynard, Pernot et consorts.

À toi.

Et


[1] Édouard Agache (1841-1923). Industriel. Il épouse en 1872 Lucie, la fille de Frédéric Kuhlmann. Il prend la présidence de la société Kuhlmann (1897-1919). Il est administrateur de la Compagnie des chemins de fer du Nord (1906).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.