26 janvier 1919

            26 janvier 1919 [1]

            Je dois réparer de suite une calomnie que j’ai répétée plusieurs fois dans mes pensums [2], et je ne sais pourquoi j’ai attribué à Defrance les vertus de Laroche [3]. C’est la femme de ce dernier, Caporal comme la première, qui est depuis des années la bonne amie de Legrand. Tu as dû, de toi-même sans doute, rectifier mon erreur. Ce qu’il y a de bon, c’est que je connais fort peu Defrance et très bien Laroche. Ayant remis chaque cocu à sa place, je me sens l’âme soulagée. Si tu n’étais pas au courant de cette intrigue déjà vieille de plusieurs lustres, je regrette de t’avoir trompé.

            La nomination n’en reste pas moins criminelle en raison des parentés, et tout ce que je t’ai dit continue à être vrai.

[pas de suite]


[1] Nalèche n’évoque pas la deuxième séance plénière de la Conférence de la Paix. Le président Wilson y fait adopter le principe d’une Société des Nations.

[2] Cf. lettre du 23 janvier 1919.

[3] Jules Laroche (1872-1961). Avocat. Diplomate. Conseiller d’ambassade en poste à la direction politique. Sous-directeur de l’Europe (juillet 1918). Ministre plénipotentiaire (1919).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.