25 janvier 1919

            25 janvier 1919 [1]

            Mon papier de chaque jour aura tort pendant quelque temps. Je suis débordé et n’arrive plus à trouver ma demi-heure de tranquillité. De plus, je vois tant de monde, et les plus fâcheux, que le soir arrive sans que j’aie pu me livrer au moindre travail de régularisation. En tout cas, j’ai eu quelques détails sur la fâcheuse nomination de Defrance. Il venait d’être nommé ambassadeur lorsque Berthelot, voulant prendre la direction politique, chercha une combinaison pour éloigner Margerie et, par suite de carambolages dont je te passe les détails, Defrance fut envoyé à Constantinople [2] et Margerie à Bruxelles, ce dernier y emporte la promesse d’être nommé ambassadeur d’ici à quatre mois et la plaque de grand officier. Berthelot restait vainqueur et maître de la direction politique. Oui, mais alors, coup de théâtre. Clemenceau se refuse absolument à la nomination de Berthelot. Je ne veux pas de cet homme-là, dit le Tigre, sa femme dépense cent cinquante mille francs par an et personne ne sait où elle les prend. Non, pas de Berthelot. Quant à la Conférence, les Affaires étrangères n’auront rien à y voir, elle ressortira de la présidence du Conseil via Dutasta.

            Et en effet, Berthelot n’est pas encore nommé.

            Pendant ce temps-là, qui est-ce qui paye les pots cassés, c’est le pays. Quelle sale engeance !

            Conversation ce soir avec Wedel, nous parlons des bolcheviks, de la Conférence. En veine de confidence, il me dit : Vous allez juger de la façon dont sont menées les affaires. Il y a moins de cinq semaines, les États scandinaves reçoivent de l’Entente la mise en demeure d’avoir à rompre les relations avec la Russie bolcheviste. Scavenius [3] répond qu’il préfère rester, qu’il ne risque rien et que, tout de même, sa présence permet de ravitailler et de préserver un certain nombre de Russes non révolutionnaires. Il considère que c’est pour lui un devoir de ne pas quitter en ce moment. Télégraphiquement, son gouvernement lui donne l’ordre de partir. Il faut se soumettre aux volontés de l’Entente. Scavenius fut obligé de partir. Il est venu ici et ses interviews ont paru (Wedel m’invite à dîner avec lui demain, je ne puis malheureusement accepter). Voilà donc l’Entente qui, il y a un mois, ne voulait pas entendre parler des bolcheviks et qui, aujourd’hui, pense à causer avec eux.

            Tu as vu ce soir la réponse Lénine-Trotski adressée au Populaire. Cela prouve en tout cas qu’ils sont en relation. On a agité ce matin la question de savoir si l’on n’arrêterait pas Longuet.

            Wedel m’a fait le portrait un à un des délégués à la Conférence et m’a demandé si, réellement, j’en voyais un capable aussi bien chez les voisins que chez nous. C’est vrai qu’il n’y en a guère. Il plaisante beaucoup cette Société des Nations dont on finit par exclure tous les petits États et qui imposera tout simplement la volonté des quatre grosses puissances.

            Hussey-Walsh revient d’Espagne où il me dit avoir réussi à constituer un comité de prélats, comité aliadophile. Pauvre homme ! Des prélats espagnols pour l’Entente! Enfin.

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la séance du 24 janvier 1919 du Conseil suprême fixant les objectifs d’occupation pendant la durée de l’armistice.

[2] Albert Defrance (1860-1936). Diplomate, il est nommé haut-commissaire en Orient le 6 janvier 1919, puis ambassadeur de France à Constantinople le 30 août 1920.

[3] Christian Scavenius (1877-1962). Danois. Diplomate. Ministre des Affaires étrangères (1913-1920).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.