23 janvier 1919

            23 janvier 1919

            Je n’ai pas eu de tuyaux ce soir sur la mémorable séance d’hier. Tout ce que je puis dire, c’est qu’il semble bien que Lloyd George a mis Wilson dans sa poche. Le président des États-Unis paraît être dans une disposition d’esprit tout autre que celle dans laquelle il a quitté son pays. Il s’est mis d’accord sur la liberté des mers ; on prétend maintenant que l’Amérique guignant quelques îles du Pacifique, il va consentir à l’annexion des colonies allemandes par l’Angleterre. C’est stupéfiant mais c’est comme cela. Lechartier disait bien au moment de l’arrivée : Il est très difficile de faire la part chez Wilson entre le prédicant et le politicien. Nous allons sans doute commencer à la discerner, cette part. Venu en France pour se rendre compte des désastres causés par la guerre et la barbarie allemande, ce sera la seule chose qu’il n’aura pas faite. Je n’ai pas eu de tuyaux parce que, cet après-midi, je suis allé à Saint-Germain servir de témoin au mariage de cousins à moi. Plein de gaîté par ce froid. Cela m’a changé les idées et Saint-Germain était bien joli par cette lumière. Je n’y ai rien récolté d’intéressant sauf, au cours du voyage, les réflexions de deux bonshommes qui me paraissaient être d’assez gros commerçants, sur la politique du jour. Ils ont parlé de la cherté de la vie, du bolchevisme, etc. Ils ne paraissaient pas inquiets du fléau russe et croient que la surexcitation sera très limitée. Ce n’est pas l’avis d’Arthur Raffalovitch qui m’a téléphoné tout à fait indigné et crie que c’est de la trahison aussi bien à l’égard de la France qu’à l’égard de la Russie. Il me demandait de dire à Gauvain d’aller le plus tôt possible voir Sazonov à l’hôtel Vendôme pour se renseigner et éclairer sa religion.

            Nouvelles de Constantinople peu encourageantes. La mainmise anglaise s’affirme de plus en plus et l’on m’écrit que la nomination de Defrance [1] dans les circonstances actuelles est plus qu’une gaffe, elle est criminelle. Je n’ai sans doute pas besoin de t’expliquer la raison de ce mot. Defrance a épousé une Levantine, Melle Caporal [2]. Il a des fonctionnaires turcs comme beaux-frères, et, depuis plusieurs lustres, il fait ménage à trois avec Legrand, le chef du cabinet de Pichon. Je les ai connus à Rome dans cette charmante intimité. Tu comprends alors cette nomination qui était contre-indiquée.

            On m’a expliqué aujourd’hui que ce qu’avait combiné Loucheur et dont je t’avais parlé ne pourrait avoir d’effet. Franchet d’Espérey n’est nominalement chef des troupes alliées que pendant l’occupation par les troupes de l’armée d’Orient qui sont assez mauvaises et seront rappelées. Le commandement de Franchet tombera ipso facto et ce sera de nouveau l’Anglais qui dominera.

            Je puis te donner une idée du bon fonctionnement des relations avec l’Orient. La lettre reçue ce soir nous accuse réception de toutes les correspondances mises simplement à la poste, mais aucune de celles confiées aux Affaires étrangères suivant les indications officiellement données n’est encore parvenue.

Et


[1] Albert Defrance (1860-1936). Diplomate. Il est le représentant de la France au Caire avant la guerre. Il est nommé haut-commissaire en Orient le 6 janvier 1919, puis ambassadeur à Constantinople le 30 août 1920.

[2] Nalèche rectifie son propos dans sa lettre du 26 janvier 1919.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.