16 janvier 1919

            16 janvier 1919

            À la Conférence, on continue à se chamailler. Clemenceau agace un peu tout le monde par sa nervosité. Il coupe la parole aux uns et aux autres, se met en colère. Hier, il a menacé de donner sa démission. Cela n’aurait fait ni chaud ni froid, m’a dit philosophiquement quelqu’un qui suit les palabres. En tout cas, l’écho de ces dissentiments se fait entendre dans le public et il en résulte un certain malaise. Ce soir, à la Chambre, Clemenceau a cherché à rassurer. Fidèlement soutenu par la majorité, il a été assez houspillé par les socialistes.

            J’ai déjeuné ce matin avec ce garçon que tu connais, le capitaine Bourget, et dont tu sais aussi le très grand mérite. Il voulait connaître Gauvain et lui soumettre confidentiellement des documents qu’il possède sur le bolchevisme. Malheureusement, le brave Gauvain n’a pu arriver qu’à 1h1/4 et je n’ai été à même que d’entendre la première partie de la conversation. Toujours est-il que Bourget est tout à fait d’accord avec Gauvain sur ce qu’il y aurait à faire en Russie, de même qu’il approuve complètement l’article sur la Pologne déplorant l’attitude officielle vis-à-vis des envoyés de Pilsudski et la subordination au Comité national.

            Dans la soirée, j’ai reçu la visite de plusieurs Américains dont l’un m’était envoyé par Grimprel. Je n’ai pu les voir que quelques instants, ayant été appelé d’urgence par Jean Dupuy chez qui se tenait une réunion préparatoire pour l’organisation du Club français de la presse étrangère monté par le Quai d’Orsay et à la naissance duquel je vais être obligé de présider.

            Néanmoins, avant de partir, j’avais eu le temps d’échanger quelques pensers profonds avec le correspondant américain du London Times. L’état d’esprit de ces gens-là est effrayant. Ils me semblent tous très curieux d’approcher le bolchevisme. Ils le voient s’organiser et se demandent si ces gens-là, une fois reconnus et admis dans la société des gouvernements dits civilisés, n’y feront pas aussi bonne sinon meilleure figure que les autres. J’ai cherché à combattre cette fâcheuse tendance et surtout ce rapprochement qui me semble courant entre notre Révolution à nous et le bolchevisme. Cela n’a rien de commun. Je suis bien convaincu que si l’Allemagne est teintée de bolchevisme, elle ne tardera pas à faire la lessive. Le peuple allemand n’a rien à voir avec le malheureux peuple russe. J’ai assez étonné mes interlocuteurs en leur racontant que Lénine usait vis-à-vis du peuple russe des mêmes procédés que le tzarisme, et que j’avais vu de mes yeux les médailles à l’effigie du révolutionnaire que l’on distribuait aux soldats comme on le faisait du portrait du tzar. Lloyd George est tout à fait dans ces idées de tâter du bolchevisme avec la conviction qu’on l’apprivoisera. C’est de la pure démence. Lorsque les Allemands y avaient Lénine et Trotski, ils croyaient aussi qu’ils introduisaient un virus chez le voisin et ne pouvaient croire aux prophéties de ces hommes qui se vantaient de soulever la révolution en Allemagne. C’était pour eux d’amusantes divagations. Et cependant, ça y est.

            Bourget, dont je te parlais, sait que les bolchevistes ont réussi, et réussissent encore à faire passer des sommes importantes en France destinées à une certaine presse malgré toute la surveillance que l’on exerce.

            Je reçois de Londres une lettre assez intéressante sur le nouveau ministère qui a été fort mal reçu le premier jour et vis-à-vis duquel le mécontentement augmente à mesure que l’on épluche les portefeuilles. Mon correspondant termine ainsi :

            « Cela prouve que ces braves gens ne travaillent que pour eux et leurs partis et que Lloyd George n’a eu de succès que lorsqu’il a obéi à Northcliffe qui le menait et qui est en train de le lâcher.

            Lloyd George mène le gouvernement britannique, c’est vrai ; mais il a été mené pendant deux ans par Northcliffe. Lloyd George mène toujours le gouvernement britannique, mais, maintenant, qui mène Lloyd George ? Bonar Law, Balfour, F. E. Smith, Wilson Reading ? »

            Tu as su naturellement pourquoi on a consigné Maxims (?) aux officiers français. Un officier américain, grossier avec une femme et admonesté par un officier français, a tué ce dernier d’un coup de revolver.

            Quelle veste pour Mandel que l’élection de Dubost au Sénat [1]. Le vieux président relève la chose assez finement.

[manque la suite]


[1] Cf. lettres des 17 octobre et 1er novembre 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.