15 janvier 1919

15 janvier 1919

            Je t’ai quitté hier avant que ma journée fût finie. J’ai reçu la visite d’un vieux colonel en retraite qui fut très connu à une certaine époque, et l’on fut très ingrat envers lui malgré sa grande valeur et son énorme labeur lorsqu’il fut chef d’État-Major de la Défense à Paris. C’est le colonel Ferry, rien de commun avec les Jules. Il a aujourd’hui soixante-dix-neuf ans mais il est robuste et je t’assure que sa tête n’a pas faibli. Je l’ai connu ici à l’État-Major lorsque je faisais mes vingt-huit jours.

            Il me dit : Lorsque la guerre a éclaté, qu’a-t-on fait de toute la préparation qui avait été faite par nous ? Nous avions accumulé assez de papiers pour la mobilisation. Qui s’en est servi ? J’avais moi-même dressé tous les plans de transport, déterminé la circulation des voitures et des camions et c’était, à peu de chose près, tout ce que l’on a fini par établir. On avait tout cela. Où est-ce passé ? car tout cela existe quelque part. Et la défense du Nord, au sujet de laquelle j’avais eu tant et de si intéressantes discussions avec Charles Malo, qu’en a-t-on fait ? On avait, pendant les années qui avaient précédé la guerre, installé l’incapacité à la tête des armées et l’on a recueilli ce que l’on avait semé. Comment est-on, avec tant d’erreurs, arrivé au résultat que nous voyons aujourd’hui, c’est incompréhensible. La Providence a de ces coups, opéré de ces revirements qui vous laissent confondus. Car enfin, on a nommé général de division l’homme qui n’a pas voulu défendre le Nord, le général Messimy. Nous avions préparé l’inondation pour arrêter les Allemands, celle-ci a bien été tendue mais par l’ennemi. Ce fut, à Lille, la seule chose que l’on puisse reprocher à Percin [1], c’est de ne pas avoir attendu l’inondation. On vient de faire chevalier de la Légion d’honneur le maire de Lille, Delesalle [2]. C’est lui qui est venu trouver Percin pour lui demander de déclarer Lille ville ouverte. Mais Percin, qui était très au courant de toutes les roueries politiques, avait placé derrière un rideau ou une porte des témoins qui écoutaient et sténographiaient l’entretien.

            Le colonel me dit : On a fait des maréchaux mais on n’a pas nommé celui qui le méritait le mieux, Castelnau. C’est lui qui fut le véritable auteur de la victoire de la Marne car il empêcha d’arriver les deux cent mille hommes intacts de l’Empereur qui devaient arriver sur Vertus et, s’ils avaient passé, tout était perdu. Deux fois encore, Castelnau sauva le pays et quelle fut sa récompense ?

            Tout cela était dit avec une force surprenante et une voix formidable par ce vieillard que son franc-parler fit naguère écarter des hauts grades et qui fut victime de l’affaire Dreyfus.

            Après avoir reçu le bon Ferry, je me suis précipité chez Charmes où j’avais une petite réunion organisée pour ménager à Gauvain une conversation avec l’officier d’ordonnance du général Pilsudski venu, comme tu le sais, à Paris avec deux ou trois personnalités polonaises pour tâcher d’intéresser la France à la lutte contre les bolchevistes et obtenir un secours, sinon en hommes, du moins en matériel. Je n’ai pas besoin de te parler longuement de cette conversation qui ne dura pas moins de deux heures et qui fut dirigée par le capitaine Laurent, le fils du premier président de la Cour des comptes [3]. J’ai dû déjà te présenter [4] ce jeune homme très remarquable qui a été deux ans en Russie, qui a étudié les gardes rouges en se faisant garde rouge lui-même et qui, au prix de mille dangers, rentra en France. Il avait été blessé au début de la campagne, il lui en est resté une claudication définitive. C’est après guérison qu’il avait été envoyé en Russie.

            Gauvain a fait un article aujourd’hui avec tous les éléments qui nous ont été fournis hier. En considérant que nous avons beaucoup ménagé le Comité national, tu comprendras facilement tout ce qui nous a été dit.

            Le Comité national qui a eu, malgré ce qu’en dit notre Milewski, un rôle important pendant que la Pologne était occupée, voudrait le continuer bien que les temps aient marché et les Polonais évolué. Il leur en coûte de sentir le pouvoir leur échapper. Les envoyés de Pilsudski n’ont pu causer ni avec Berthelot, ni avec Pichon, ni avec Mandel, ni avec Clemenceau. On veut qu’ils aient avant l’estampille du Comité national. Ils lui font, à ce Comité, les propositions les plus larges, mais il discute et on sait qu’il veut laisser se consommer la ruine du général qui est au bout de ses munitions, de ses vivres et des effets de ses quatre-vingt-cinq mille soldats, ce qui est une bien petite troupe pour des étendues pareilles et devant des armées qui pourront, avec les prisonniers russes rendus à la liberté, s’élever à un million de bolcheviks. En attendant, ces derniers avancent, ils ont envahi la Lituanie, pris Vilna sans coup férir. Où s’arrêteront-ils si ces querelles béotiennes continuent ?

            Dans la conversation, j’ai noté la façon dont ces questions sont traitées au Quai d’Orsay. Pichon s’est réservé les Slaves mais il les passe à Berthelot qui, tu le sais, chaque fois qu’on lui parle d’une question, a toujours bien d’autres choses plus importantes à traiter. Berthelot les passe à Kammerer, lequel, n’y comprenant rien, les remet à Degrand [5]. Alors, pour le coup, ce dernier en a des affaires à traiter ! Aussi il les examine quand il peut.

            J’ajoute que Foch et son état-major, plusieurs des ministres comme Loucheur, Clémentel, sont acquis aux idées de Pilsudski et voudraient qu’on aboutisse au plus vite, mais Clemenceau répond toujours : Ce sont les Affaires étrangères que cela regarde et les Affaires étrangères opposent le mur. Détail comique : Briand est venu les trouver et leur a demandé des détails qu’ils lui ont donnés. Briand leur a affirmé toute sa sympathie. Ah, s’il n’y avait que lui, toutes les résolutions seraient rapidement prises, les divisions seraient déjà arrivées, etc. – Vois-tu le gaillard qui, pour rien au monde, ne voudrait prendre le pouvoir ? Il ne manque pas une occasion de prouver qu’il est le seul homme désigné.

            Nous avons tout simplement dit à ces messieurs que, s’ils veulent voir leurs affaires avancer, ils feraient peut-être bien de ne pas choisir comme champions les hommes de l’opposition dont la personne en jeu. Il vaut mieux taper, et taper sans cesse, sur les membres du gouvernement sympathiques à leur cause.

            Aujourd’hui, journée très occupée encore. Vu comme président des délégués syndicaux qui s’expriment comme des livres.

[manque la suite ?]


[1] Alexandre Percin (1846-1923). Militaire. Général. Il défend en 1914 Lille face à l’armée allemande, défense controversée car il est accusé d’avoir abandonné la ville. Auteur de nombreux ouvrages dont Lille, Grasset, 1919, où il affirme qu’il n’a fait qu’exécuter les ordres.

[2] Charles Delesalle (1850-1929). Industriel, d’une famille de filateurs. Homme politique. Maire de Lille (1904-1919). Conseiller général du Nord (1907-1913).

[3] Charles Laurent (1856-1939).

[4] Cf. lettre du 9 mars 1918.

[5] Degrand. Diplomate. Attaché à la direction politique du ministère des Affaires étrangères.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.