14 janvier 1919

            14 janvier 1919                                              (Confidentielle)

            Tous les renseignements que j’ai obtenus sur la Conférence d’hier [1] me montrent que cela marche mal, mal pour nous, et que Wilson nous roule en plein. Marcel Hutin, dans L’Écho de Paris de ce matin, peut affirmer qu’à voir la physionomie satisfaite de Clemenceau, on peut juger de l’excellent état de nos affaires. Ou il ne sait rien ou il ment effrontément comme d’habitude.

            En réalité, rien ne va. Tout le programme du Quai d’Orsay est par terre, ses commissions, l’ordre des discussions, etc. Tout cela a été démoli par Lloyd George et les Américains. Au point de vue de l’armistice, Foch part les mains absolument vides. Au lieu d’arriver avec une série de mesures à imposer, il va se trouver en face de gens qui discuteront et auront pouvoir de discuter. Wilson a demandé, et en cela il a été soutenu par les Anglais, à ce qu’on n’impose aucune condition qui semblerait dévoiler l’intention des Alliés de pressurer l’Allemagne.

            Il y eut de violentes discussions à propos de certaines questions d’ordre financier, et les Américains ont envoyé aux États-Unis des télégrammes très vifs. Les Américains se montrent tout à fait despotes et ne supportent pas que l’on modifie quoi que ce soit à ce qu’ils ont décidé dans leur esprit. Quant à la question qui a soulevé l’incident, je te la raconterai lorsque je te verrai.

            Une des premières questions que l’on devait résoudre était la question russe. Elle est écartée de nouveau par un grand discours de Lloyd George qui a joué son rôle de toujours. Ce discours a soulevé des protestations très vives. Le Premier anglais a déclaré que ce serait le regret de toute sa vie que le gouvernement anglais ait combattu les bolchevistes. Nous voilà bien ! Le même état d’esprit en faveur des bolchevistes s’est manifesté également chez Wilson.

            En réalité, le président des États-Unis fait maintenant ici de la politique électorale et veut flatter les masses populaires.

            Si cela continue comme cela, nous allons à un joli gâchis.

            Du reste, tu te souviens que Villars [2] a toujours écrit qu’en France on nous cachait les véritables sentiments des Anglais qui adhèrent aux quatorze points de Wilson et s’en tiennent là. Villars ajoutait toujours qu’à force de vouloir dissimuler les choses il éclaterait quelque jour un conflit et qu’alors on accuserait ici les Anglais de forfaiture. Le moment prévu par notre correspondant semble arriver à grands pas.

            Nous venons de voir un des délégués du Luxembourg. Il est ulcéré par l’accueil que leur a fait ici le Quai d’Orsay qui n’a pas voulu comprendre que ce n’était pas une mission de la grande-duchesse [3] mais une mission du nouveau gouvernement. Pichon, après avoir refusé de les recevoir, s’est rendu aux raisons sensées qu’on lui a données et a consenti à les voir officieusement. Mais il leur a tenu un discours qui les a stupéfiés. Je sais bien que la situation n’est pas commode car Ribot et Poincaré ont formellement promis le Luxembourg à la Belgique. On ne peut pas accepter leur offre, mais il y a tout de même des formules à employer et, dans ce cas, il reste les décisions de la conférence qui ne doit pas laisser disposer d’un peuple sans son consentement. Il faut toujours éviter de se faire de gens qui viennent à vous des ennemis irréconciliables.

            Du reste, les Luxembourgeois veulent recommencer leurs tentatives, espérant trouver Pichon mieux éclairé. On prétend que l’on réserverait le grand-duché à la sœur cadette de la grande-duchesse, la princesse Charlotte [4].

            Tout cela est peut-être bien confus, je te le griffonne en hâte car je n’aurai plus le temps de le faire ce soir. En tout cas, garde strictement pour toi.

Et


[1] Le 12 janvier 1919 a lieu au Quai d’Orsay la séance préliminaire des délégués à la Conférence de la Paix siégeant en Conseil suprême interallié. Ils fixent au 18 la première séance plénière.

[2] Cf. lettre du 17 août 1918.

[3] Marie-Adélaïde, grande-duchesse de Luxembourg.

[4] Charlotte de Nassau (1896-1964). Deuxième fille de Guillaume IV de Luxembourg et de Marie-Anne de Bragance, elle succède à sa sœur aînée Marie-Adélaïde qui abdique le 15 janvier 1919.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.