12-13 janvier 1919

12-13 janvier 1919

            La journée de dimanche s’est écoulée sans incidents importants depuis ton départ. L’affaire de la publication de la lettre Pichon [1] par L’Humanité continuait à exciter le Quai d’Orsay. Il semble bien que ce soit les Américains qui aient livré le document car la date a dû être faussée intentionnellement, le 5 janvier, en effet, Wilson était à Londres. La Conférence siège comme le maître Jacques, tantôt comme comité de guerre, tantôt comme conférence et tantôt encore comme je ne sais quel autre organisme. Dutasta continue à soulever l’indignation à peu près unanime. Ce matin, Georges Lachapelle, qui est toujours bouillant, n’avait pas assez d’invectives contre Clemenceau en raison de ce choix extraordinaire. Il est certain que si le gouvernement continue à donner au pays la triste impression de son inertie et de sa faiblesse, il n’y aura plus à attendre bien longtemps pour que Clemenceau soit déboulonné de son piédestal et ne s’effondre lourdement. Je reçois les lettres les plus indignées, et de tous les coins de la France. Ce matin, un maire de l’Oise me demande l’insertion d’un violent réquisitoire qu’il a dressé contre les préfets en général et le sien en particulier [2]. On ne répond rien aux malheureux habitants qui, n’ayant plus rien, demandent, comme il l’a été entendu, de petites avances de cinq cents, sept cents et mille francs. Les préfets s’occupent uniquement des élections prochaines, et ils l’avouent ingénument. Du reste, je ne suis pas seul à dire cela. Jean Dupuy, qui est toujours condamné à la réclusion [3], m’avait demandé de venir le voir ce jour pour me mettre au courant de questions qui seront discutées après-demain sous ma présidence. Il me dit la même chose et qu’en ce moment on fait entrer la politique. Il me cite l’exemple suivant que je te prierai de garder pour toi.

            On veut faire une sorte de club de journalistes qui va s’établir dans l’hôtel Dufayel [4]. On avait d’abord voulu le faire sans journalistes, Mandel voulant imposer un organisme à sa dévotion dont il serait trop long de t’exposer la raison d’être, la composition et la mission [5]. On s’est aperçu tout de même qu’une organisation semblable serait par trop paradoxale et ne pourrait marcher. Alors on s’est adressé à nous. Nous avons proposé de prendre dans le comité du Cercle notre bureau avec notre président, et comme vice-présidents les présidents des cinq grandes associations qui comprennent à peu près tous les journalistes depuis les monarchistes jusqu’aux socialistes, les Parisiens et les départementaux. Ceci paraissait très sage. Eh bien, pas du tout. Le gouvernement fait dire qu’il veut bien de Jean Dupuy comme président et de moi comme vice-président mais qu’il ne veut pas entendre parler des vice-présidences de Barthou et de Strauss, tous deux présidents des plus grandes associations, parce que sont des adversaires politiques. Dans ces conditions, nous avons répondu que nous ne pouvions continuer à assumer la responsabilité des choix, que le gouvernement nommerait les présidents et vice-présidents. Et c’est ce qu’il fait. À ce trait tu dois reconnaître la main du Mandel et l’humeur vindicative du Tigre.

            Ceci se passe dans un très petit rond. Tu peux donc juger qu’on descend dans les moindres détails. Pendant ce temps-là nos populations crèvent de faim.

            Voici la grande-duchesse de Luxembourg [6] assise par terre elle aussi. Elle ne l’a pas volé, mais je te raconterai la curieuse aventure à laquelle j’ai été mêlé à propos de la jeune souveraine. Il s’agissait d’une mission auprès d’elle en vue d’une union qui aurait été assez bien et plutôt favorable aux intérêts français. Mais, après avoir étudié le rôle que j’aurais joué, j’ai cru devoir en décliner la responsabilité. Je te raconterai cela. Je pense que la chute va paralyser les velléités princières auxquelles je fais allusion et me dégagera de ma promesse de discrétion.

            Sais-tu le bruit qui circule au sujet de Turmel ? On prétend que les fameuses déclarations qu’il a faites au moment d’expirer seraient qu’il n’aurait jamais trahi au profit de l’Allemagne mais à celui des bolcheviks auxquels il aurait servi d’intermédiaire. On n’aurait pas versé moins de vingt-cinq millions à la presse défaitiste et Turmel, sur ces énormes sommes, n’aurait gardé qu’une somme infime, quatre cent mille francs à peu près. Ma foi, cela ne paraît pas absolument invraisemblable.

            Ripault a dîné hier au soir à côté de Briand. Ils ont longuement causé. Naturellement, il lui a parlé de Gauvain, sa bête noire, et il a cherché à plaider le non coupable. Grand éloge de Bidou. Il est très préoccupé du bolchevisme qui gagne partout. Il s’est défendu de vouloir prendre le pouvoir. Le désir du bon apôtre est de rester hors du gouvernement. En attendant, il cherche à persuader tout le monde, de l’extrême droite à l’extrême gauche, qu’il est le seul homme capable de sauver le pays.

À toi.

Et


[1] Cf. lettre du 11 janvier 1919.

[2] Le préfet de l’Oise est alors Edmond Fabre (1866-1919) depuis le 23 novembre 1917.

[3] Jean Dupuy est malade. Il meurt le 31 décembre 1919.

[4] Le luxueux hôtel Dufayel est construit en 1905 par l’architecte Gustave Rives 76-78, avenue des Champs-Élysées, Paris, VIIIe. Son luxe insolent donne lieu à polémique. Il est détruit en 1925.

[5] Cf. lettre du 27 décembre 1918.

[6] Marie-Adélaïde de Nassau (1894-1924). Grande-duchesse de Luxembourg (1912-1919). Fille du grand-duc Guillaume IV de Luxembourg et de Marie-Anne de Bragance. Son rôle est controversé. Elle est accusée d’une trop grande sympathie envers l’Allemagne et d’une trop grande implication dans les affaires politiques de son pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.