11 janvier 1919

11 janvier 1919

            « Je t’ai parlé naguère [1] d’une intrigue qui avait pour objet de chambarder Dubost et de lui ravir son fauteuil. Tu as dû voir par différentes notes de journaux que l’intrigue battait son plein. Elle est menée par Mandel et l’on cherche à pousser de Selves. Il y a, je crois, peu de chance de réussite. Le père Antonin se défendra et Mandel pourrait bien attraper une veste. »

            Tu as dû lire L’Humanité de ce matin. C’est un assez sale tour que l’on joue à Pichon. On croit que c’est la presse américaine qui en est l’auteur. Cependant la chose n’est pas présentée d’une façon exacte. Un radio bolchevik demandait à ce que le gouvernement bolchevik soit reconnu par les Alliés. Lloyd George a demandé au gouvernement français s’il voulait entrer dans cette voie-là et il proposait de reconnaître en bloc tous les nouveaux gouvernements. À cette proposition, Pichon fit la réponse publiée par L’Humanité. Je ne sais pas encore ce qu’a fait Le Temps. Nous, nous avons publié une note que tu as dû lire et qui rétablit à peu près les faits sous leur véritable jour.

            En tout cas, ceci prouve que Lloyd George est d’une incroyable légèreté.

            Voilà qu’on prétend maintenant au Quai que Melvil Stone, le directeur général de l’Associated press, que Tardieu m’a fait recevoir en si grande pompe et que j’ai harangué avec tant d’éloquence pour le remercier des services qu’il avait rendus à notre cause et que Tardieu n’avait pas assez de mots pour les célébrer, Stone serait au contraire boche. Elle est bien bonne ! Pichon, Tardieu assistaient au banquet et voici que Stone n’est plus bon à jeter aux chiens.

            Dans quelques jours, il sera peut-être digne de toutes les reconnaissances les plus éclatantes. Pour le moment, c’est lui que l’on accuse d’avoir donné le papier à L’Humanité car il a eu quelques difficultés avec la censure et a fait une déclaration de principes violente. L’Associated press aurait expédié une dépêche en Amérique dans laquelle il était question d’une intervention armée de notre part en Russie et d’une mutinerie de nos marins gagnés à la cause bolcheviste.

Clemenceau, au Sénat, était hostile à toute réforme électorale. Mais il s’est créé, paraît-il, un courant au Luxembourg et il paraît que la réforme électorale y trouverait maintenant une majorité. Aussi, le gouvernement annonce-t-il maintenant qu’il ne s’engagerait pas sur la question.

[pas de signature]


[1] Cf. lettres des 17 octobre 1918, 1er novembre 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.