10 janvier 1919

            10 janvier 1919

            Tu as dû être au courant des troubles causés en Angleterre par la démobilisation. Il y en eut d’assez sérieux au Havre où deux officiers furent assassinés. C’est à cela qu’il faut attribuer le retard de la Conférence [1] par suite de l’obligation où s’est trouvé Lloyd George de rester en Angleterre.

            Une dépêche, arrivée hier soir et dont j’ai eu connaissance ce matin, montre les difficultés qu’a le Premier à sortir de la constitution de son ministère. Il y est fait mention du mécontentement des troupes qui accusent maintenant la France de les faire maintenir sous les armes dans des vues de conquête et d’annexion, d’occupation de l’Alsace à laquelle elles ne devraient en rien participer, etc. Ce n’est pas le bolchevisme, mais en tout cas ce n’est pas bon. Ici on fait le silence complet. Nous avions ce soir une correspondance de Londres, cependant très prudente, on nous l’a fait échopper. Peut-être n’a-t-on pas tort.

            Longue conversation avec d’Anthouard qui revient de Berlin où il était allé avec la mission des Prisonniers de guerre. Il m’a beaucoup intéressé. Aussi, j’ai pris sous mon bonnet de l’inviter au dîner de ce soir. Il racontera ce qu’il m’a dit à moi-même sur la révolution allemande, sur les dangers de la situation actuelle, sur le péril très grand que peuvent faire courir, si l’on ne s’y prend pas à temps, les huit cent mille prisonniers russes encore en Allemagne et qu’il faut soustraire, au moins en partie, au bolchevisme. Tout cela, quand tu liras ce feuillet, tu l’auras déjà entendu.

            Je ne t’ai pas parlé de la visite de Loudon [2], l’ancien ministre des Affaires étrangères de Hollande qui fut, au début, le seul ententophile du gouvernement néerlandais. Lui aussi voudrait arriver à lutter contre ce sentiment anti-hollandais qui règne partout dans la presse française. Loudon est tout à fait bien. Il s’est heurté à des refus à la Maison de la Presse, auprès de Jean Herbette. On lui a répondu : rien pour la Hollande. Il n’a pas même pu obtenir que l’on parle des entreprises charitables de la Hollande pour nos réfugiés et prisonniers. Le silence que garde la presse sur les événements de Hollande le désole. Il me raconte un fait dont personne n’a parlé, une entreprise révolutionnaire qui a tourné au triomphe de la reine[3]. Celle-ci fut portée en triomphe, sa voiture dételée fut traînée par le peuple à travers le grand champ situé près de La Haye, etc., et de tout cela pas un mot.

À toi.

Et


[1] La délégation britannique à la Conférence de la Paix part pour Paris le 11 janvier 1919. Y participent Lloyd George, Andrew Bonar Law, Hughes (Australien), sir Robert Borden (Canada), général Louis Botha (Union sud-africaine), etc.

[2] John Loudon (1866-1955). Néerlandais. Juriste. Diplomate. Ministre des Affaires étrangères (1913-1918). Délégué à la Conférence de la Paix en 1919, président de la commission préparatoire pour la conférence du désarmement.

[3] Wilhelmine, reine des Pays-Bas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.