9 janvier 1919

            9 janvier 1919 [1]

            Une petite anecdote que je te raconte tout à fait confidentiellement. Je montrerai jusqu’où, en ce moment, va la délation dans l’entourage du Tigre et le rôle qu’elle y joue. Le général Pénelon me dit qu’il voudrait me parler. Il vient déjeuner avec moi et me raconte ceci. Deux jours avant de prendre ses nouvelles fonctions [2], il s’en va rendre visite au Premier. Celui-ci le reçoit fort mal et lui reproche de trop parler dans son nouveau service. Le général lui répond qu’il ne croit pas avoir jamais commis d’indiscrétion et qu’en plus il n’aurait pu le faire dans son nouveau poste puisqu’il ne l’occupera que le surlendemain. Ceci a un peu arrêté Clemenceau qui, après un instant, ajoute : « Ce n’en est encore que plus grave. J’aurais pu en faire une question mais c’est contraire à mes habitudes. Vous me faites une visite de courtoisie, je vous en remercie, mais si vous ne l’aviez pas faite, je vous eusse convoqué. »

            Pénelon se retira fort intrigué. Il demanda à Mordacq ce que Clemenceau lui reprochait. Voilà, répond Mordacq, on vous reproche d’avoir été trouver un directeur de journal pour lui faire part de vos projets.

            – Un directeur de journal ? Je n’en connais pas. Pénelon ne pensait pas à moi qu’il connaît de tout temps.

            – Ne connaissez-vous pas M. de Nalèche ?

            – Sûrement, et très intimement, bien avant qu’il soit directeur de journal.

            – Eh bien voilà, cela vient de son entourage. Vous lui auriez dit qu’il faudrait prendre Buat comme ministre de la Guerre.

            Pénelon s’est rappelé qu’il avait parlé chez moi avec Brinon de la démobilisation et que tous deux avaient été d’accord pour que l’on fît venir comme major général au ministère un homme de valeur et un militaire comme Buat qui serait tout désigné par sa grande intelligence et ses remarquables conceptions. Il s’est dit : « Brinon a dû venir au ministère causer de cela avec ses amis et il aura cité mon nom en toute bonne foi dans la discussion. On aura raconté cela comme si nous demandions Buat comme ministre. De plus, cette opinion paraissait concorder avec un ensemble de tentatives que l’on aurait faites dans le dessein de faire nommer un ministre de la Guerre. Clemenceau avait vu là-dedans une menace de faire intervenir l’Élysée. Inde ira [3].

            Je viens de voir Brinon qui m’a tout de suite dit : Mais oui, j’en ai parlé avec Saillard, le chef des Informations militaires, et j’en aurais aussi bien parlé devant l’univers entier, Pénelon n’ayant dit que les choses les plus sensées et tout à fait d’accord avec l’opinion de mes amis du ministère. Certainement, mes paroles au sujet du général ont été incomprises ou traverties (C’est plutôt travesties).

            L’entrevue de Poincaré avec Mandel mérite d’être mentionnée. Elle se passa d’une façon fort aimable et courtoise. Mais Mandel dit qu’il avait pour Clemenceau la plus grande admiration et le plus complet dévouement et que, si un conflit surgissait entre le président et lui, on pouvait s’attendre à ce que lui, Mandel, se rangeât aux côtés de son patron. Poincaré, en riant, lui répondit qu’il resterait aux côtés du sien.

            Que dis-tu de cela ? J’y vois que le pauvre Poincaré doit être terriblement brimé et ne doit guère pouvoir agir ou suivre ses velléités, si parfois il en a.

            Lechartier, que tu as vu chez moi, venait me mettre au courant de ce qu’il avait recueilli de l’entourage de Wilson au sujet du voyage en Italie [4]. Les Américains avaient été très surpris de l’hostilité violente italienne contre la France. L’Italie avait vaincu seule ses ennemis alors que la France avait eu besoin de l’aide de tous les Alliés. C’est l’Italie qui a gagné la bataille de la Marne, etc., etc. Wilson était parti dans un état d’esprit assez peu favorable aux Italiens, je ne sais s’il aura changé. Lechartier attacherait du prix à savoir ce qui s’est passé dans la conversation avec le pape [5]. Jusqu’ici, rien n’a transpiré.

À toi.

Et


[1] Nalèche n’évoque pas la Conférence de la Paix où le conseil des ministres désigne des plénipotentiaires français.

[2] Le général Pénelon est nommé secrétaire général de la présidence de la République et chef de la maison militaire du président de la République.

[3] En latin : « d’où la colère ».

[4] Le 3 janvier 1919, le président Wilson est reçu solennellement à Rome. Il se rend au Vatican et, le 5, à Gênes et à Milan.

[5] Benoît XV.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.