8 janvier 1919

8 janvier 1919

            Voici bien des jours que le pensum a été négligé. Je ne sais plus à quelle date je t’ai envoyé le dernier. J’ai cependant fait beaucoup de choses depuis, et mon voyage [1], s’il m’avait été possible d’en noter les incidents au jour le jour, eût fourni la matière pour bien des feuillets. Un voyage d’une journée entière avec Mme Poincaré en compagnie d’un phénomène comme Arthur Meyer et de deux dames [2] dont l’une est la plus terrible bavarde que je connaisse, Mme de L. [3], ce voyage doit être certainement fertile en anecdotes savoureuses. Je dis une journée, c’est deux journées complètes de 7h du matin à 10 ou 11h du soir.

            Mme Poincaré est certainement gentille, simple et facile à vivre. Dans ces longues heures, elle n’a jamais donné un symptôme de lassitude. Elle est relativement assez cultivée, se tient au courant de ce qui paraît, lit et parle facilement anglais et allemand. Elle cherche, pour le moment où le couple rentrera dans la vie privée, une maison analogue à celle qu’elle avait rue du commandant Marchand. Elle parle peut-être un peu trop de la décision absolue de ne point briguer un nouveau mandat pour que ce soit tout à fait sincère, de même elle insiste un peu trop sur la situation réduite dans laquelle on se trouvera. Enfin, ce sont de petites fautes mais très légères.

            Je ne te raconte pas notre voyage, Meyer va, dans Le Gaulois de demain, lui consacrer un grand article de deux colonnes dans lequel il m’annonce qu’il dira tout en exceptant les détails personnels [4]. Cela m’amusera de le lire et de voir la déformation des choses se reflétant dans « les yeux qui ont vu » [5]. Si cela t’intéresse, je te compléterai ou je corrigerai les impressions de mon compagnon.

            Un bête d’accident, dans lequel nous faillîmes écraser deux braves femmes renversées par notre auto, me retarda de vingt-cinq minutes et m’empêcha d’avoir une bonne conversation avec Pétain. Mes obligations officielles ne me laissaient aucune latitude et la marche était réglée comme pour une noce. J’ai vu néanmoins le maréchal qui m’a exprimé ses regrets de ne pouvoir me garder quelque temps et il m’a fait une très grande impression. Je crois du reste que c’est l’effet qu’il a produit sur tous.

            À Strasbourg, chez Gouraud, je dînais entre le général Dufrêne [6] et le chef d’état-major, colonel (?), tous deux m’ont paru de premier ordre, le second surtout. Nous avons longuement causé de l’année 1917… Tous deux admirent Pétain.

            J’ai eu aussi un très long entretien avec Bucher. Nous sommes restés ensemble jusqu’à 1h1/2 du matin. J’ai bien trouvé les sentiments que l’on nous a décrits tant à Metz qu’à Strasbourg. J’ai été ému autant qu’on peut l’être, j’ai senti avec une force étrange cet épanouissement d’une population déchirée, mais j’avoue que je quitte l’Alsace profondément inquiet. La lune de miel bat son plein, mais quand on voit les fonctionnaires que nous avons choisis pour cette période d’adaptation nouvelle, de réajustage à la mère patrie, on est épouvanté de la médiocrité, de la vulgarité, de la petitesse d’esprit dont ils font preuve.

            Je crois que je préfère encore des gens comme les Mirman qui, évidemment, n’ont qu’une éducation médiocre mais qui y suppléent par un dévouement sans bornes, à la troupe qui opère à Strasbourg. Maringer est un bon garçon, mais il ne me paraît avoir d’autre qualité que celle d’être le beau-frère de Jeanneney. Dans l’entourage il y a bien quelques hommes de valeur, Bucher, Delahache [7], mais que peuvent-ils contre l’indifférence ou les parti pris de Paris auxquels se soumettra toujours Maringer. Et puis des juifs, des Kahn, des Lévy, etc., etc., c’est trop.

            Gouraud me racontait une anecdote assez amusante qui date seulement de la semaine dernière. On téléphone du GQG que le général Pershing va venir à Strasbourg. Grand émoi, branle-bas, mobilisation de onze jeunes filles porte-bouquets. Coup de théâtre ! Ce n’est pas du tout Pershing, le téléphoniste s’est trompé. C’est le général Cherfils ! On est tout de même prévenu à temps pour éviter un pataquez complet et le bon Gouraud, pour dédommager le gracieux essaim des Alsaciennes, les invite à dîner. Il est prévenu qu’il va amener des mécontentements très grands car, sur les onze jeunes filles, neuf étaient israélites.

            Gouraud en était là de son récit lorsque Maringer est venu se mêler à la conversation. Mais oui, me dit-il, 9 sur 11. Et cela avait été fait sans aucune idée préconçue, nous ne nous en doutions pas. Ce mot m’a fait frémir pour l’avenir de nos provinces. Voici des gens qui sont à la tête d’un pays et qui ne se doutent pas de la situation des partis, des usages ou des traditions d’une cité dont ils assument l’administration.

            J’ai cru de même dans la ville saisir quelques murmures, oh légers, bien légers, sur ce qu’approvisionnés autrefois, les magasins commencent à se vider et n’arrivent plus à refaire leurs stocks.

            Ajoute à cela une question brûlante. Les Alsaciens ne veulent plus de Boches et l’on en a besoin. Eux seuls dans les administrations connaissent le pays et les multiples rouages de la machine. On a été même obligé d’en faire revenir qui avaient été chassés. L’Alsace-Lorraine était un véritable État avec une administration de premier ordre. Nous lui apportions notre arrondissement, la division en départements, etc., etc. En ce moment on se grise encore des joies de la délivrance. On continue à pousser à la mascarade, aux costumes, etc., mais les lampions s’éteindront, les danses finiront et on se trouvera aux prises avec les réalités.

            Le jour de notre arrivée, une grève de cinq mille hommes avait commencé dans les ateliers des chemins de fer et nous apprîmes que Merrheim et Jouhaux venaient d’arriver à Strasbourg. Tu sais l’erreur de Foch qui a laissé aux Allemands le pont de Kehl. Erreur ou faiblesse ? Maringer m’a dit que lorsque les conditions de l’armistice sont partis, Kehl s’y trouvait mais qu’il n’y était plus au retour. Le père Foch se met en colère, paraît-il, quand on le questionne sur ce sujet. Résultat : à Kehl, il y a une bonne petite organisation qui garde nos prisonniers quelques jours, leur fait subir une bonne retraite bolcheviste. Un prédicateur les harangue et on les lâche en France les poches bourrées de tracts anarchistes et la cervelle à l’envers.

            Puisque nous parlons de bolchevisme, tu as certainement connu les incidents de Brest. On a mis la main en cette ville sur un véritable soviet. Les gendarmes ont fait irruption revolver au poing dans le local où se trouvaient réunis les délégués ouvriers et soldats. On a arrêté vingt-sept individus que l’on a conduits en prison menottes aux mains. Les perquisitions ont montré que ces gens-là avaient des ramifications très étendues dans les arsenaux, les ateliers, etc. La presse ne peut rien dire. Mon correspondant de Brest m’a envoyé tous les détails de l’affaire, mais ordre formel a été donné de n’en pas parler.

            Cette opération avait été précédée d’une sorte de mutinerie des marins.

            La marmite bout, il s’agit de ne pas la laisser éclater.

Au revoir.

Et


[1] A Metz et à Strasbourg. Cf. lettre du 27 décembre 1918.

[2] Mme Paul Dupuy, née Helen Brown (18-1991). Américaine. Cf. lettre du 12 février 1919.

[3] Il s’agit de la baronne Aymar de Laumont. Raymond Poincaré la cite dans ses Souvenirs : « Henriette est partie à sept heures et demie pour Metz et Strasbourg, où elle va distribuer les objets achetés par le Syndicat de la presse. Elle est accompagnée par Mme Paul Dupuy, Mme de Laumont, de Nalèche et A. Meyer. ». Poincaré, Raymond, Au service de la France, neuf années de souvenirs, Plon, 1974, t. XI, 1919, vendredi 3 janvier, p. 33.

[4] Arthur Meyer, le directeur du Gaulois, est très mondain et un chroniqueur indispensable pour un voyage officiel. Il publie son compte rendu, « Visions d’Alsace et de Lorraine », à la une du Gaulois du 9 janvier 1919.

[5] Il s’agit d’une allusion aux souvenirs d’Arthur Meyer, Ce que mes yeux ont vu, Plon, 1911.

[6] Non identifié.

[7] Georges Delahache, pseudonyme de Lucien Aaron (1872-1929).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.