30-31 décembre 1918 et 1er janvier 1919

            30-31 décembre 1918

            1er janvier 1919

            Ces trois jours-ci j’ai chômé, d’abord parce que je n’ai pas vu grand-chose et aussi parce que j’étais débordé. Deux jours de retard suffisent pour me supprimer toute mémoire des gens et des choses. Je me demandais même si en ce jour de l’an j’aurais quelque chose à noter. J’ai vu Lasteyrie retour de Spa où il est un des négociateurs de l’armistice. Il a le sentiment lui aussi qu’on ne sait pas ce que l’on veut demander. C’est la cacophonie. Il estime qu’on n’a peut-être pas eu tout à fait raison de pousser la révolution en Allemagne aussi loin que cela. On ne sait pas avec qui on pourra négocier. Pour le moment, il a encore affaire avec les représentants de l’ancien régime, mais pour l’avenir ? Il envisage le mouvement berlinois comme une sorte de Commune dont les autres éléments de la nation auront raison. Il me demande si j’ai su les troubles extrêmement graves qui ont eu lieu sur la Ruhr et où nous avons fait marcher les mitrailleuses en grand. Ces gens-là avaient installé des comités O.S. et avaient commencé à arranger leurs petites affaires qui se sont trouvées gravement troublées par l’arrivée des délégués français. Ils ont voulu faire de l’obstruction et on a été obligé de les régler.

            Il n’est pas non plus d’accord avec Gauvain sur l’affaire autrichienne ; il ne trouve cependant rien à répondre à cet argument définitif que l’Autriche était perdue d’ores et déjà. Alors il émet des doutes sur la vitalité des jeunes nations. Évidemment elles ne sont pas très solides dès maintenant, mais je lui dis que tout se tassera. Ce n’est pas à nous de défendre l’Autriche et voici plus de dix ans que nous voyons ces petites nationalités se développer, elles sont donc mûres et ce ne sont pas tous les discours sur le rôle important de l’Autriche à l’Est qui y changeront quelque chose. L’Autriche ayant dégringolé deux ans plus tôt, c’était comme aujourd’hui la fin de la guerre. Certains alliés ne l’ont pas voulu.

            Déjeuner hier à L’Opinion [1]. Grand éloge de la maison, et tout cet ancien milieu briandiste n’a que des louanges pour l’article A. Gauvain sur ce grand homme, article d’avant-hier dont tu te rappelles les termes assez vifs.

À toi. Et


[1] Le siège de L’Opinion est 4, rue Chauveau-Lagarde, Paris, VIIIe. En 1914, son directeur est Maurice Colrat et son rédacteur en chef, Jean de Pierrefeu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.