29 décembre 1918

            29 décembre 1918

            Jean Dupuy est allé voir Sarrail. Il a estimé qu’il lui devait une visite de fin d’année. Il arrive boulevard Pereire, en face la station, dans un appartement très modeste de deux mille huit cents francs. La porte est ouverte par une bonne qui tient un magnifique poupon sur les bras, c’est la dernière œuvre stratégique du maréchal. On ne demande rien au visiteur, ni son nom, ni l’objet de sa visite, ce qui prouve qu’il reçoit tout le monde. Jean Dupuy entre dans un salon où il y a arbre de Noël, jouets à la traîne, etc. Sarrail vient le voir crotté comme un barbet. Il lui fait l’effet beaucoup plus calme qu’autrefois, mais néanmoins un mot dans la conversation montre qu’il est resté politicien. Dans le fond, dit Jean Dupuy, c’est un simple arrondissementier. Il ???? la Chambre de l’affaire des sursis et que la suppression en est excellente. Interrogé, il répond que c’est parfait au point de vue électoral.

            La chose curieuse de la visite, c’est qu’au moment où il reconduit Jean Dupuy à la porte, il le ramène dans le salon pour lui montrer un objet intéressant. Il lui sort une gouache, paraît-il assez jolie, représentant le Kronprinz. Au dos, une inscription manuscrite allemande : Au plus loyal et plus chevaleresque ennemi, le général commandant en chef les troupes françaises à Verdun. Signé : Wilhelm [1].

            Je vais la faire encadrer, a dit Sarrail.

            Pas une minute, il ne s’est rendu compte de l’énormité de la chose. Rapports avec l’ennemi, etc. Comment a-t-il eu cela, il n’en a pas dit un mot. En tout cas, cela tombe au premier chef sous l’inculpation : Rapports avec l’ennemi.

            Il ne se rend du reste pas du tout compte. Je te prie de garder cela pour toi, bien que le général n’ait pas du tout l’air d’en faire mystère.

À toi

Et

            Te rends-tu compte de ce qu’est l’avenue du Maine ? C’est l’avenue qui passe sous le pont de la gare Montparnasse. Près de ce pont, il y a une sorte de bijoutier où l’on ne penserait trouver que de petits articles de vingt francs, il y a là des brillants de deux mille huit cents à trois mille francs. Un jour de marché, il les vendra, c’est sûr.

Et


[1] Wilhelm signifie Guillaume. Il s’agirait du Kronprinz, Frédéric-Guillaume de Prusse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.