28 décembre 1918

            28 décembre 1918

            Visite d’Artaud. Le président de la Chambre de Marseille commence à être très effrayé de l’état de désordre dans lequel tout est chez nous. Chaque jour les ministres, ceux du moins auxquels il a affaire, Commerce et autres, accouchent de mesures nouvelles se contrecarrant les unes les autres, d’où ajournement à toute exécution. Mieux vaudrait, dit-il, une bêtise faite de suite que ces temporisations perpétuelles. C’est la rapidité de la décision et de l’exécution qui importeraient, surtout aujourd’hui. Il me cite ce qui se passe pour le port de Marseille, et la situation n’a rien de réjouissant. Il se demande comment on en sortira. Il y a à l’Estaque environ le double de bateaux qu’il devrait y avoir attendant leur déchargement. Les matières premières que l’on recevait étaient déchargées sur le port, et comme ce sont des minerais, cela forme des tas en cône qu’il faut respecter, chaque bateau tenant exactement à son tas. Cela prend une place incroyable et comme maintenant on n’a plus besoin de ce minerai, on le laisse là sans s’inquiéter si les autres marchandises peuvent être débarquées.

            Artaud a cité des exemples fantastiques du manque de compétence de tous nos services commerciaux. Je crois bien qu’il a indiqué dans le journal l’achat du riz, mais il m’en dit bien d’autres.

            Il voudrait beaucoup que le président de la République se rendît compte de tout cela, convoquât un peu les présidents de Chambre pour se faire renseigner sur l’état économique du pays. Évidemment, il eût mieux valu que notre président se livrât à ces consultations que d’aller au front et passer, comme il nous l’a dit lui-même, quelque chose comme cinq cent soixante nuits dans son wagon. Mais le pauvre président nous dira que ce n’est pas constitutionnel. Il aurait eu un grand rôle à jouer et une influence considérable à prendre, surtout que ces questions économiques ne sont pas celles que la Chambre préfère et on l’aurait sans doute laissé tranquillement barboter là-dedans. J’en dirai un mot à Pichon pour tâcher de l’intéresser à ce qui est cependant la substance du pays.

            Mandel vient encore de jeter le trouble dans l’administration. En vingt-quatre heures, il vient de dégommer un charmant garçon [1], qui était directeur politique à l’Intérieur coupable de ne pas avoir chargé son ancien chef au procès Malvy. Aussi on ne l’a pas raté. Pams n’a pas osé piper, mais Chiappe, c’est la victime, s’est offert le luxe de dire au ministre ce qu’il pensait de sa couardise. Il lui a demandé notamment s’il savait ce que c’était que de prendre une responsabilité.

À toi.

Et


[1] Jean Chiappe (1878-1940). Homme politique. Rédacteur (1899), chef de cabinet (1909), puis chef du bureau  des Affaires politiques (1916-1918) au ministère de l’Intérieur. Il défend Leymarie et Malvy devant le tribunal et Clemenceau lui enlève son poste et le relègue pendant cinq ans. Directeur de la Sûreté générale au ministère de l’Intérieur (1924-1927).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.