27 décembre 1918

            27 décembre 1918

            En rentrant déjeuner, je trouve un mot de Denys Cochin. C’est une invitation à déjeuner avec Mgr Ceretti [1], « le prélat si distingué et intelligent que le Vatican envoie en Amérique ». À ses compliments sur un homme qui nous bat en brèche à fond, tu reconnais Cochin. Il doit trouver Mgr Ceretti un sincère ami de la France.

            Je pense à part moi que, ce soir même, je publie une petite correspondance de Rome qui m’aurait tout de suite fait bien voir demain du convive de Cochin si je ne m’étais empressé de refuser l’invitation.

            Bidou a vu Mandel ce matin, il est fort rassuré au sujet de la séance de tantôt. Le Tigre y viendra, répondra et peut-être même attaquera. Il est décidé à poser la question de confiance chaque fois qu’il y aura un tiraillement, se croyant certain de la majorité jusqu’à la paix.

            Visite tantôt du général P. [2]. Il est arrivé hier au soir, rappelé à la présidence où il reprendra ses fonctions. Nous causons un bon moment. Il ne trouve pas l’état d’esprit bien fameux, déplore ce qui se passe pour la démobilisation et redoute que tout cela ne s’achève dans le désordre. Il revient de l’enterrement d’un officier tué par ses hommes ! (pour toi confidentiellement). Cependant, il ne paraît pas trop s’alarmer de cet événement qui semble dû à des causes autres que de la rébellion, mais c’est malsain.

            Longue conversation avec Rooseboom sur la Hollande. Il me raconte combien on a souffert des restrictions dans son pays. Deux cents grammes de viande par semaine, et ces jours-ci on n’en a pas eu du tout. Il ajoute que l’Angleterre aurait pu se montrer un peu moins dure. Ce qui est curieux, c’est qu’il y a beaucoup d’hostilité dans le pays contre notre alliée tandis que la France est universellement aimée. Par contre, il a été en Angleterre où on ne lui a manifesté que de la sympathie pour la Hollande. En France, au contraire, il a trouvé un courant extrêmement hostile. Il est certain que ce courant prend naissance en Belgique et qu’il est pour le moment assez fort chez nous.

            Rooseboom me dit tout ce que la Hollande a fait pour les prisonniers français en Allemagne leur envoyant des milliers de paquets, et lorsque l’état du pays n’a plus permis l’expédition de denrées, on en envoyait l’équivalent en argent à Berne. Souvent on travestissait les intentions hollandaises, surtout en Angleterre. Exemple : un jour, un journal anglais, accusant les Hollandais de ravitailler l’Allemagne, proclamait qu’ils avaient envoyé chez l’ennemi six mille caisses de lait concentré. Le journal a tout simplement oublié de dire que, trois jours après, la Hollande avait envoyé quatorze mille caisses, soit plus du double en Angleterre. De plus, la Hollande était obligée de tirer du charbon de l’Allemagne et celle-ci lui posait des conditions draconiennes. Confidentiellement, il me parle de nos représentants qui n’ont malheureusement eu que des rôles tout à fait nuls.

            Marcellin Pellet [3], qui était là au début de la guerre, fut lamentable, et Allizé, à l’heure actuelle, a une femme qui est loin d’être aimée. Comme elle ne fait rien elle-même, elle semble jalouse des dames qui travaillent pour la France et voudrait les en empêcher.

            Rooseboom me dit tout cela sur un ton très doux, sans acrimonie ni violence et ses récits paraissent sincères. Il me fait observer que, si la Hollande avait laissé se faire une base de sous-marins dans l’Escaut, la situation aurait été très mauvaise pour l’Angleterre, si on en juge par le mal que lui a donné la petite station fabriquée de Zeebrugge.

            Rendez-vous à 5h chez Jean Dupuy où je conduis Lechartier pour parler des journalistes américains. Nous trouvons auprès du lit de Dupuy Lévysales (?) [4], le secrétaire de la commission de la Presse, qui nous raconte comment on n’a rien fait jusqu’ici. C’est encore la faute de Mandel dont les Affaires étrangères ont voulu prendre l’avis, et, au lieu d’accepter que ce soit notre comité qui fût chargé de diriger le mouvement, il a voulu imposer un organisme purement commercial mais tout à fait domestiqué. C’eût été alors la formidable gaffe. Je te passe tous les détails, mais dis-toi seulement que c’est effarant de voir comment tout est mené dans notre cher pays.

            Je vais de là chez le président de la République. Comme j’ai un quart d’heure devant moi, j’entre au Cercle. Un vieil ami à moi, le vicomte de La Lande [5], me laisse entendre que les organes bien pensants n’aiment guère Gauvain, et je vois qu’il partage ce sentiment. C’est toujours la chute de l’Autriche qu’ils ne lui pardonnent pas. Bien qu’ancien diplomate, mon ami La Lande ne me paraît pas très ferré sur la question et je le laisse très démonté. La foi chez lui remplace le jugement, comme chez les autres du reste.

            Luppé [6] qui est assez bon garçon et très rond me parle des ministres et me dit : Tout de même, Loucheur est un peu trop prévaricateur. On prétend qu’il n’y a pas une affaire où il n’ait un homme de paille et on trouve que vraiment il gagne un peu trop d’argent.

            Sur ces belles réflexions, je pars pour la présidence où je suis reçu avec Meyer. Nous venions pour le voyage à Metz et à Strasbourg avec Mme Poincaré.

            Le président, au cours de la conversation, nous dit qu’il est bien décidé à se retirer à la fin de son septennat. Il a cru de son devoir d’accepter car il avait senti en 1913 combien la situation était grave. Son rôle devait être de tout faire pour empêcher la guerre et si, malgré ses efforts, la guerre éclatait, il fallait la mener à bien. Aujourd’hui c’est fini, il ne sollicitera plus les suffrages et son plan est tout tracé, il rentrera dans la politique. Déjà, il a demandé à ses collègues de la Meuse de lui réserver une place, il se jettera dans la mêlée.

            Je lui dis : Mais peut-être les cironstances se poseront-elles de telle façon que, de nouveau, il sera de votre devoir d’accepter.

            Il reprend avec force que non, qu’en aucun cas il ne continuera.

            Cependant, lui dis-je, nous sommes devant l’inconnu le plus redoutable, cela peut être aussi grave sinon plus que la guerre. – Oui, reprend-il, mais dans ces événements que vous redoutez et qui en effet sont menaçants, un président ne peut rien, il faut se jeter dans la mêlée.

            Nous passons en revue les problèmes qui nous paraissent les plus délicats, et je vois que le président doit en ce moment avoir des tiraillements avec le gouvernement. Il me paraît être dans des idées assez saines au point de vue de la démobilisation, etc.

            Il va rajeunir sa maison. Pénelon vient à la place du brave Duparge et Pichon [7] reprend sa place occupée par Saincère.

À toi.

Et


[1] Mgr Bonaventure Ceretti est alors nonce apostolique.

[2] Le général Pénelon est nommé secrétaire général militaire de la présidence de la République et chef de la maison militaire du président de la République le 11 janvier 1919.

[3] Marcellin Pellet (1849-1941). Avocat. Diplomate. Homme politique. Député républicain du Gard (1876-1885). Ministre plénipotentiaire de 1ère classe à la Conférence de la Paix à La Haye (1907).

[4] Non identifié.

[5] Paul de La Lande (1863-19). Vicomte. Diplomate. Camarade de Nalèche au collège Stanislas à partir de 1880.

[6] Pierre de Luppé (1866-1934). Marquis. Membre du cercle de l’Union.

[7] Adolphe Pichon (1876-1959). Conseiller d’État. Secrétaire général civil de la présidence de la République (1913-1914), il est mobilisé et laisse sa place à Olivier Sainsère. Il reprend alors son poste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.