26 décembre 1918

            26 décembre 1918

            Je t’avais parlé il y a deux jours d’un gros et grand Hollandais à tournure boche qui s’appelle le Jonkeer Haukussen. J’ai demandé à Rooseboom [1], l’ancien secrétaire général du tribunal arbitral de La Haye qui a démissionné pendant la guerre à cause de ses sentiments francophiles, ce que c’était que ce Haukussen et ce qu’il fallait penser de ses discours et de ses essais d’amadouer la presse. Rooseboom m’a répondu qu’il était ou le beau-frère ou le cousin germain du ministre des Affaires étrangères néerlandais et que ce qu’il cherchait était surtout de sauver la position de son parent. Or en Hollande, le président du Conseil étant ententophile, on a mis auprès de lui un ministre germanophile, et Van Scarbeck fut germanophile avéré. Aujourd’hui, dame, cela va moins bien pour lui.

            J’ai déjeuné ce matin avec Noradounghian, l’ancien ministre des Travaux publics de Turquie que l’on connaissait ici autrefois sous le nom surtout de Gabriel Effendi. Il avait été du reste exilé par les Jeunes-Turcs. Il va représenter l’Arménie au Congrès de la paix. C’est un homme extrêmement fin et intelligent. Sa conversation remplie de souvenirs et d’anecdotes est fort intéressante. Un certain nombre d’histoires impayables sur le vieux forban du Monténégro. Il s’était fait donner une maison à Constantinople par le sultan. En possession de la maison, il voulut des fleurs et un jardin. On lui donna un jardinier excellent, puis, lorsque tout fut en état, il offrit au gouvernement turc de lui racheter sa maison. Le sultan consentit. Il demanda un million, on lui donna le million ! Gabriel Effendi, arrivant au ministère, vit dans les comptes deux cent mille francs à payer au Monténégro. C’est comme cela qu’il découvrit toute la genèse de l’affaire. Les bons Turcs, craignant que, si le million était versé d’un seul coup, le Nicolas n’inventât quelque nouveau truc, avaient décidé de payer par tranches de deux cent mille francs. J’ai dû te raconter jadis l’histoire du yacht [2], elle ne manque pas de saveur non plus.

            Pour le moment, Noradounghian et ses collègues veulent établir la constitution arménienne. Ils ne croient pas que le pays soit tout à fait prêt à se mettre sous la forme républicaine. Il croit que le régime royal serait préférable. Les Arméniens auraient besoin pour quelque temps d’un pouvoir central un peu fort, non seulement à cause de la politique intérieure mais aussi pour les relations avec l’extérieur. Il se montre assez préoccupé d’un discours qui a été prononcé à New York où les idées de Wilson auraient été exposées au sujet de Constantinople. Le président serait disposé à internationaliser les détroits mais en donnant une sorte de surveillance de délégation à la Grèce. Certainement, la solution serait assez fâcheuse et on comprend les craintes de ces braves gens. De six millions, la population arménienne est tombée à trois millions. Les frontières n’auraient donc plus besoin d’être aussi étendues. Il estime que l’Arménie donne dès maintenant des espoirs de sérieuse vitalité. La nation se reprend. Noradounghian croit que les massacres de Grecs qui ont lieu à l’heure actuelle sont dus au travail d’Enver qui continue à faire le jeu de l’Allemagne.

            Je suis allé aujourd’hui voir Pallain à la Banque [3]. Il a été assez malade, souffrant d’un zona. Il va mieux, mais je l’ai trouvé encore souffreteux, aigri et pas très agréable. Il envisage sans plaisir le moment où il faudra quitter le logis de La Vrillière [4].

            J’ai longuement causé avec Lechartier. Il est de plus en plus chagrin de la façon dont on a reçu ou plutôt dont on n’a pas reçu les journalistes américains qui ne peuvent se faire recevoir par aucun homme politique. Clemenceau n’a jamais daigné leur donner audience. Beaucoup partent avec Wilson pour Londres [5] où on leur ménage un accueil magnifique, et un certain nombre ont annoncé qu’ils ne reviendraient plus à Paris. Lechartier me dit aussi que l’impression des soldats n’est pas très bonne. À Chaumont cependant, où il est allé, l’état d’esprit est beaucoup meilleur. Malheureusement, les soldats américains qui rembarquent font un séjour à Brest et là, dans ce foyer détestable, ils risquent de partir avec d’assez mauvais souvenirs et surtout le sentiment qu’on les a exploités terriblement. Tout cela réuni n’est guère bon pour l’avenir car soldats et journalistes répandront des jugements peu favorables aux quatre coins de l’Amérique. On a vécu jusqu’ici sur les grands mots « , Rochambeau [6], la dette contractée sans intérêt, etc. », mais il serait fâcheux que toute cette tradition soit anéantie. Et cela risque d’arriver alors qu’on aurait pu l’éviter à si peu de frais. Il en a parlé au commissariat Tardieu qui a levé les bras au ciel mais qui a déclaré que les Affaires étrangères avaient voulu s’en occuper et qu’eux ne s’en étaient pas mêlés. Toujours la même et incurable inertie !

            Lechartier me dit encore que c’est le toast Poincaré qui a empêché Wilson d’aller au front. Je lui raconte l’histoire de Colrat. Il me répond : Le président ne sait pas un mot d’anglais. Wilson ne dit pas un mot de français. Il leur a dont fallu un intermédiaire et cet intermédiaire a dû être Jusserand. Vous pouvez être tranquille, notre ambassadeur a dû retirer tout ce qui aurait pu ressembler à une critique.

            Un capitaine, qui est un assez grand usinier de mon pays, déplore, dans une visite qu’il me fait, l’ignorance dans laquelle chacun se trouve de tout plan de reconstruction. Il voudrait remonter son usine, il est ici au ministère de la Guerre et, bien placé cependant, n’arrive pas à savoir ce que l’on veut faire.

            Le génie seul a eu un peu d’initiative. Il ne veut plus conserver de stocks et a commencé à liquider tous ses bois, pieux, traverses, etc. L’Armement, fort embêté, conserve au contraire tous ses stocks et voudrait empêcher toute importation pour les liquider dans de bonnes conditions, le cuivre surtout dont il possède cent mille tonnes achetées au plus haut prix et qu’il veut revendre sans pertes.

À toi.

Et


[1] Rooseboom. Hollandais. Ancien secrétaire général du tribunal d’arbitrage de La Haye. Francophile.

[2] Cf. lettre [sans date, après le 12 novembre 1916].

[3] La Banque de France, 48, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris, Ier.

[4] L’hôtel de La Vrillière est le siège de la Banque de France.

[5] Le 26 décembre 1918, le président Wilson part en Angleterre.

[6] Jean-Baptiste de Rochambeau (1725-1807). Maréchal de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.