23-24 décembre 1918

            23-24 décembre 1918

            Hier et aujourd’hui, comme je te l’ai dit, je n’ai pas eu une minute pour faire le pensum. Je ne veux cependant pas laisser se terminer le second jour sans avoir au moins inscrit les dates.

            J’ai eu beaucoup de choses le 23, mais il faudrait au moins une heure de réflexion pour les sortir de l’oubli.

            Ce matin, visite du Jonkeer Haukussen [1]. Il m’est envoyé par Rocheblave, l’homme le plus naïf que je connaisse, et, depuis qu’il a péroré en Hollande, il croit avoir pénétré cette dernière et il en tire la conclusion qu’elle est francophile. Le Jonkeer Haukussen est un magnifique Boche. Il en a l’aspect physique et aussi les malices. Il est très ennuyé de la campagne de certains journaux français tendant à montrer la Hollande comme ententiste. Il en a de bonnes. Il prétend que les Hollandais sont de pauvres victimes et il voudrait éclairer l’opinion. Il a vu Mandel à ce propos et il a reçu l’avis qu’il lui faudrait faire pratiquer quelques sondages dans les différentes administrations de journaux et tâcher de faire passer des articles. Il me développe un article et, chaque fois que Haukussen arrive à un passage qu’il considère comme machiavélique, je sens qu’il l’appuie d’un regard intense pour voir l’effet qu’il me produit. Je reste impassible. Quand il a fini, je lui déclare tout simplement que son factum ne passera jamais dans un journal français et que ce n’est pas le moyen de lutter contre la campagne qu’il croit deviner que de dire aux journaux qu’ils sont des ignorants et qu’ils doivent aller se documenter auprès du gouvernement néerlandais. Je lui conseille de causer avec Gauvain. Il me raconte de première main l’arrivée de l’empereur à la frontière. Le ministre reçoit, vers 11 h ½-minuit, un coup de téléphone lui disant qu’il y a un monsieur se disant ancien empereur d’Allemagne qui demande à passer la frontière. Une fois autorisé, Guillaume II stupéfie l’entourage par ses conversations. Il raconte qu’il avait longtemps hésité entre la Suisse et la Hollande, puis qu’ayant réfléchi, il s’était dit qu’il était prince d’Orange et que c’était en Hollande qu’il devait aller. Du reste, ajoutait-il, j’en étais plus près [2].

            Il a beaucoup parlé de la France, de son excellente collaboration avec le maire de Lille, ses rapports parfaits avec les populations françaises et la sympathie que, somme toute, il trouvait dans notre pays. La France le hante.

            Haukussen excuse ainsi l’accueil fait à Guillaume : « Si on l’avait laissé retourner en Allemagne, songez aux conséquences que cela aurait pu avoir si l’empereur avait tâché de rallier ses partisans et d’organiser une contre-révolution. » Par conséquent, en recevant l’empereur, la Hollande a rendu service à l’Entente.

            Haukussen, qui est conseiller de la légation cherche à défendre son gouvernement. Mais c’est un beau Boche.

            Après cela, visite de Noradounghian [3] qui fut ministre en Turquie, réfugié en Suisse depuis la guerre et aujourd’hui délégué à la Conférence de la Paix. Nous n’avons guère pu causer mais je dois déjeuner avec lui demain.

            Dans la soirée, autre antienne. André de Joly, l’ancien préfet de Nice qui fut si attaqué par l’Action française et qui même mordit la poussière puisqu’il avait reçu une très belle situation qu’il fut obligé d’abandonner [4]. Il n’avait pas voulu venir me voir, me dit-il, pendant qu’il était attaqué, ne voulant pas avoir l’air de quémander une défense, aujourd’hui il s’est décidé à venir en parler avec moi et me demander conseil. Il me raconte par le menu les soi-disant complaisances qu’il aurait eues pour les Boches. Il n’a jamais dîné ni déjeuné avec le Margulies qui n’est jamais entré que dans son cabinet, et toujours recommandé et accompagné par des parlementaires. Il a même refusé, craignant des compromissions, l’offre d’une très grosse somme pour les veuves de Nice par son entremise. À propos de Margulies, il me raconte qu’Albert Clemenceau, qui était un des plus farouches défenseur de Margulies, était devenu tout à coup un des plus intimes familiers du bonhomme. Quant à Jellinek [5], comme il le dit, sa sœur est chez cet homme depuis trente ans et a refusé de quitter cette famille, estimant que son devoir était de partager la bonne et la mauvaise fortune. C’est encore Mandel qu’on trouve en dessous. Joly se prétend victime d’une sorte de malfaiteur local maître chanteur, qui a fait mourir de chagrin le vénérable abbé de Lérins qui avait refusé de passer sous ses fourches. Cet homme avait lié partie à Cannes avec le rédacteur de L’Action française, et, à eux deux, ils ont voulu faire sauter le préfet. Joly me demande conseil. Il n’a jamais pu ni être reçu ni entendu par Clemenceau. Pams n’ose rien dire ni rien faire. Doit-il écrire au président du Conseil ? Il craint que, Clemenceau disparu, on ne lui reproche de n’avoir pas cherché à se faire rendre justice du vivant de celui qui aurait pu juger. Je lui conseille la plus grande prudence car on le laisse tranquille en ce moment, et je ne sais pas quelles sont les ramifications de la rue Saint-Dominique à l’autre maison…

À toi.

Et


[1] Le Jonkeer Hankussen. Hollandais. Diplomate. Conseiller de la légation.

[2] Après son abdication, Guillaume II se réfugie à Doorn aux Pays-Bas où il mourra le 5 juin 1941.

[3] Gabriel Effendi Noradounghian (1852-1936). Arménien. Homme politique. Il cherche à laïciser le monde ottoman, seul moyen pour permettre aux Turcs et aux Arméniens de vivre ensemble. Homme de compromis, il est professeur, diplomate, sénateur, puis ambassadeur extraordinaire (1909), membre de la cour permanente d’arbitrage de La Haye (1908-1913). Il devient ministre des Affaires étrangères (1912-1913) après la guerre des Balkans. Il participe au groupe étranger qui finance l’avance des 500.000 livres turques d’avril 1913 pour la Compagnie des Phares de l’Empire ottoman.

[4] André de Joly (1857-1934). Homme politique. Préfet de Nice (5 septembre 1904-19 juin 1917).

[5] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.