22 décembre 1918

            22 décembre 1918

            Quelque chose à noter. Au procès Catallini, il est apparu qu’un M. Astruc, musicien à Paris, fut l’intermédiaire entre l’accusé et Caillaux et reçut pour le prix de cette entremise cinq cent mille francs. Astruc musicien ? il n’en est guère qu’un, c’est celui de Radio, de l’Opéra, etc. Personne n’a soufflé mot, mais la chose ne m’étonnait qu’à demi.

            Bourdeau t’a-t-il raconté ce matin ce qui s’est passé il y a huit jours à propos de l’élection future de Millerand [1] après l’exposé des titres ? Le père Franqueville, ce parangon de vertu, se levant et disant qu’on ne pouvait voter pour Millerand, cet homme qui s’était enrichi aux dépens des congrégations, cette absurde calomnie qui avait été lancée par le vieux Combes dans une discussion célèbre. Il fut répondu au père Franqueville, et de la bonne façon. Résultat : Élection de Millerand avec la majorité que tu as vue hier.

            Je viens d’apprendre l’existence d’un petit complot qui peut être fertile en incidents. Les socialistes se concertent pour interpeller le gouvernement sur les causes qui ont empêché le maréchal Foch de donner suite à ses intentions d’imposer, dans les conditions de l’armistice, l’occupation d’Essen. Ils comptent sur l’embarras de Clemenceau car le projet avait été abandonné par suite d’intérêts de son chef de cabinet Mandel dans la métallurgie allemande.

            La foire aux scandales n’est pas encore terminée comme tu le vois.

Ton

Et


[1] Alexandre Millerand sera élu à l’Académie des sciences morales et politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.