20 décembre 1918

            20 décembre 1918

            Hier matin, scène assez vive avec un Portugais ridicule, M. de Hanem Christo [1], qui, après avoir été un défenseur de la monarchie, s’est subitement transformé en républicain et s’intitule chef de la mission officielle de propagande portugaise. Il m’a envoyé une lettre de protestation contre l’interview de Machado [2] parue chez nous. Cette lettre était conçue dans les termes les plus violents contre le parti Machado. J’ai refusé d’insérer et j’ai congédié le monsieur en lui disant qu’il n’était pas digne d’un gouvernement d’entrer ainsi dans la polémique pour donner un démenti. Me voici un ennemi de plus. Il avait compté se tailler une bonne réclame et faire valoir ses services. Il s’était vanté à moi que Le Matin insérerait une lettre de lui en réponse à l’interview Alfonso Costa [3] conçue à peu près dans les mêmes termes. Je lui avais dit que jamais Le Matin n’insérerait. Je ne me suis pas trompé. Le Matin publie une petite conversation du ministre, celle-là tout à fait correcte.

            Le discours Poincaré à Wilson est très discuté et c’est Tardieu qui a jeté les hauts cris. Il raconte que le président des États-Unis n’est pas content et que les Américains rouspètent. Poincaré aurait eu l’air de mettre Wilson en tutelle, et ce ne serait pas du goût des Américains. Je crois bien que Tardieu a fait de Wilson sa chose et il ne veut pas le partager. Malgré tout, si Poincaré n’a pas été complètement d’accord avec son collègue, il est certain qu’il a beaucoup appuyé et que cela a été ressenti. Wilson, qui devait aller au front, a retardé son voyage certainement à cause de cette impression. Colrat que je viens de voir me montre deux lettres de Poincaré à qui il avait fait part, par l’intermédiaire de Saincère, de la discussion dont son discours était l’objet. Dans ces lettres, le président lui dit de rassurer Tardieu, que Wilson lui a dit sur son discours les choses les plus flatteuses, lui a affirmé qu’il avait exprimé sa propre pensée et qu’il ne pouvait y avoir aucun malentendu à ce sujet-là.

            J’ai su par la Chambre que Briand travaille à force, il va palabrer de parti en parti. Il voudrait, en attendant mieux, être nommé plénipotentiaire. Clemenceau n’en veut à aucun prix. Aux gens de droite, il déclare qu’il voudrait reprendre les relations avec le Vatican, qu’on s’est conduit indignement mal avec Castelnau (c’est comique lorsque l’on songe que c’est lui, Briand, qui a brisé la carrière du vieux général). À gauche, c’est une autre antienne. Enfin, il joue son rôle très habilement. Tous ses partisans, cependant, qui s’étaient tellement agités au moment de la maladie du Tigre, sont un peu rentrés dans leur coquille pour le moment, mais ils travaillent sournoisement. En tout cas, ils vont partout disant que la majorité s’effrite, que Clemenceau commence à perdre l’oreille de la Chambre, etc., etc. Il est certain qu’il n’y a guère que lui qui puisse prendre le pouvoir à la suite de Clemenceau, et c’est vraiment désolant de ne voir surgir aucun homme.

            J’ai tenu à aller ce soir à l’ambassade d’Italie pour bien montrer que nous ne sommes pas les italophobes qu’on nous accuse d’être. Il y avait là la véritable cohue. Le roi n’est pas plus beau de loin que de près, il était en tenue de campagne et répondait assez aimablement à tous les gens qui se faisaient présenter. Il y avait là tout Paris, aristocratie et hommes politiques, et une abominable organisation. Ajoute à cela que l’électricité s’est éteinte tout à coup et ne s’est plus rallumée. Le roi a continué à serrer les mains de gens qu’on lui présentait d’abord à la lueur des briquets sortis des poches, puis, après, à celle de quelques misérables flambeaux.

            J’ai causé avec un tas de monde, d’insupportables raseurs. Guillemin m’entreprend et me dit ex abrupto, et tassé dans la foule, par conséquent chacun pouvait ramasser ses paroles : J’en ai assez, je n’ai rien dit depuis que je suis revenu, pour moi nous sommes victorieux, tout doit être oublié, mais je n’entends pas que Briand se fasse une auréole de l’affaire de Grèce alors qu’il a tout empêché, qu’il s’est conduit de la façon que vous savez. Aujourd’hui, je veux raconter quel fut son rôle, etc., etc., enfin, tout ce qu’un homme qui a constamment été joué et paralysé peut dire.

            Pendant ce temps-là, je regardais Briand qui causait avec le roi d’Italie.

            J’ai vu défiler quelques bonnes têtes, par exemple le ménage Louis de Talleyrand-Montmorency. Sa vieille femme avait un diadème de perles royal. C’était un peu répugnant.

            Je ne sais pas ce qu’il y a eu, mais la voiture du roi à la sortie s’est arrêtée devant la porte de la rue de Varenne [4] et là, a embouteillé pendant plus d’une demi-heure toutes les voitures des invités. Personne ne pouvait plus s’en aller. J’avais l’avantage d’être à pied, j’ai pu filer sans attendre le départ du monarque. Nous saurons demain la raison de ce long arrêt.

            Sur tout le parcours des voitures, il y avait des carabiniers dont le petit manteau gris surmonté du large bicorne leur donnait l’air de pantins de la comédie italienne. On s’attendait à les voir se donner des coups de batte et exécuter quelques culbutes.

Good night.

Et


[1] Non identifié.

[2] Non identifié.

[3] Non identifié.

[4] L’ambassade d’Italie se trouve 47, rue de Varenne, Paris, VIIe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.