18 décembre 1918

            18 décembre 1918

            Hier au soir, je venais de mettre mon pensum à la poste et j’allais chez Venizélos mettre mes cartes lorsque je me suis trouvé nez à nez avec Denys Cochin qui descendait de chez l’homme d’État.

            Après m’avoir dit qu’il avait beaucoup insisté pour que Venizélos vienne à l’Institut en même temps que Wilson, que Venizélos s’y refusait voulant laisser tout honneur au président des États-Unis, il me demanda s’il avait bien fait. Je lui répondis que l’ennui était surtout pour le Grec qui serait évidemment effacé par l’ovation wilsonienne. On pourrait en faire deux, me répondit Cochin. Évidemment.

            Ceci n’a aucun intérêt, ce qui va suivre en a beaucoup plus à un certain point de vue que tu comprendras, et lis-moi avec attention. Nous parlions de la politique générale, Cochin me déclara : Je vieillis, j’arrive tout à fait à la fin de ma carrière, je ne sais même pas si je reviendrai à la Chambre, il m’est pénible de terminer sur une campagne de dénonciations. Je vais y être obligé. Dans toutes les commissions de la Chambre on nous donne des chiffres faux, des documents tronqués et tout cela recouvre le vol, la gabegie, le gaspillage. Au ministère de l’Armement, il y a une bande de pillards sur lesquels j’ai les renseignements les plus certains et les plus compromettants. Je ne puis cependant garder tout cela pour moi.

            Clemenceau m’avait demandé de m’occuper des poudreries et je viens de faire en automobile dans toute la France une tournée dans les poudreries. J’ai acquis là les preuves que l’on a jonglé avec les millions. J’ai envoyé à M. Clemenceau un rapport dans lequel je lui explique que je ne peux continuer la mission qu’il m’a confiée, ne voulant pas couvrir de « mon parapluie d’honnête homme » les malversations d’une bande d’aigrefins. Je suis allé trouver le président de la République, je lui ai exposé tout ce que je savais, mais il a en Loucheur une confiance illimitée et il n’a cessé de me dire que c’était un homme désintéressé, que je le connaissais mal, etc.

            Cependant, ai-je dit à Cochin, Loucheur est un homme intelligent. On l’a pris en dehors du Parlement et il a paru bien se tirer de son énorme travail. De plus, les faits que vous me signalez sont-ils récents ou remontent-ils à l’ancien ministère ?

            – Cela a commencé sous l’ancien ministère mais a considérablement augmenté sous le ministère de l’Armement, aujourd’hui de Reconstruction nationale. Oui, avec cette manie de toujours croire les députés incapables, on est allé chercher hors de la Chambre deux hommes pour deux services les plus importants, les Transports et l’Armement. Pour l’un on a pris un imbécile, pour l’autre un chevalier d’industrie.

            Du reste, si cela vous intéresse, je vais vous envoyer mes notes prises au cours de mon inspection. »

            Je vais donc lire ces notes. Qu’y a-t-il dedans, je ne sais. Il ne faut tout de même pas oublier que Denys est l’homme de l’offensive du 16 avril, que son jugement est bien souvent, pour ne pas dire presque toujours très à-côté. C’est ce que je ruminais en m’en allant car, malgré tout, cette conversation m’avait impressionné. Il est une chose que l’on ne peut nier, c’est que Denys ne soit un honnête homme.

            Aux Affaires étrangères, on continue à ne savoir que faire. Berthelot a dit à D. [1] que l’on voulait aller à Odessa et que l’armée expéditionnaire était prête. Mais Franchet d’Espérey déclare qu’il n’en veut, de cette campagne, à aucun prix, qu’il ne serait pas suivi par ses troupes fatiguées et d’un moral douteux n’aspirant qu’à rentrer. D., qui connaît bien l’armée d’Orient, confirme cette opinion de Franchet d’Espérey.

            En revanche, les Affaires étrangères nous conseillent de nous désintéresser des peuples lettons, estoniens et autres. Ces messieurs (nos diplomates) sont hostiles à la politique des nationalités. Je leur réponds que nous avons besoin d’informations et très peu de conseils.

À toi.

Et


[1] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.