17 décembre 1918

            17 décembre 1918

            L’affaire Caillaux ne marche pas toute seule et l’on doute que l’on puisse en finir avant la mi-1920. Lescouvé serait plutôt très empêtré. La plupart des anciennes accusations seraient abandonnées pour être remplacées par de nouvelles. L’affaire Liptcher notamment. Voici ce que l’on dit à propos de cette dernière. On aurait soudoyé le journaliste espion Casella [1], qui appartient à titre officiel maintenant à l’ambassade, pour qu’il tâche d’obtenir de Liptcher des confidences. Mais l’entreprise a échoué et on reste très embêté. Il va y avoir un an que Caillaux est en prison. On pourrait le réunir à Villain, l’assassin de Jaurès qui, depuis quatre ans et demi, est en prévention. Il paraît qu’on évoque toutes les vieilles histoires, la N’Goko-Sangha, etc.

            J’ai vu G. de P. [2] à la sortie de son entrevue avec ton ami. Je crois que cela a assez bien collé et déjà nos deux personnages ont échangé quelques vues. P. a déclaré à D. [3] qu’en tout cas il aurait en lui un interprète exact des idées et des paroles de l’autre puissance. Il sera certainement excellent qu’il y ait entre les deux hommes un lien constant dans une œuvre si délicate qui doit être menée en collaboration et non pas en hostilité.

            Comment l’as-tu trouvé au milieu de ses grandeurs, peut-être un peu mince et fluet pour de si grosses responsabilités ?

            J’avais écrit à Bourdeau ces jours-ci pour différentes raisons et je lui parlais de toutes les préoccupations de l’heure. Il me répond à ceci dans un paragraphe qui trahit ses propres inquiétudes : « C’est aussi la raison pour laquelle je suis tellement d’accord avec vous pour apercevoir derrière tant de discours, d’ovations, d’embrassades et de fleurs, toute autre chose qu’une idylle. Notre civilisation est aussi brillante que fragile, et les classes cultivées et libérales en forment le frêle rempart. Oh ! combien faible devant le nombre, l’appétit, les passions et l’ignorance des assaillants. – Enfin, il faut être quand même optimiste sans excès de conviction. »

            Je viens de recevoir la visite d’un officier de marine venant de la part d’un grand chef pour me demander de publier un article sur les marins qui sont un peu oubliés en faveur des camarades terriens, et cela chagrine ces pauvres gens qui ont beaucoup peiné et dont beaucoup n’ont pas eu quinze jours de permission pendant les quatre années. Je lui réponds que je le ferai d’autant plus volontiers que j’en avais déjà le projet. Il y a eu de ces marins, et j’en connais, qui ont été torpillés deux et trois fois. Ce sera un acte de bonne justice.


[1] Cf. lettres des 21 et 22 mars 1918 où il est dit que Casella est un mouchard.

[2] Il s’agit probablement de Gustave de Puchesse.

[3] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.