15-16 décembre 1918

15-16 décembre 1918

            Je t’ai dit que Pierrefeu était venu déjeuner avec nous. Il descendait du train retour de Metz. Toujours bouillant, plein d’idées et de gaîté, il nous fait le portrait du Boche qu’il s’est pris à détester depuis qu’il l’a vu de près. Arrogant au début, il n’y a qu’à employer la manière forte, il devient souple comme un gant. Pierrefeu nous raconte un certain nombre d’histoires personnelles impayables qui corroborent son dire. Un moment, Jean Chantavoine qui est en Alsace nous racontait qu’il était délicieux d’être servi par les Boches. C’est dans les hôtels boches qu’on est le mieux servi, et avec la politesse la plus soumise.

            Pierrefeu a causé avec Hanotaux qui revenait d’une tournée dans les pays rhénans où il prétendait avoir trouvé les gens parfaitement gras et bien portants et que la misère n’était qu’une légende. Dans les villages, il avait vu des tas de fumiers, ce qui indiquait qu’il y avait des vaches, mais celles-ci étaient dans la cave. On feint la détresse pour apitoyer les âmes sensibles. On démobilise à tour de bras et on ne veut plus entendre parler de la guerre. Pierrefeu nous dit que le grand journal illustré correspondant à peu près à notre Illustration : L’illustrierte Zeitung ne donne plus une seule gravure guerrière. L’Allemand a compris que, militairement, la partie est perdue et déjà il s’apprête à nous battre sur un autre terrain. Il reprend sa pelle, sa pioche, son râteau, ses outils et, dare-dare, cherche à remettre en train la machine économique. Nous, nous nous grisons de nos succès, nous courons de réceptions en réceptions, nous nous offrons aux acclamations et nous ne bougeons pas. Le Grand État-Major ne veut pas démobiliser. Ceux qui en font partie tiennent à conserver le plus longtemps possible des prérogatives qu’ils ne retrouveront plus. Ils s’y accrochent désespérément.

            Decrais avait vu le matin Philippe Berthelot. Ce dernier l’avait prié de me dire qu’il fallait faire un article pour dire que nous avions montré la plus grande magnanimité en accordant la prolongation d’armistice, mais que nous ne pourrions nous montrer longtemps aussi accommodants, etc., etc. C’est, du reste, la note que tu as trouvée dans tous les journaux. Or tout cela, c’est du battage. Cet armistice nous était nécesssaire car nous ne sommes absolument pas prêts à négocier. Rien, absolument rien n’est prévu sur aucun terrain. On ne sait pas du tout ce que l’on veut. On ignore complètement même le régime qui va être établi dans les régions annexées. Quant à la mobilisation, le ministère et l’état-major se rejettent la balle de l’un à l’autre et s’accusent mutuellement de ne pas vouloir l’envisager.

            Mais ce que j’ai appris aujourd’hui d’assez grave, c’est que le torchon brûle un peu entre nous et l’Italie. On envisage des mesures militaires… Nous allons voir ce qui va sortir de la visite du monarque [1].

            Poincaré avait hier matin téléphoné à Gauvain qu’il désirait le voir et lui fixait audience à dix heures et demie. Je n’ai pas eu les détails de la conversation, mais Gauvain n’a écrit son article sur les toasts qu’après avoir causé avec le chef de l’État.

            On dit que Wilson partira pour l’Italie avec le roi. Ce dernier cherchera à l’amadouer, mais j’ai su d’une façon assez sûre que le président américain avait pour les ambitions italiennes les dispositions les moins favorables. C’est peut-être même cet état d’esprit qui permet en ce moment aux Alliés de se montrer fermes, nets et vigoureux. Combien de temps cela durera-t-il ?

            La fameuse Société des Nations [2] n’est pas encore formée et déjà l’on voit poindre bien des sources de conflit. Plus on tardera à négocier les préliminaires de paix et moins l’on aura de chance de trouver des solutions satisfaisantes.

            Jean de Kergorlay qui est venu me voir pour causer des affaires de Syrie, car il irait au congrès de Marseille si notre vicomte de C. [3] ne se décide pas, me dit combien Lechartier était un garçon intéressant mais qu’au dîner ce brave homme avait été chambré par trois de nos anciens diplomates qui n’avaient cessé de lui raconter leurs propres histoires, qui d’Espagne, qui de Russie, qui d’ailleurs, et qu’on ne l’avait pas laissé exposer tout ce qu’il connaissait si bien et qui eût pu être si intéressant. Déjà, pendant le repas, je le regardais causer avec Bompard et ce dernier n’avait pas arrêté de parler sur Constantinople et Pétrograd. Bompard, du reste, a dû s’en rendre compte après coup car, en me faisant l’éloge de Lechartier, il m’a dit : C’est surtout moi qui lui ai raconté des quantités de choses que j’ai vues et je ne l’ai pas beaucoup laissé parler.

            Il est assez comique de voir ces gens-là, au lieu de chercher à s’instruire de choses qu’ils ne connaissent pas et qu’ils n’ont pas vues, auprès de quelqu’un qui connaît et qui a vu, dans un moment où chaque détail a son importance, ils sont ravis d’avoir un homme réputé intelligent pour lui servir leurs plats diplomatiques rétrospectifs et considérablement refroidis.

            Les membres de l’Institut n’étaient pas contents à l’enterrement de Rostand [4]. À l’issue de la cérémonie, on fait entrer dans un petit local la délégation où on la tient enfermée pendant un quart-d’heure au bout duquel le maître des cérémonies vient lui annoncer qu’on ne saluera pas. De sorte que nos immortels, au lieu de se mettre selon l’usage auprès de la famille, durent se retirer sans même qu’aucun membre de cette dernière ne soit venu la remercier. Ils étaient furieux.

            Il y eut un conseil de famille qui s’est tenu pour examiner si Edmond [5] se ferait ou ne se ferait pas couper les cheveux pour suivre les obsèques de son père. Un conseil de famille !

À toi.

Et


[1] Victor-Emmanuel III.

[2] La Société des Nations est créée en 1920 entre les États signataires du traité de Versailles pour développer la coopération entre les nations et garantir la paix et la sécurité. Son siège est à Genève.

[3] Il s’agit de Robert de Caix.

[4] Edmond Rostand meurt le 2 décembre 1918.

[5] Nalèche se trompe car le fils d’Edmond Rostand s’appelle Maurice.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.