14 décembre 1918

14 décembre 1918

            Nous publions aujourd’hui une interview de Mgr Baudrillart sur son voyage en Amérique [1]. Le recteur de la faculté avait reçu une petite mission particulière à côté de la mission officielle. Voici les détails ultra confidentiels que j’ai recueillis.

            Le président avait, si tu t’en souviens, été marié par Baudrillart, et tu te rappelles aussi quelle campagne on avait mené contre le couple élyséen que l’on accusait de bigamie, le mari de la femme vivant encore, et la dépêche annonçant la mort de l’époux étant une fausse dépêche suivie d’actes civils faux. Bien que Baudrillart ait toujours prétendu qu’il n’avait procédé à la cérémonie que sur la production de l’acte de décès et qu’il était parfaitement à l’abri de toute espèce de poursuite, il n’en était pas moins resté un peu inquiet. Ce fut pour lui une occasion qu’il s’empressa de saisir lorsque Poincaré lui demanda d’aller à Milwaukee vérifier par lui-même la véracité des choses. Il fut pleinement satisfait. Il vint à Milwaukee, retrouva la tombe dont il fit un croquis, releva l’acte de décès sur les registres du lieu et revint à Paris chargé de ces pièces qu’il doit remettre à qui de droit demain ou après-demain. Je pense que les conjoints vont pousser un fameux soupir de soulagement lorsqu’ils seront en possession des fameux papiers [2].

            Baudrillart apprit également ce qu’avait été le défunt. C’était un Américain dont une sœur avait épousé un M. Conoli et habitait l’Italie. Après avoir pas mal rôti le balai et même subi une condamnation, cet homme vint en Italie et connut chez sa sœur Mme Poincaré qui était institutrice des enfants. S’éprit-il d’elle, la séduisit-il, je ne sais, mais toujours est-il qu’elle voulut l’épouser. Mme Conoli tâcha de la détourner de ce projet, lui représentant que ce mariage ne pouvait être que malheureux, son frère étant incapable de se fixer et de gagner sa vie, vivant à ses dépens. Elle ne voulut rien entendre et on passa outre. L’union ne dura que fort peu de temps et, au bout de quelques mois, le mariage fut disloqué. Ici se place la seconde existence de Mme Poincaré que tout le monde connaît. Elle serait bien née d’un Italien et d’une Autrichienne [3].

            Il y eut en face de l’Élysée, aujourd’hui, un véritable petit scandale. Aux fenêtres se trouvaient des officiers et des femmes. Celles-ci fumaient de gros cigares et buvaient urbi et orbi du champagne. Elles semblaient tout à fait pochardes, un peu comme leurs compagnons. Murat sortit de l’Élysée et elles crièrent : Murat ! Murat ! en tendant leurs verres du côté de Son Altesse Royale. Celui-ci releva le nez et leur fit signe de la main pendant que la foule riait et blaguait les toupies. L’effet ne fut pas heureux à cause des uniformes.

            Il est venu me faire part de ses craintes au sujet de notre politique. Il m’explique que, grâce à elle, Beyrouth va tomber complètement, se trouvant délaissée d’un côté pour Caiffa et de l’autre pour Saint-Jean-d’Acre. Et cependant le pays est riche, le commerce pourrait y être florissant. Beyrouth n’a pour tout potage qu’un malheureux petit chemin de fer à crémaillère absolument insuffisant. Pour établir la grande voie, il faudrait percer le Liban et l’anti Liban et l’on a évalué les travaux à trente ou quarante millions, ce qui dépasserait de beaucoup les possibilités de rendement.

            Il voit aussi avec appréhension le drainage opéré par les Anglais de beaucoup de nos indigènes algériens venus en France où ils sont maltraités et mal payés et retournent en Algérie mécontents. Ils feront le pèlerinage de la Mecque et n’en reviendront plus.

            Piat doit assez bien connaître la température de nos musulmans car c’est lui qui est préposé à leurs camps. Il trouve que l’on ne prend pas assez garde ici que nous avons quatre cent mille baïonnettes musulmanes et deux cent mille travailleurs.

            Le cabinet de Clemenceau nous a fait dire aujourd’hui qu’il fallait que la presse se montrât un peu plus enthousiaste pour Foch, au besoin de retirer au président du Conseil pour rendre au maréchal. Je n’ai pas constaté cependant que Foch ait été négligé. Il y a quelqu’un qui aurait des raisons de se plaindre, mais ce n’est ni l’un ni l’autre de ces deux-là.

            J’ai voulu te téléphoner tout à l’heure que la grève suisse qui te préoccupait était terminée, je ne te rappelle pas pour cela, les journaux te l’apprendront demain.

            En Espagne aussi, il y a dû avoir quelque chose d’assez grave car on a interrompu les dépêches.

À toi.

Et

            Le vieux forban de roi de Monténégro s’agite tant qu’il peut mais je pense qu’on va le laisser dehors. En attendant, il cherche à tailler des croupières aux Serbes.


[1] « Une conversation de moi sur les Irlandais et les progermains des États-Unis paraît dans les Débats. », Baudrillart, Alfred, Les carnets du cardinal, 1914-1918, p. 987, 14 décembre 1918.

[2] Raymond Poincaré s’est en effet marié civilement, le 17 août 1904, avec Henriette Benucci, divorcée d’un premier mari, américain, et veuve d’un second, sa compagne depuis 1901, quelques mois après l’élection à la présidence de la République de Raymond Poincaré. Le cardinal Baudrillart bénit discrètement le mariage religieux le 5 mai 1913, dans leur appartement du 10, rue de Babylone, Paris, VIIe, après s’être assuré auprès des États-Unis de la mort du premier mari. La rumeur lancée par les ennemis de Poincaré propage l’idée que le premier mari est toujours vivant, et le cardinal Baudrillart cherche, lors de son voyage aux États-Unis, à vérifier qu’il est mort.

[3] Issue d’un milieu modeste, Henriette Benucci est la fille d’un cocher d’origine italienne, Raphaël Benucci, et de Louise Mossbauer. Née hors mariage, elle est légitimée à la suite du mariage de ses parents le 14 juillet 1863. Elle épouse en premières noces Dominique Killoran, dont elle divorce en avril 1890. Elle se remarie le 24 juin 1891 avec l’industriel Arthur Bazire (1837-1892).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.