21 mai 1916

21 mai 1916

 

Dear old man,

 

J’ai reçu ta lettre hier au soir et je te donnais presque au même moment la même impression. Ce que tu me dis du moral ne me surprend pas, j’avais constaté ces symptômes depuis quelque temps déjà. Il est certain que la nourriture doit y être pour beaucoup, de même que cette question alimentation surabondante avait été, dans les crises terribles que nous avons traversées, un des plus importants facteurs de bonne humeur.

Politiquement, les choses tendent à se mettre au calme, la crise paraît conjurée, pour le moment du moins. D’autre part, les Russes vont occuper le tréteau pendant toute une semaine et cela fera une trêve aux surexcitations de notre Douma. Du reste, cette délégation n’est pas fameusement reluisante. Il y a bien quelques membres du Conseil de l’empire, mais les membres de la Douma m’apparaissent un peu comme nos Franklin-Bouillon, Renaudel ou Jaurès. Milioukov [1], notamment, est bien une sorte de sous-Jaurès.

On s’est décidé à sortir, ce matin seulement, le discours prononcé par Viviani en Russie. Je ne sais pourquoi on l’a gardé trois ou quatre jours alors qu’on a publié tous les autres. Il paraîtrait qu’il était arrivé à Paris en style abrégé et qu’il a fallu le remettre sur pied. C’est assez étonnant car ces discours sont généralement écrits d’avance et les termes en sont soigneusement pesés. J’espère que Viviani ne s’est pas laissé aller à quelque extinction d’étoiles [2] ou autres fantaisies oratoires que l’on aurait été obligé de corriger.

On prétend de certains côtés que le voyage de nos ministres avait, au nombre de ses différents buts, celui d’obtenir une manifestation en faveur de la Pologne. Si c’est vrai, j’en serais bien content et surtout s’ils ont réussi car, je crois te l’avoir expliqué déjà, je redoutais beaucoup quelque mauvaise affaire de ce côté-là. Il est déjà bien tard, mais enfin cela vaudrait mieux que rien et il faut tout faire pour paralyser la propagande allemande.

Tu as vu dans le journal une belle réclame de première page que nous fîmes à une veuve, excellente du reste, la reconstitution des foyers en Alsace [3]. Tu as pu lire que Mme Langweil [4] avait prêté son hôtel aux collections que l’on exposait et y avait exposé ses propres bibelots qui sont des merveilles. Je n’y suis pas allé mais nous savons que l’exposition est très belle. Quelqu’un de ma famille s’y est rendu hier et en est revenu exaspéré. L’hôtel de Mme Langweil est très beau. C’est l’ancienne demeure des Vicence d’Espeuilles au coin de la rue de Varenne et de la rue Vaneau. Il a dû être vendu à la suite des frasques du jeune d’Espeuilles [5]. L’exposition est donc installée dans ces magnifiques salons auxquels conduit un admirable escalier. Mais tout est fait pour la gloire de Mme Langweil. Celle-ci trône du matin au soir en pleine exposition, et les visiteurs sont obligés de la saluer. Elle est entourée d’une cour de dames des plus huppées, tu les vois d’ici, Béarn, Ganay, etc. Elle crie, gesticule, se fait entendre dans tout l’édifice qu’on visite de fond en comble, et l’on entend cette phrase revenir constamment : « Et dire que c’est Madame Langweil qui a fait tout cela  ! » Dans chaque pièce, la surveillance est organisée au moyen d’Israélites aux nez crochus qui vous promènent jusqu’aux cuisines et vous disent avec un accent tudesque caractérisé : Ça, c’est les guisines de Matame Langweil.

Tout ce battage a été admirablement exploité par cette simili Boche, sinon Boche tout à fait, pour s’introniser française nationaliste. Voilà les effets de la charité !

Ton affectionné

Et

 

Tu me dis d’espacer mes lettres, mon vieux Pierre. Si je les espaçais, je ne t’écrirais plus. Tant que tu y prendras deux sous d’intérêt, je les continuerai. Si elles t’embêtaient, ce que je comprendrais parfaitement car elles ne sont ni réfléchies ni composées ni même relues, tu me le dirais tout simplement.

Ton affectionné

Et

 

[1] Pavel Nikolaïevitch Milioukov (1859-1943). Russe. Historien et homme politique. Il est l’un des fondateurs du Parti des constitutionnels-démocrates dont il assure la direction de 1907 à 1917. Député à la Douma. Il accuse la tsarine de germanophilie et tente cependant de sauver la monarchie en février 1917. Après l’abdication de Nicolas II, il est nommé ministre des Affaires étrangères par le gouvernement provisoire du prince Lvov en mars 1917.

[2] Allusion au fameux discours de Jean Jaurès à la Chambre des députés sur la peine de mort le 18 novembre 1918.

[3] La Renaissance des foyers en Alsace, œuvre qui s’efforce de substituer aux aumônes l’assistance par le travail en donnant à faire de la couture et du tricot aux femmes évacuées d’Alsace.

[4] Mme Charles Langweil (1861-1958). Née Florine Ebstein. Antiquaire, spécialiste de l’art chinois.

[5] Adrien Vicence d’Espeuilles (1874-1929). Diplomate. Attaché d’ambassade.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.