10 décembre 1918

            10 décembre 1918

            Je viens encore d’en apprendre de sévères sur tout ce qui s’est passé à l’Armement jusqu’en 1917. Des signatures de ministre, prises dans des moments difficiles et données sans circonspection, établissent de véritables monopoles et permettent du jour au lendemain de tripler les prix. Exemple, les tubes d’avions. Avec quelques pièces de cent sous on crée une crise, le ministre s’affole, signe la création d’une sorte de bureau central, et le lendemain les prix sont majorés de la façon la plus magnifique. Je dois dire que cela se passait sous Thomas. Le brave homme n’y est pour rien du reste, sauf pour donner la signature libératrice.

D’Espagne :

            J’ai lu l’article du Journal (Le Journal) posant la question catalane comme nous intéressant au point de vue francophile. Cela me paraît monstrueux. La majorité des gens de Cambon fait les affaires des Allemands, et c’est une de nos traditionnelles illusions que de faire de la Catalogne un élément favorable à nos intérêts. Le petit clan de députés des Pyrénées-Orientales (Broussiète[1]), cherche évidemment à jouer le rôle de diplomate au petit pied et à nous faire croire que le démembrement de l’Espagne sert notre politique. Je me demande en quoi. Je pense que notre histoire d’ « embêter le Quai d’Orsay» ou notre ambassade à Madrid, laquelle professe là-dessus ce que professe tout observateur placé en Espagne et doué de raisonnement. Si l’on est ainsi, c’est bien mesquin. L’auteur de l’article ajoute que le reste de la presse française n’a rien compris à la question. Mille grâces pour nous. Et mon correspondant ajoute à sa lettre le post-scriptum suivant :

            « On me dit, au moment de clore cette lettre, que le roi appellerait Dato ou Maura pour former le cabinet. Quelle folie, et combien il peut se féliciter de n’avoir pas en face de lui un parti républicain qui soit sérieusement constitué. Il semble que les monarchies veuillent se suicider… quos vult perdere… »

            Je voudrais que le neveu puisse te raconter la cacophonie qui existe pour le voyage Wilson [2]. Il a été appelé ce matin pour l’organiser et toute une région lui est confiée. Il a vu notre Tardieu et il a eu l’impression que chacun tire Wilson de son côté. Tardieu cherche à l’accaparer mais Foch résiste et le veut pour lui seul.

            Désordre, désordre, désordre. Du reste, tu te feras dire cela toi-même.

Ton

Et


[1] Broussiète n’a pu être identifié comme député des Pyrénées-Orientales.

[2] Woodrow Wilson arrivera à Brest le 13 décembre 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.