20 mai 1916

20 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai eu hier au soir une assez longue conversation avec un homme qui voit fréquemment le président du Conseil et est assez au courant de ses impressions et de ses intentions. Briand serait décidé à défendre Joffre coûte que coûte et il l’aurait fait très énergiquement à la commission. Le plan qui consisterait à lui imposer une modification dans le Haut Commandement, et qui est le plan suivi par les parlementaires, aurait les plus graves dangers. Les partisans de ce plan sont de deux sortes, les uns, assez naïfs, qui, impressionnés par tout ce que l’on a dit ou vu, voudraient mettre un homme actif, énergique et n’ont en vue que l’homme qui s’est imposé comme notre plus grand général ; et d’autres, beaucoup moins simples, qui voient de plus loin et voudraient qu’une bonne fois le principe du généralissime intangible soit violé pour appliquer un peu plus tard les plus basses intrigues. On s’inclinerait devant l’autorité de Castelnau, puis on démolirait sa réputation afin d’amener au poste un homme de son choix. Pour cela, il faut s’appliquer à tellement discréditer celui qui est en place que son changement soit demandé par ceux-là mêmes qui seraient les plus convaincus de l’intangibilité. Tu dois penser qu’une grande quantité de militaires se jettent tête baissée dans le piège.

De plus, Joffre est le seul homme, paraît-il, dont nos Alliés consentent à recevoir des ordres. C’est déjà quelque chose.

D’après mon interlocuteur, on tâche d’augmenter les pouvoirs de Castelnau et l’on s’en tiendra là. Inutile de te dire, n’est-ce pas, que le généralissime rêvé par nos bons radicaux-socialistes est Sarrail. Cela va de soi. Je te rappelle la conversation que j’eus avec Monis [1], bien caractéristique à cet égard.

Des bruits avaient couru tantôt dans les couloirs de la Chambre que la cote avait été prise, mais le communiqué annonce au contraire qu’il n’y a pas eu d’action d’infanterie.

Tu as dû être au courant du grand Conseil de guerre qui s’est tenu à Châlons. Je crois que l’offensive y a été discutée. Je ne saurais te dire au juste ce qui y a été décidé. Je sais cependant que les avis ont été très partagés et que même les anciens voulaient attendre à l’année prochaine. L’un de ces derniers a dit à quelqu’un qui me l’a répété, et il est une haute personnalité militaire, qu’il voyait encore un an et demi de guerre. Si nous nous plaçons au point de vue strictement militaire, je crois bien qu’il a raison. Mais néanmoins, je crois, ou du moins mon impression est que la plus forte partie est faite. Pour un certain nombre de personnalités, il faudrait qu’au mois d’août les choses aient été menées au point où l’on puisse déterminer d’une façon à peu près nette quelle sera la durée probable. Pour cela, il faudrait qu’au mois d’août un grand effort ait été tenté un peu sur tous les fronts.

L’un de ceux-là n’est pas en très bon point, nos amis transalpins m’ont l’air d’avoir reçu une frottée sérieuse [2]. Dans tout, il y a un côté comique. Si tu lis leurs journaux, tu verras comme notre affaire de Verdun est venue en bon point pour leur permettre les comparaisons. Tout à l’heure, dans une réunion, nous parlions des trois socialistes de Kienthal et un de mes confrères nous racontait que Brizon [3] est séparé de sa femme. Celle-ci raconte à qui veut l’entendre, et elle l’a écrit à ce directeur lui-même, que l’honorable député avait reçu pour les frais de son élection trente mille francs payés par… la rue de Lille [4]. Il n’y a qu’à noter la chose sans y ajouter une foi complète. Propos de femme outragée, mais enfin…

D’autre part, à la suite de Zimmerwald, il y eut une réunion de ces socialistes désireux de prolonger l’action internationaliste active, et un procès-verbal fut signé de plusieurs d’entre eux dont Merrheim [5][6], etc., et à la fin de ce document se trouve la mention suivante : et nous sommes sûrs d’avoir toute l’aide pécuniaire nécessaire.

Ce document a même été publié dans Le Populaire limousin, ce fameux organe internationaliste qui s’était même vanté de donner des articles de socialistes allemands.

Bonnes amitiés de ton vieil

Et

 

[1] Cf. lettre du 24 février 1916.

[2] Il s’agit probablement de la bataille de l’Isonzo.

[3] Pierre Brizon (1878-1924). Journaliste. Homme politique. Député socialiste de l’Allier (1910-1919). Directeur des journaux révolutionnaires La Vague, hebdomadaire de combat pacifique qu’il fonde en 1918, et Le Bloc des rouges.

[4] Le siège de la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) est 86, rue de Lille, Paris, VIIe.

[5] Alphonse Merrheim (1871-1923). Originaire de Roubaix, il est chef syndicaliste à la CGT, secrétaire général des Métaux. En 1914, il est membre du noyau internationaliste de la Vie ouvrière de Monatte et Rosmer et participe à la conférence de Zimmerwald.

[6] Albert Bourderon (1859-1930). Ouvrier. Secrétaire du syndicat du tonneau de la CGT et membre du parti socialiste avant 1914. Pacifiste internationaliste modéré, il participe à la conférence de Zimmerwald en septembre 1915. En 1917, il revient au réformisme de la CGT.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.