9 décembre 1918

9 décembre 1918

            Je venais de terminer mon pensum hier lorsque je reçus la visite de Charlot [1]. Sais-tu qui est Charlot ? C’est l’homme que l’on envoya à une certaine époque pour faire un rapport sur les écoles en Orient et qui conclut à l’établissement d’écoles laïques, cette belle opération qui nous réussit si bien et qui coûta les yeux de la tête pour faire déserter nos établissements. Depuis, Charlot a mis beaucoup d’eau dans son vin. Je suis bien sûr qu’il pense comme toi et moi. Il était, au moment de la guerre, quelque chose comme délégué de la Dette en Bulgarie. Il y retourne dans la même qualité avec mission de faire payer les Bulgares. Il croit que ce ne sera pas commode, les Bulgares ne se considérant pas comme vaincus et restant très insolents vis-à-vis des Alliés.

            Je lui demande s’il a de véritables nouvelles du pays car nous en avons fort peu. Il semble qu’on ne veuille pas dire ce qui se passe. Le jeune roi a-t-il filé ou est-il toujours sur son trône ? Il règne toujours, mais ce qui a pu faire croire à la fuite, c’est qu’il y eut deux tentatives révolutionnaires dont on est parvenu à se rendre maître.

            Charlot me demande si je voudrais avoir des correspondances sérieuses de Bulgarie pendant son séjour là-bas. Il m’offre pour cet office un jeune collaborateur qui ne manque pas de mérite et qui se nomme de Laas [2], mais ceci doit rester entre nous. J’accepte bien volontiers, d’autant que ce jeune homme a déjà beaucoup vu. Il a fait partie de la mission industrielle en Chine et possède une certaine expérience. Heureusement, dis-je à Charlot, que cette mission industrielle n’est pas la Banque industrielle de Chine. Il lève les bras au ciel et me dit combien cette institution est une chose malhonnête. Malheureusement, elle gagne des influences de plus en plus étant donné certains patronages. Je te les ai énumérés déjà, mais il était assez intéressant d’entendre un homme qui est tout à fait l’ami du ministre des Finances [3] me donner sur l’affaire une opinion aussi défavorable. Cela n’empêchera sans doute pas le gouvernement de prodiguer ses faveurs à André Berthelot et à Pernotte.

            Effroyable ce que mon courrier contient d’inepties ! Tu ne te doutes pas de la quantité de gens qui ont des idées sur les événements et qui éprouvent le besoin  de les écrire en de longs factums ridicules. Ce matin, c’était contre Wilson que s’exerçaient la plupart de ces politiques en chambre. Ce sont ceux qui appartiennent aux partis de L’Action française et de L’Écho et qui, lisant en plus les Débats, demandent à ce dernier de crosser le « dangereux philanthrope ». Comme c’est trouvé ! Et il faut répondre sans froisser ces idiots qui croient avoir écrit une page géniale. Plains-moi.

            Un de nos collaborateurs [4], capitaine d’artillerie, est sur le point d’être démobilisé comme vieille classe. Il n’en a plus que pour quelques jours, aussi s’empresse-t-on de le changer de résidence. Il demande que, pour la semaine qui lui reste à faire, on ne lui inflige pas un transport et un changement inutiles. La division refuse de transmettre la demande. À ce trait tu reconnais nos militaires. Gilles, c’est ce capitaine, a assisté au retour des prisonniers. C’est lamentable. On commence par les parquer sept ou huit jours avec des boîtes de singe dans une ville quelconque, puis, après cela, on leur en colle deux autres boîtes et on les renvoie dans des cantonnements situés parfois à quatre-vingts kilomètres à pied, et ces malheureux traînent le long des routes sans souliers, sans vêtements, sans le sou et vivant de charité.

            Bégouen revient du Nord. Il nous raconte que l’état est affreux et que c’est à en pleurer. Il va nous faire un petit papier demain. Le sous-préfet d’Arras[5] [6] lui dit qu’il a juste onze ouvriers pour remettre la ville debout. Que font donc les prisonniers boches ? Il est vrai que ceux qui travaillent le font à contrecœur, furieux de voir qu’on les garde après la signature de l’armistice.

            J’ai vu ce soir un bonhomme bien courageux, c’est le président des syndicats des laines de la Marne et de l’Aisne. Je croyais que l’industrie de la laine était bien décidément perdue à Reims, car on n’aurait jamais songé à remonter cette industrie conservée en cette ville beaucoup par tradition et, qu’une fois détruite, ce serait fini. Pas du tout, en créant une ville neuve, on y placera toutes les industries anciennes et celle de la laine refleurira.

            Cet homme me dit que la tâche de cette guerre aura été l’affreux pillage auquel nos troupes se sont livrées. On a forcé les secrétaires, volé jusqu’aux souvenirs de famille dans les maisons non pas abandonnées et dont l’autorité militaire avait fait évacuer les habitants. À Reims, pendant un temps, les camions militaires enlevaient dix mille bouteilles par jour et ces rapts se faisaient sous l’œil et le commandement des officiers.

Good night.

Et


[1] Marcel Charlot (1858-1954). Diplomate. Ministre plénipotentiaire, il a commencé sa carrière dans l’enseignement public, puis au ministère de l’Instruction publique. Il remplit une importante mission sur l’organisation et la situation de l’enseignement dans les écoles françaises d’Orient en 1906. Il est délégué de Paris-Bas des porteurs de titres d’emprunt bulgare dès 1912. Le ministre des Finances lui confie une mission en vue de l’élaboration du traité de paix de Neuilly – où il est nommé expert financier – en 1919 sur la situation financière de la Bulgarie.

[2] Non identifié.

[3] Il s’agit de Louis-Lucien Klotz.

[4] Il s’agit du capitaine Gilles.

[5] Robert Leullier (1870-1922). Homme politique. Préfet du Pas-de-Calais depuis le 20 février 1918.

[6] Nalèche se trompe : Arras est une préfecture. Le préfet du Pas-de-Calais est alors Robert Leullier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.