8 décembre 1918

            8 décembre 1918

            Nous avons longuement parlé de cette honte qu’est le retour des prisonniers de guerre et, surtout, nous disions qu’il fallait éviter l’envoi de ces malheureux à leur dépôt où ils pourraient avoir une influence dépressive et que, du reste, ce qu’ils allaient y faire aurait parfaitement pu être fait dans les grands centres de triage. La plupart d’entre eux ne demande ni à être habillés ni à être logés, ils demandent à rentrer chez eux. Je comptais même faire quelque chose à ce sujet. Le capitaine Bourget nous dit que, sentimentalement, nous avons tout à fait raison mais que, dans ces hordes de prisonniers, il y a de tout, beaucoup de bolcheviks. Plusieurs qu’il a connus avaient des mandats des comités de Dresde ou autres pour la propagation des saines doctrines bolcheviks. Sur quatre-vingt-dix-neuf, il y en a peut-être un, et c’est celui-là qu’il faut trouver. L’envoi au dépôt est fait dans ce but-là, car dans des centres on n’y arriverait pas. Le capitaine Bourget convient cependant que l’on pourrait faire la principale besogne dans les centres qui, à l’heure actuelle, sont impossibles. Le prisonnier est obligé de s’en aller frapper à la porte de trois ou quatre services où il n’arrive pas à se faire entendre, d’où colères et menaces.

            Un jeune officier polonais qui est au Mans me disait que l’on reçoit à l’armée française des prisonniers et que leur sort est vraiment lamentable. Ces malheureux couchent sans fourniture sur la terre battue. Le gouvernement a positivement l’air de se moquer d’eux. On leur donne cinquante-quatre francs pour s’acheter un veston, un pantalon, des souliers, un chapeau. Que diable peuvent-ils faire de cinquante-quatre francs ? Le capitaine Bourget que tu as vu est un garçon de tout à fait premier ordre. Très gravement blessé en 1914, il a perdu l’usage de sa main droite mais il a été constamment dans le service des Opérations.

            Tu as su que dans je ne sais quelle île les Serbes et les Italiens se sont cognés, mais les Italiens n’ont pas le bon bout et Bourget nous dit que, si un conflit éclate, les Italiens recevront la plus formidable raclée qu’ils aient encaissée. Une chose seulement peut nuire aux Serbes, c’est le matériel qui leur manque, car pour la valeur humaine, si les Italiens ne sont pas quinze contre un, ils ne peuvent rien faire. Si notre Quai d’Orsay était intelligent comme en ce moment, il remonterait les Serbes en toute espèce de choses. Ils sont trop bêtes ! Depuis combien de temps nous berne-t-on ou plutôt se laisse-t-on berner par l’Italie ? J’en ai encore les preuves par Decrais où, comme nouveau venu, chacun a cherché à le mettre au courant et aussi en garde contre les Yougoslaves en faveur des Italiens.

            Jolie anecdote de Demaison sur le général de Lallemand [1] Cet homme, qui a été élevé chez les jésuites et qui a épousé la fille du vicomte de Meaux[2], est anticlérical jusqu’à la bêtise. Il s’est vanté je ne sais à quelle occasion de ne pas être entré dans une cathédrale, celle de Reims ou de Laon. C’est un être insupportable. Il était je ne sais dans quel cantonnement et, un jour, Mme de Lallemand [3] vient le voir. Il avait donné à l’ordonnance les ordres les plus sévères.

            – Le général n’est pas là.

            – Mais laissez-moi entrer, je vais l’attendre, je suis Mme de Lallemand.

            – Faut pas me la faire, elle est déjà là. (Tête)

À toi.

Et


[1] Valther de Lallemand du Marais (1860-1931). Baron. Il épouse Catherine de Meaux (1864-1935). Général. Aide aux majors généraux de l’Armée (20 mai-11 décembre 1917).

[2] Camille de Meaux (1864-1935). Vicomte. Homme politique. Ancien ministre. Député puis sénateur de la Loire.

[3] Mme Valther de Lallemand (1864-1935). Née Catherine de Meaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.