19 mai 1916

19 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

La séance d’hier a été un peu ce que nous la prévoyions. Elle n’a pas donné grand-chose. On sent l’hostilité générale mais la crainte de renverser un gouvernement que l’on ne pourrait remplacer. Briand a vaguement fait prévoir des changements. Il y en a un au Grand Quartier général qui est acquis, c’est Buat qui quitte son poste actuel. On m’a rapporté tout à l’heure que pour le général Pellé c’était fait aussi. Je n’ai à cet égard encore aucune certitude. Si on remercie celui-là, on fera une grosse bêtise. Mais il est visé depuis longtemps par la Rue François-Ier, et cette dernière voudrait mettre la main sur le service complet. Si les choses en arrivent là, dis-toi bien une chose, c’est que tout, désormais, serait dans les mains de trois rédacteurs du Matin et de deux ou trois autres seigneurs. Mais Le Matin deviendra la puissance du jour. C’est lui qui disposera de tous les radios que l’on sèmera à travers le monde, c’est lui qui répandra l’idée française dans les pays neutres, et tu sais qu’il s’y entend. Un homme seul disposera de cette force, tu vois qui [1]. Il y a là un danger énorme.

Caillaux, paraît-il, est de plus en plus gouvernemental. Il a fait samedi, au groupe radical-socialiste, un discours extrêmement Union dans lequel il a indiqué qu’il fallait pour le moment soutenir le gouvernement, que de grandes choses allaient avoir lieu du 15 au 30 juin. C’est même d’une adresse remarquable que d’avoir été porter cela à la connaissance de quarante de nos parlementaires qui ne résistent jamais à la tentation de se montrer informés et qui vont colporter ces renseignements, les uns dans les salons, les autres dans leur café, et les derniers dans les buvettes.

T’ai-je dit que la mission Mondésir [2] n’arrivait pas à partir pour la Roumanie ? Chaque jour on invente un prétexte pour la retenir. De toute façon on rappelle Blondel [3] de Bucarest et l’on y envoie Saint-Aulaire qui avait été à Tanger naguère. Saint-Aulaire est un garçon très intelligent, mais que fera-t-il là-bas ?

Bidou, qui nous a téléphoné tantôt, est mal impressionné par les affaires italiennes. Tu as su que le radio allemand annonce plus de six mille prisonniers. À la Maison de la Presse, on croit que le chiffre est très exagéré et que les choses se rétabliront. Néanmoins, Bidou estime qu’en réalité le front italien a été crevé et que si l’on ne rétablit pas, les Autrichiens pourraient très bien les tourner.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

 

[1] Il s’agit peut-être de Maurice Bunau-Varilla.

[2] Jean Piarron de Mondésir (1857-1943). Militaire. Général de division. Chargé d’une mission composée d’hommes attachés à Gallieni pour partir en Roumanie. De retour en France, il commande le 38e corps d’armée (1916-1918).

[3] Jean-Camille Blondel (1854-19). Diplomate. Ministre plénipotentiaire de France en Roumanie depuis 1907, il est mis à la retraite le 13 mai 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.