18 mai 1916

18 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On est aujourd’hui tout à la loi de finances dont tu auras le loisir de lire les dispositifs, mais depuis deux jours on a été plus calme sur tout le reste. Enfin, la Chambre est rentrée, et nous allons voir comment elle se comportera. Je sors à l’instant d’une réunion dans laquelle on a beaucoup parlé de la situation politique. Un sénateur important qui était là nous disait que c’était le gouvernement lui-même qui avait posé la question du commandement devant la Chambre le jour où il avait adjoint Castelnau à Joffre et que la question restait posée. Le Parlement presque entier serait hostile au gouvernement mais que si une interpellation avait lieu, il ne trouverait contre lui que deux cents voix en y comprenant les socialistes. Ceux-ci voteraient contre seulement au cas où ils sauraient que l’opposition ne dépasserait pas deux cents voix. S’ils sentaient que la majorité pouvait être compromise immédiatement, ils se rangeraient immédiatement de son côté. Tout en étant hostile, personne ne voudrait prendre la responsabilité de la chute du cabinet. – Imaginez-vous, ajoutait mon sénateur, quelle serait la situation du président de la République [1]. À qui ferait-il appel ? – À Barthou, dit une voix d’extrême droite. – Barthou, il est impossible, fit un autre, impopulaire dans toute la Chambre, et les socialistes sont irréductibles sur son nom. – La réconciliation est faite, reprit mon homme de droite.

Je sais qu’on a beaucoup parlé des tractations de Barthou, mais j’ignore absolument si elles ont abouti et, jusqu’à plus ample informé, je n’y crois guère, ou du moins je ne crois guère à la possibilité pour Barthou de constituer un cabinet.

Voici donc où les choses en sont. Quand je suis allé à ma réunion vers 4 h 1/2, la Chambre ne paraissait pas devoir entrer en effervescence. Les groupes que tu connais s’agitaient cependant assez fort, mais l’agitation restait entre eux.

Malgré tout, un gouvernement qui ne se tient que comme cela peut être à la merci d’un mouvement de séance ou d’une fausse manœuvre des partis. Il peut être tout à coup par terre sans savoir au juste comment et à l’ahurissement de ceux mêmes qui l’auraient démoli.

Un de nos amis nous a raconté ce matin qu’il avait parmi ses relations un des gros banquiers de Zurich. En termes assez intimes avec lui, il peut donc causer assez librement. Son langage aurait tout à fait changé depuis six mois. J’oubliais de te dire que ce banquier était tout à fait boche de tendances et de sympathie. Il y a six mois, les Allemands, pour lui, étaient sûrs de leur affaire. Cette fois, il était convaincu de la nécessité d’arrêter cette guerre abominable qui, si elle continuait, allait ruiner l’Europe entière. Au surplus, ajoutait-il, jamais les Alliés n’ont fait connaître leurs conditions. Pourquoi ne les exposaient-ils pas ? – Oh ! Oh !, a répondu notre ami, qu’auraient-ils à faire connaître ? Ce sont les Allemands qui ont dévoilé les leurs et vous savez bien que c’est absolument inacceptable. – Ils en ont beaucoup rabattu, je vous assure, et ils ne proposaient qu’un maximum. Si on en venait à parler sérieusement, ce ne serait plus du tout la même chose. – Eh bien, et l’Alsace-Lorraine ? – L’Alsace-Lorraine, ils la céderaient tout de suite.

Cet homme, comme je te l’ai dit, est un banquier très important et au courant des choses de Berlin. Malgré tout, ce sont des suggestions dont il faut diablement se méfier et qui n’ont pour le moment d’autre but que de semer la division entre nous.

Quelqu’un est venu me demander ce matin si je savais ce que faisaient Viviani et Thomas en Russie. Il avait entendu dire que nos deux ministres étaient venus à Pétrograd pour tâcher de décider la Russie à abandonner son projet sur Constantinople, projet que nous avons ratifié comme tu le sais. On espérerait que, si la Russie se contentait de la simple neutralité des détroits, on pourrait détacher la Turquie qui crève de misère. Je ne sais rien de cela, mais on m’avait dit déjà depuis quelques jours qu’il y avait des pourparlers russo-turcs. Il paraît difficile de faire quelque chose avec des gens comme Talaat [2] et Enver [3].

Voilà tous les potins européens. Ce n’est pas bien intéressant comme tu le vois. Néanmoins, ce sont des choses à noter en passant.

Ton vieil affectionné

Et

 

[1] Raymond Poincaré.

[2] Mehmed Talaat (1874-1921). Turc. Homme politique. Un des dirigeants de la révolution jeune-turque de 1908. Ministre de l’Intérieur de l’empire ottoman.

[3] Pasa Enver (1881-1922). Turc. Homme politique ottoman. Un des dirigeants de la révolution jeune-turque de 1908. Germanophile. Ministre de la Guerre, il fait entrer l’Empire ottoman dans la Première Guerre mondiale aux côtés de l’Allemagne. Il rejoint en 1921 les insurgés musulmans d’Asie centrale et meurt au combat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.